Ordre des médecins vétérinaires: JM. Bulambo, J. Bitakwira et B. Miteo à la recherche d’un cadre organique

par -
0 615
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La nature a horreur du vide. La République Démocratique du Congo, pays potentiellement riche dans tous les domaines (lacustre, fluvial, maritime, riverain, forestier, agricole), n’en bénéficient pas totalement, en raison de l’absence des animateurs devant exploiter ces richesses. La Rdc ne dispose plus de ferme, ni d’industrie aquatique, ni de bovins, pour que les médecins vétérinaires éclosent leur savoir-faire. Par manque d’un cadre organique, les charlatans se sont invités à la fête.   

Deux ministres du Gouvernement central (Jean-Marie Bulambo Kilisho et Justin Bitakwira) et une délégation des médecins vétérinaires, conduite par les  Professeur Docteur Mulumba Mfumu) et Docteur Bruno Miteo ont échangé, hier mardi 7 février 2017, au ministère des Pêches et Elevages, au 6ième niveau, des nouveaux immeubles de la place Royal.

Au menu de leur échange, trouver un cadre organique de l’Association des Médecins Vétérinaires. Ces derniers, dépourvus de l’Ordre qui organise leur profession, avaient sollicité, peu avant cette rencontre, auprès  de Justin  Bitakwira d’être l’interface entre les médecins vétérinaires et le Parlement, en vue de l’examen et adoption de la loi organique qui organise cette profession.

En leur qualité de médecins qui soignent les animaux, l’Association des Médecins Vétérinaires, conduite par Docteur Bruno Miteo et Professeur Docteur Léopold Mulumba Mfumu, a apporté ses préoccupations auprès du ministre Jean-Marie Bulambo, parce qu’il constitue le domaine de prédilection.  A en croire le ministre de Pêche et Elevage qui recevait les médecins vétérinaires, « nous avons reçu la corporation des médecins vétérinaires qui sont à la recherche de la validation par l’Assemblée nationale de leur corporation des médecins vétérinaires. Ils avaient déposé un texte qui a trainé et ils sont venus nous voir pour essayer un peu de retrouver la clivée et de le placer au niveau du Parlement pour être examiné de manière à ce qu’ils soient une corporation officiellement reconnue dans le pays et opérant en tant que telle », nous-a-t-il confié.

Il faut dire que cette association des médecins vétérinaires avait déjà déposé une proposition de loi au niveau de l’Assemblée nationale, en vue d’être reconnue officiellement à travers un Ordre, comme les cas des Avocats, des médecins, des architectes, et récemment des infirmiers. Malheureusement, les choses sont telles qu’elles sont, ils ont sollicité l’intervention du ministre des Relations avec le Parlement, Justin Bitakwira, pour savoir ce qui devait être fait. « Mon cher collègue les a amené ici, qu’ensemble nous examinions le cas, qu’on mette en place un mécanisme stratégique pour que ç’a aille rapidement », a-t-il ajouté.

Quid de la corporation des médecins vétérinaire 

Ayant poursuivi le cursus normal de leur métier et profession vétérinaire, ces médecins regroupés en association ont aussi le droit d’avoir un cadre organique, en vue de se mettre en ordre de par les lois de la République. Cependant, plaider auprès du ministre de Pêche et Elevage, cela implique qu’ils sont en quelque sorte sous tutelle de ce ministère, en tant que vétérinaires et l’essentiel d’entre eux sont fonctionnaires. « Leur maison c’est avant tout ici, en qualité des médecins vétérinaires, ils cadrent avec l’élevage et la pêche. Je pense que ce ministère est tombé à point nommé pour qu’effectivement les médecins vétérinaires se sentent impliqués », a reconnu Justin Bitakwira.

Le patron des Relations avec le parlement, en sa qualité de panafricaniste, se souvient d’un adage qui dit « Souvent les enfants de riches sont paresseux ». Ceci explique cela, qu’avec les potentialités que Dieu a enfouit dans le sol et sous-sol, même du point de vue géographique, les Congolais semblent être paresseux, conformément à son adage. « Dieu nous a donné, lac, mer, océan, rivière, fleuve…mais nous importons de poissons, alors que c’est nous normalement qui devraient exporter les poissons. Avec ce que nous avons comme potentiels géographique, il n’y a plus de fermes », déplore-t-il. C’est le sens même de la démarche des médecins auprès des ministres directement impliqués dans leur profession, d’une part, être reconnu officiellement par un cadre organique ; d’autre part, par leur ministère de tutelle.

Donc, avec l’appui du Président de la République Joseph Kabila, a dit Justin Bitakwira, qu’il est grand temps qu’on réveil les Congolais d’un profond sommeil dépourvus de ferme, alors qu’ailleurs, l’agriculture, la pêche et l’élevage constituent le leitmotiv même de l’organisation d’une société développée. Pour Justin Bitakwira, il est grand temps que les gens se remettent au travail, plutôt que de passer le temps à demander à Dieu, ce qu’il a déjà confié à la RDC de par les potentialités qu’elle regorge, d’où, la nécessité de doter aux médecins vétérinaires, un cadre organique, devant organiser leur profession. Ceci dit, il encourage ceux qui n’ont pas pu aller loin avec les études d’embrasser la pêcherie, l’élevage et l’agriculture.

Dans ce même ordre d’idée, le ministre Jean-Marie Bulambo a fait savoir la nécessité de cette profession, dans la mesure où la Rdc semble menacer par les différentes grippes, à l’Est par l’Ouganda, la grippe aviaire ; au Sud-Ouest, par l’Angola, la rage ; au Sud-Est, par la Zambie, la peste porcine. Ils sont les maitres qui peuvent mettre les Congolais à l’abri de ces différentes grippes. Ils sont  encouragés par les ministres dans leur démarche, car la vie des Congolais dépendent d’eux, puisqu’ils courent le risque avec différentes grippes et épidémies.

Enfin, le Docteur Bruno Miteo a précisé qu’il est temps de réveiller le dossier de leur corporation, car, en Rdc, soutient-il, il faut apporter les contributions aux efforts du Gouvernement. Ce dernier, poursuit-il, s’est assigné le devoir ‘d’assurer la santé de la population en terme d’une alimentation saine, par la production animale. Malheureusement, la RDC importe les tonnages de viandes, qui parfois posent le problème de santé aux Congolais, déplore-t-il. Enfin, la seconde démarche consiste à ce que leur organisation soit protégée par la loi, en ce que le Gouvernement de la République doit savoir ce qui se fait dans notre pays  avec les médecins vétérinaires, qui ont bénéficié de la formation et de l’appui du Gouvernement congolais, en terme de salaires, équipements, patrimoine immobilier.

Et la troisième démarche est le besoin de varier notre économie, en ce que la RDC est un pays dont l’économie est basée sur l’exploitation de minerais, alors que la Rdc a des potentialités énormes. Ce qui fait des autres pays développés, c’est la pêche, l’agriculture et l’élevage, a soutenu Docteur Bruno Miteo, ayant reçu la formation et l’intelligentsia nécessaires.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse