Opinion: Le civisme sportif, plus qu’un devoir pour le sportif congolais

par -
0 694
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le sport est une école de loyauté. Et quand on est sportif, on doit le démontrer par les actes. Cependant, le comportement qu’affichent certains sportifs en République Démocratique du Congo laisse à désirer et suscite en nous plusieurs interrogations. Sont-ils réellement des sportifs ou font-ils semblant de l’être ?   Pas plus tard que le dimanche 15 novembre dernier, lors du match retour RDC-Burundi, comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde Russie 2018, nous étions sidérés de constater au Stade des Martyrs, qu’il y a encore des sportifs qui ne comprennent toujours pas qu’ils ont tout intérêt d’acheter leur billet d’entrée au stade pour assister au match.

Un vrai sportif achète son billet d’entrée

En effet, ils étaient nombreux aux alentours du stade sans billet pour y accéder. Au lieu de rentrer calmement à la maison suivre le match soit à la télé ou à la radio, certains parmi eux ont carrément résolu d’escalader le mur. D’autres étaient aux aguets et tentaient par tous les moyens d’entrer en contact avec les agents de service de sécurité postés aux entrées pour leur faciliter l’accès par le système taxi ou en refilant quelques billets de banque. Dieu seul sait combien ont pu pénétrer au stade par ce mode tant décrié.

Une chose est sûre, aussi longtemps que ces compatriotes ne comprendront pas qu’une rencontre de football est un spectacle, et que tout spectacle a un coût, les caisses des entités sonneront toujours vides et le bien-être des footballeurs pas du tout garantie. Quel est ce sportif qui sera content de voir une vedette adulée de son équipe totalement démunie de bien-être vital ?

Pourtant, c’est à partir de l’achat de son billet d’entrée au stade que l’entité organisatrice va tirer des recettes qui seront partagées aux clubs qui ont participé au spectacle. Frauder en escaladant le mur, c’est ignoble pour un sportif. C’est ici l’occasion pour nous de comprendre tout le sens de la campagne de civisme sportif qu’avait lancé M. Denis Kambayi, ministre de la Jeunesse, Sports et Loisirs.

Pour rappel, le samedi 24 octobre, le ministre avait convié tous les jeunes sportifs à la Foire Internationale de Kinshasa ‘’Fikin’’ pour une cérémonie d’échanges.

Entrant dans le vif de son message, le ministre Denis Kambayi avait déclaré qu’il initie à partir de ce samedi-là, une campagne de civisme sportif ou la nouvelle citoyenneté qui la conduira par la suite à Matadi, Kikwit, le grand Kasaï et partout sur l’étendue du pays.

Encore plus explicite, le ministre Denis Kambayi avait fait remarquer à ses interlocuteurs qu’avec le Premier ministre, ils étaient allés visiter tour à tour le Stade Tata Raphaël et le Stade des Martyrs. Pour le Stade des Martyrs, il était question de voir si ce temple fermé pour travaux depuis 2014, pouvait accueillir une rencontre internationale de l’équipe nationale, car le ministre voudrait que toutes les rencontres internationales se jouent à Kinshasa. Et le ministre avait ouvert une brèche pour interpeller la presse sportive, en l’invitant à faire recours au patriotisme.

Pour le stade des Martyrs, le ministre avait reconnu que ce bijou n’est pas prêt à 100 %. Mais qu’il pouvait déjà accueillir une rencontre internationale, c’est ce qui vient d’être fait. Et il avait ajouté qu’au stade des Martyrs, on y a placé des caméras de surveillance. Malheur donc à ceux de fauteurs de troubles qui seront appréhendés dans ce stade, car ils vont subir la rigueur de la loi. Ceux qui viennent au stade pour piller les autres et poser des actes de vandalisme sont d’ores et déjà avertis.

Et le ministre avait attiré l’attention des uns et les autres sur la présence des mineurs. Ces derniers ne doivent plus venir au stade, en attendant qu’on stabilise la situation. Et ici, il y a lieu de noter qu’effectivement, les mineurs étaient absents.

Quant au comportement que devront adopter les sportifs au stade, le ministre est allé droit au but pour leur dire de respecter les institutions de la République : Président de la République, le Parlement composé de deux chambres (Assemblée Nationale et Sénat), le Gouvernement de la République et enfin, les cours et tribunaux. Ce n’est pas normal de manquer du respect à ces institutions, avait-il conclu. Nous ajoutons que frauder, casser les chaises et autres actes de vandalisme, ce n’est pas bon pour un sportif.

 

(Antoine Bolia)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse