Opération « Mbata ya bakolo » au Congo-Brazzaville

par -
0 858
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après les ressortissants de la RD Congo, les Ouest-Africains

Au Congo-Brazzaville, les expatriés ressortissants des pays d’Afrique de l’ouest broient du noir. Il ressort de RFI-Matin d’hier que ces derniers qui ont choisi ce pays comme leur seconde patrie sont, à leur tour, la cible de l’opération « Mbata ya bakolo » (entendez : gifle des aînés), décrétée par les autorités du Congo-Brazzaville. A partir de mars de l’année 2014, en effet, lesdites autorités avaient déclenché la répression et l’expulsion massive des ressortissants de la RD Congo. Plus d’un milieu imbu de bon sens, en Afrique et dans le monde ont appelé les autorités concernées à « humaniser la méthode», sans toutefois renoncer à leur décision. Une année plus tard, des voix similaires s’élèvent pour plaider en faveur des Ouest-Africains, contraints à tout quitter par la pointe des pieds.

L’ONGDH dénommée « Action contre les violations des droits des personnes vulnérables, ACVDP a fait entendre sa voix, étant sensible à cette opération qui avait mis en exergue l’instinct primaire de certains hommes en uniforme (viol, extorsion, maltraitance…),

La Journée de l’enfant africain (2014) et la scolarisation hypothétique des refoulés de Brazzaville

« Le 16 juin, c’est à cette date qu’est célébrée annuellement la journée de l’enfant africain. Le thème retenu pour l’année 2014 est le suivant : « Une éducation de qualité, gratuite, obligatoire et adaptée pour tous les enfants en Afrique. L’ACVDP, considérant les refoulements massifs tels que décrétés par les autorités de Brazzaville, plaide pour la récupération et la scolarisation des enfants victimes de cette opération en RD Congo.

« Dans l’ensemble, les enfants occupent une part importante des expulsés, soit plus de 50%. Il y a, de ce fait, nécessité que les autorités du pays d’accueil, donc celles de la RD Congo leur réservent une attention particulière.
Surtout, en ce qui concerne leur éducation en marge de la Journée de l’enfant africain qui est célébrée le 16 juin de chaque année. Cette déclaration émanait d’un rapport de monitoring élaboré en son temps par le président de cette structure, Crispin Kobolongo.

Face à ce climat délétère, l’ONGDH a recommandé :

Au Gouvernement congolais de la RD Congo de :

– prendre toutes mesures nécessaires, pour assurer la scolarisation des enfants, conforment à la loi portant protection de l’enfant congolais ; mettre rapidement en place dans le nouveau site, des écoles de récupération des enfants ; activer une commission chargée de répertorier les écoles dans lesquelles fréquentaient les enfants congolais de la RD Congo, pour récupérer les documents scolaires desdits enfants restés à Brazzaville;

Au Gouvernement de la République du Congo de:

– respecter la Convention tripartite Angola – République du Congo – RD Congo du 3 décembre 1999 ainsi que les instruments tant sous-régionaux qu’internationaux (la déclaration universelle des droits de l’homme, la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant, etc.) de protection des droits humains en général, les droits économiques, sociaux et culturels et des personnes vulnérables en particulier ; de collaborer avec la RD Congo dans sa mission de répertorier les écoles dans lesquelles les enfants congolais de la RD Congo fréquentaient. Ceci pour récupérer les documents scolaires de ces derniers restés à Brazzaville.

Sont également violés les instruments juridiques sous-régionaux, régionaux et internationaux (la déclaration universelle des droits de
l’homme, la charte africaine des droits de l’homme et des peuples, la convention contre la torture, la convention relative aux droits de l’enfant, la charte africaine : des
droits et du bien-être de l’enfant, etc.), de protection des droits humains en général ; les droits économiques, sociaux et culturels et des personnes vulnérables, en
particulier.

(Lepa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse