Olenghankoy pressenti président du CNSA

Après le décès, le 1er février 2017 de M. Etienne Tshisekedi wa Mulumba, président du Conseil national de suivi de l’accord et du processus électoral (CNSA), le moment était  venu pour son remplacement, maintenant que le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement/Limete ne se sent plus concerné. Pour y parvenir,  des listes de candidats ont été déposées à la Présidence de la République.

Et ce, conformément aux alinéas 3 et 4 de l’article 13 de l’Arrangement particulier, selon lesquels,  en attendant l’entrée en fonction du Président du CNSA, les listes de membres désignés sont transmises au Président de la République.  Dans un délai de 15 jours, à compter de la date du dépôt des listes des membres désignés, le Président de la République convoque les membres du CNSA afin notamment de: Valider les mandats des membres; Discuter de la désignation par consensus du Président du CNSA; Constituer le Bureau définitif du CNSA.

Voilà pourquoi, à la demande du Président de la République,  les honorables Aubin Minaku Ndjalandjoko et Léon Kengo wa Dondo convient les signataires de l’Accord du Centre interdiocésain de Kinshasa, à savoir la Majorité Présidentielle, le Rassemblement des forces vives de l’opposition, le Front pour le respect de la Constitution, l’Opposition Républicaine et la Société civile, de demander à leurs candidats délégués au CNSA, en qualité de membres, de prendre part à la première réunion de cette institution d’appui à la démocratie.

Des candidats à la présidence

Même si le rendez-vous d’aujourd’hui concerne tous les vingt-huit membres constituant le Conseil national de Suivi de l’Accord et du Processus électoral issus des parties prenantes, soulignons que le focus sera  fait sur la personne qui présidera cette Institution. A la Présidence de la République, nous apprenons que nombreux sont les leaders politiques qui ont manifesté leur volonté de présider cette Institution. C’est le cas de Joseph Olenghankoy, du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement/Aile Kasa-Vubu, Vital Kamerhe de l’UNC, Eve Bazaiba du MLC et Front pour le respect de la Constitution, etc.

Toutefois, en considérant le chapitre VI.2.2 de l’Accord, selon lequel le CNSA est présidé par le président du Conseil de sage du Rassemblement, il n’y a pas match et l’on sait déjà de quel côté la boussole se penchera. En plus, étant donné que le RASSOP/Limete s’est disqualifié, la candidature qui est bien partie pour passer par consensus, est celle de Joseph Olenghankoy, du Rassop/Kasa-Vubu et qui a la bénédiction de Bruno Tshibala, Premier ministre par la volonté de l’Accord de la Saint-Sylvestre. Olenghankoy a l’avantage de l’emporter facilement, à cause de son combat et sa carrure politique, son expérience,  son parcours non conflictuel et le fait qu’il jouisse du prestige d’héritier politique de feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba. Les autres, s’ils le veulent, devront occuper d’autres postes au sein de cette institution importante pour faire le monitoring du processus électoral.

Le Gouvernement doit apprêter la loi organique

Soulignons en passant que l’organisation et le fonctionnement du Conseil national de Suivi de l’Accord et du Processus électoral sont déterminés par la loi organique sur base de l’article 222 de la Constitution et de son Règlement intérieur. Cette loi, en préparation au Gouvernement, devra être examinée et votée au Parlement lors de sa session de septembre 2017. Et ce, pour mettre en œuvre ledit Accord avec la plus grande diligence afin d’atteindre, dans les délais convenus, les objectifs fixés de manière consensuelle et de permettre au pays de relever les défis majeurs auxquels il fait face tant sur le plan politique, économique, social que sécuritaire.

Disons par ailleurs que le Conseil a deux organes: une Plénière et un Bureau. Ce dernier comprend un Président, trois Vice-présidents, un Rapporteur et un Questeur. Les membres du Bureau du Conseil national de Suivi de l’Accord et du Processus électoral sont désignés par les parties prenantes conformément à la répartition convenue dans l’Annexe C de l’Arrangement particulier. En attendant la promulgation de la loi, le CNSA fonctionne sur la base de l’Accord politique global et inclusif, du présent Arrangement particulier et d’un Règlement intérieur provisoire.

(JMNK)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse