Nord-Kivu: Quand le deuil national se mue en ”ville morte”

par -
0 520
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La première journée de deuil dans le grand-nord de la province du Nord-Kivu s’ est transformée en journée ville morte à Oicha, Beni, Butembo et Lubero. Boutiques, magasins, banques et stations-services  n’ont pas ouvert lundi.

Tout en respectant le deuil national de trois jours décrété par le gouvernement congolais, les habitants de cette partie de la province se sont abstenus de travailler avant l’enterrement des victimes de l’ attaque meurtrière perpétrée dans la nuit de samedi à dimanche par des présumés ADF.

Devant tous les bureaux officiels, le drapeau national est resté en berne. Sur décision gouvernementale, les radios locales ont accompagné cette journée par des cantiques religieux de consolation. Mias il faut dire qu’ au lendemain de cette attaque, des scènes de panique se sont multipliées à Beni. A chaque fois, il s’ agissait d’ une rumeur ou d’ une fausse alerte.

«  Nous en avons marre, nous voulons que la paix règne dans notre territoire comme dans d’autres provinces. Nous demandons au gouvernement de prendre cette question au sérieux », déclare un habitant contacté par www.groupelavenir.org

Au même moment, la campagne pour faire échec au plan de l’ennemi s’ accentue dans toutes les organisations sérieuses de la société civile  comme l’ église. Selon  Jonas Mbahaye, notre correspondant sur place, les analystes craignent que l’idée de la balkanisation puisse être inculquer au sein de la population. Des analystes qui redoutent que les adeptes de la balkanisation soient  eux-mêmes, auteurs présumés de ce massacre et de l’insécurité à l’ Est du pays, cherchant à profiter  de cette situation pour mettre à jour leur plan.

Jean Pierre Kayembe

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse