Opinion: Les sportifs continuent à réclamer un Palais de sports

par -
0 580
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans l’édition du mardi 20 octobre dernier, les lecteurs assidus du Journal L’Avenir ont pu lire dans les colonnes de leur quotidien, les préoccupations exprimées par le mouvement sportif au ministre de la Jeunesse, Sports et Loisirs, M. Denis Kambayi.

En effet, au cours des échanges du vendredi 16 octobre dernier à l’Hôtel Africana Palace entre le ministre et le Mouvement sportif, parmi les préoccupations exprimées, le journal L’Avenir a pu noter le manque criant des infrastructures sportives répondant aux normes internationalement admises. S’il faut être plus honnête et plus tranchant, nous ajouterons que l’inexistence d’un Palais de sports étonne et révolte les sportifs rd congolais.

Savoir imiter les autres pays

Pour l’heure, la République Démocratique du Congo est à la traine des autres pays africains en matière d’infrastructures sportives. Il est vrai que le Gouvernement du 1er ministre Matata Ponyo s’emploie à redorer l’image de la RDC de ce point de vue, mais on doit reconnaître que les efforts à fournir sont énormes.

Puisqu’il faut partir de quelque part, tous les sportifs rd congolais apprécient à sa juste valeur la réalisation du Projet Prostam qui consiste à la construction des stades municipaux à travers tout le territoire national. L’avantage ici est de rapprocher les installations sportives avec le lieu d’habitation des sportifs, afin de leur éviter de longs trajets pour s’adonner à la pratique du football.

Mais force nous est de constater que les jeunes rd congolais ne s’adonnent pas qu’à la pratique du football, mais à beaucoup d’autres disciplines. Entre autres les disciplines individuelles telles que l’athlétisme, l’haltérophilie, l’escrime, le tennis de table, le lawn tennis, le cyclisme, le badminton, la gymnastique…ou les disciplines collectives telles que le volley-ball, le basket-ball et le handball qui se jouent en salle mais curieusement continuent à se jouer en plein air en RDC. D’autres s’adonnent aux sports de combats tels que le karaté, la lutte, le judo, le taekwondo, le jiu-jitsu, la boxe, full contact, kick boxing, kurash, etc.

Mis à part le football, toutes les autres disciplines souffrent d’un manque criant d’infrastructures. Imaginer que pour organiser une compétition de judo ou karaté, l’on doit attendre que le basket-ball termine son championnat. Et une fois qu’il y a intempérie (soleil ou pluie), l’organisation connaît des sérieux problèmes. Voilà où réside le nœud du problème, surtout pour les sports de combat. Il leur faut impérativement un Palais de sports.

Il faut qu’on se le dise, les sportifs sont fatigués de voir et de lire la pancarte installée devant l’entrée du Stade des Martyrs ‘’ici sera érigé le Palais de sports’’ et qu’on ne voit toujours rien surgir de terre voici plusieurs années. Un Palais de sports, c’est la priorité des priorités à l’heure actuelle. On a de très bons athlètes dans les sports de combat qui ne demandent que des meilleures conditions de pratique de leur discipline. La panacée à notre humble avis, c’est un Palais de sports d’au moins 15.000 places assises.

Si les autres pays africains arrivent à se doter des infrastructures modernes et des Palais de sports qui font leur fierté, cas de la République du Congo avec le complexe sportif de Kintelé, pourquoi pas la RDC ?

Dossier à suivre.

(Antoine Bolia)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse