Olympisme, A la séance d’échanges d’hier: Les sociétaires recommandent au comité exécutif du COC de poursuivre le processus électoral

par -
0 205
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Comme souligné dans notre édition du vendredi dernier, le Comité exécutif du Comité olympique congolais a convié les structures sportives, fédérations et Groupements sportifs nationaux, membres du C.O.C, à une séance d’échanges hier mardi 11 avril 2017,  au siège du COC, sis 309, boulevard Lumumba dans la commune de Limete.

Prévue à 15h00, la séance qu’a présidée le Vice-Président du COC Dr Ngiebe Mubiala René a débuté à 16h20. Dans son mot, il a précisé que le comité dont il fait partie est fin mandat. Ils ont débuté le processus. Mais à la demande des uns et des autres, ils ont tenu à écouter les préoccupations émises par les sociétaires, afin de trouver des solutions. Le Comité exécutif a reçu des correspondances venant des structures membres du COC dont l’une du 6 mars 2017. Le comité exécutif a réservé une suite le 17 mars 2017 et l’autre du 21 mars 2017. Le comité exécutif a donné une suite en date du 5 avril 2017.

Comme modalité adoptée, on a lu les deux correspondances sus évoquées et l’on est passé aux échanges. A l’issue de cette séance, M. José Bonenge Lifala, vice-président du C.O.C a parlé au nom du comité exécutif en ces termes : comme vous l’avez constaté, que le comité exécutif a organisé une réunion d’échanges avec les sociétaires parce qu’il y a eu beaucoup de préoccupations dans le chef de ces derniers. Et dans l’esprit olympique du comité exécutif, celui-ci les a invités ce jour. Ils ont répondu présents. Et à l’issue de cette séance, ils ont demandé au C.O.C de poursuivre le processus pour que nous allions le plus vite possible aux élections. Le comité exécutif du C.O.C a pris acte de ces desiderata et va s’y mettre pour poursuivre le processus’’.

Quant à l’absence de certains sociétaires qui avaient exigé une assemblée générale de clarification, José Bonenge a fait allusion  aux problèmes d’embouteillages. Et de conclure : ‘’Nous pouvons considérer que c’est un empêchement. Nous allons statuer par rapport à cela’’.

A propos de l’incident qui a vu M. Emile Ngoy, président de la Fédération Congolaise de Lawn Tennis vider la salle pour avoir constaté qu’on avait signé à sa place dans la correspondance adressée au COC par les sociétaires, sans qu’il sache ou qu’il ait donné son aval, M. Bonenge a effectivement reconnu le fait parce que quand on avait lu la première correspondance, il avait constaté qu’on avait signé à sa place. Raison pour laquelle il a demandé à se retirer pour aller convoquer une réunion d’urgence de sa fédération. C’est un cas parmi tant d’autres. Nous voulons vraiment aller aux élections dans un esprit apaisé’’.

(Antoine Bolia)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse