Organisation des élections en Rdc: La CENI publie le calendrier électoral

par -
0 376
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Prévue hier, la publication du calendrier électoral peut intervenir aujourd’hui, à la Centrale électorale nationale. Le Bureau de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ainsi que la plénière s’apprêtent à la publication du calendrier électoral, pour les échéances d’avril 2018.

On ose espérer que le nouveau calendrier ne va pas souffrir du syndrome de refus, comme ce fut, ceux (Partiel et Global) de février 2015 rejetés par la classe politique de l’opposition appuyée par la Communauté internationale, en raison de plusieurs implications non fondées, argumentant que le calendrier est indigeste, incohérent, non inclusif, etc.

Les raisons évoquées de la récusation en son temps de deux calendriers publiés par la CENI n’avaient pas de moralité de cette classe politique, prête à tout brûler.

Le fait d’avoir rejeté les deux calendriers, cela avait des implications significatives dans le retard de l’organisation des élections prévues dans le délai constitutionnel. Pendant ce temps, les acteurs politiques se sont lancés dans les diatribes, verbiages et polémiques sans lendemain, au lieu de se focaliser sur l’essentiel, c’est-à-dire, se préparer aux échéances électorales. Au lieu de cela, la classe politique s’est lancée dans la distraction, dans la ribambelle d’accusations mutuelles, prenant par ailleurs le peuple méprisé à témoin.

Pour taire la polémique des divergences autour de la Constitution, notamment les articles 70 et 73 qui ont fait jasé l’environnement politique ces dernier temps, au point de se substituer en juge de la Cour Constitutionnelle par certains acteurs politiques, appelant de foi à l’hécatombe de la République au cas où, les élections ne sont pas organisées dans le délai. La CENI qui a pris part au Dialogue du jeudi septembre au 18 octobre courant, a fourni sa technicité, son expertise sur les opérations électorales. Devant les évidences de la CENI conduite par son président Corneille Nangaa, les délégués au dialogue ont été mis devant les réalités électorales.

A ce jour, l’environnement politique et économique n’a pas permis à la CENI d’organiser les élections dans le temps, étant donné que les parties prenantes au processus électoral se sont éternisées dans les justificatifs et polémiques stériles.

De toute évidence, quelle que soit la longueur de la nuit, le soleil finit par apparaitre. Ceci explique cela, quelles que soient les divergences, la CENI finira par organiser les élections. Pour ce faire, il faut le calendrier. Donc, la CENI s’appuie sur les indicateurs relevés au Dialogue politique en ce que les délégués se sont convenus à la séquence de trois élections couplées, notamment la Présidentielle, les législatives nationales,   provinciales et les locales aux termes de l’identification et enrôlement des électeurs au 31 juillet 2017.

En outre, la matière étant trop technique, la clôture de la révision du fichier électoral peut intervenir au 31 juillet 2017, tandis que le corps électoral pourrait être convoqué quant à l’élection présidentielle, les législatives nationales et provinciales quatre mois après, soit au moins de novembre 2017. Ceci, parce que le schéma critique en tenant compte des contraintes logistiques, financières et légales, toute chose égale par ailleurs, il faut compter 504 jours pour la convocation du corps électoral. Il va falloir que la CENI travaille sur les algorithmes permettant la répartition des sièges et ça sera une loi que les deux chambres parlementaires vont adopter.

Ceci étant, tenant compte des délais impératifs pour la constitution du nouveau fichier électoral, la préparation des différents scrutins combinés et la tenue effective de ceux-ci, la constitution du nouveau fichier électoral est prévue au 31 juillet 2017 ; la Convocation des scrutins à partir de la promulgation de la loi sur la répartition des sièges, au 30 octobre 2017. Partant de cette date, 6 mois après, la CENI est chargée de préparer et d’organiser les élections du Président de la République, les législatives nationales et provinciales, soit en avril 2018.

Telles sont les indications issues de l’Accord politique global, auxquelles toutes les parties prenantes, y compris la Communauté internationale ont souscrit. En sus, la CENI ne va pas s’écarter du schéma de l’Accord politique de la Cité de l’Union africaine, en publiant le calendrier électoral ainsi que toutes les opérations y afférentes.

Pius Romain Rolland

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse