Organisation des élections: L’UA disposée à accompagner la Rdc

M. Moussa Faki Mahamat entouré des communicateurs de la MP
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Arrivé en République démocratique du Congo le jeudi 28 septembre 2017, le président de la Commission de l’Union Africaine, Monsieur Moussa Faki Mahamat, vient de terminer sa mission. Il était à la tête d’une délégation composée entre autres de la Commissaire aux Affaires politiques Madame Minata Cessouma Samate et du Commissaire Paix et Sécurité, Smaïl Chergui. Au cours de cette visite de 48 heures, la délégation avait prévu de nombreux entretiens avec les autorités congolaises, ainsi qu’avec d’autres acteurs congolais. C’est ainsi qu’il a échangé avec les partis politiques de l’opposition, et ceux de la Majorité Présidentielle.

Il n’a pas oublié la société civile, y compris la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), et certaines institutions comme le Parlement et le Président de la République. Pour cette mission qui a été un succès, elle lui aura permis de jauger les préparatifs du processus électoral, conformément à l’accord de la Saint-Sylvestre, afin de tirer les leçons qui s’imposent. A l’en croire, son institution qui est prête à accompagner le processus électoral en Rd Congo, n’attend plus que la publication du calendrier. Il n’a pas manqué de réitérer la disponibilité de son Institution à accompagner la Rdc dans cette phase cruciale de son histoire.

Croire que l’Union Africaine allait épouser les thèses de l’opposition, mieux d’une certaine classe politique, c’était un faux calcul et ne pas connaître cette institution. Même si l’UA avait déjà été suffisamment mis au parfum par le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères lors d’un sommet de cette institution, le président de la commission de l’Union Africaine se devait de venir dans ce pays, afin de palper lui-même du doigt la réalité. Des rencontres qu’il a eues avec les autorités congolaises et les animateurs des institutions l’ont éclairé, à telle enseigne qu’il s’est fait sa propre conviction: les élections seront organisées une fois que les conditions s’y prêteront. Ces conditions, c’est notamment la fin de l’enrôlement dans les deux Kasaï, ainsi que dans les deux territoires de la province de Lomami.

C’est aussi le vote de la loi sur la répartition des sièges et l’audit du fichier électoral consolidé par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Il s’agit des opérations qui peuvent se clôturer au premier trimestre 2018. Au-delà de ces évidences, Moussa Faki Mahamat qui arrive en Rd Congo pour la première fois ne pouvait pas ne pas être informé sur la prouesse réalisée par la CENI, qui à ce jour a enrôlé plus de 42 millions des congolais sur une prévision de 45 millions. De même, la paix est revenue dans l’espace kasaien, voilà qui permet de penser qu’il n’y aura plus autre chose qui bloquerait l’organisation des élections en Rdc. Au regard de toutes ces explications, Moussa Faki Mahamat ne pouvait faire autrement que d’appeler les uns et les autres à harmoniser leurs vues pour une issue heureuse.

La CENCO est restée égale à elle-même

Soulignons que le jeudi 28 septembre 2017, Mgr Fridolin Ambongo, Vice-Président de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) a échangé avec Monsieur Moussa Faki, Président de la Commission de l’Union Africaine. C’est sur invitation de ce dernier que la rencontre a eu lieu, au Bureau de liaison de l’Union Africaine à Kinshasa. Du compte-rendu fait par l’Abbé Georges Kalenga, 2ème Secrétaire Général adjoint de la CENCO, nous apprenons que le Président de la Commission de l’Union Africaine a fait savoir qu’il est venu en République Démocratique du Congo pour voir comment l’Union Africaine peut continuer à accompagner la République Démocratique du Congo dans son processus électoral. Pour ce faire, il est venu écouter et recueillir les attentes des acteurs politiques et sociaux de ce pays.

Considérant le poids moral et spirituel de la CENCO qui a permis aux acteurs politiques et sociaux de se mettre autour d’une table et signer l’Accord politique global et inclusif du 31 décembre 2016 (Accord de la Saint Sylvestre), il a voulu ainsi rencontrer la CENCO et lui exprimer les attentes de l’Union Africaine. Soulignant l’importance de l’Accord de la Saint Sylvestre et reconnaissant les difficultés qui se posent quant à sa mise en œuvre, le Président de la Commission de l’Union Africaine a exprimé le souhait de son Organisation de ne pas s’arrêter là, mais plutôt de pousser les parties prenantes à l’Accord d’aller de l’avant dans sa mise en œuvre. A cet effet, l’Union Africaine, a-t-il fait savoir, compte sur la CENCO,  considérant son poids moral et spirituel ainsi que sa capacité à rassembler les acteurs politiques dans leurs  diversités.

De son côté le Vice-Président de la CENCO s’est réjoui de cette rencontre qui est venu rejoindre le plan de plaidoyer de la CENCO.  En effet, la CENCO avait déjà exprimé son souhait de pouvoir rencontrer le Président de la Commission de l’Union Africaine, car les Evêques de la RD Congo reconnaissent que l’Union Africaine peut jouer un rôle dans le dénuement de la situation que connaît la RD Congo. Mgr le Vice-Président a fait savoir à son hôte que depuis la signature de l’Accord, beaucoup des choses ont changé dans ce pays, allant dans le sens opposé par rapport à celui attendu et s’éloignant de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Eu égard à cela, pour la CENCO « l’Accord de la Saint-Sylvestre reste l’unique feuille de route pour la sortie de la crise qui ronge la RD Congo ». Elle  pense qu’il y a urgence à mettre  cet Accord en application tout en veillant à réajuster certaines choses.  De ce fait, un signal  fort serait la publication du calendrier électoral. Il revient au pouvoir en place de donner ce signal pour rassurer la population de la tenue des élections. Sur ce fait, Mgr le Vice-Président de la CENCO a demandé que l’Union Africaine s’implique dans l’attente du Peuple congolais et soutienne la mise en œuvre de l’Accord de la Saint Sylvestre. Ce qui par ailleurs pourrait contribuer à changer l’imaginaire dans le chef de la population qui a l’impression que l’Union Africaine travaille dans le sens du maintien des régimes en place et non dans le sens de l’alternance démocratique. Le Président de la Commission de l’Union Africaine a dit qu’il va écouter les acteurs politiques et les pousser à la mise en œuvre de l’Accord, ce qui permettra à l’Union Africaine de pouvoir accompagner la RD Congo de façon qu’elle ne sombre pas dans les violences,  et que dans ce travail, la CENCO est encore attendue.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse