Nord-Kivu: Profanation excessive des tombes dans plusieurs cimetières à Goma

par -
0 774
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Si bien que dans la culture africaine et en RD Congo, les morts méritent de l’honneur, il n’est pas le cas pour Goma, capitale administrative de la province du Nord-Kivu, où des tombes sont profanées à longueur des journées et des nuits.

Il faut être d’une famille nantie ou généreuse pour espérer reposer honorablement dans les cimetières de Goma. Cimetière Kanyamuhanga, c’est du VIP, une exclusivité des familles riches qui déboursent plusieurs centaines de dollars américains à l’hôtel de ville pour enterrer leurs morts. Ici, il est même possible de se faire une tombe vide d’avance dans l’espoir d’en occuper un jour.

« C’est généralement des morts de familles des grands ou moyens operateurs économiques de la ville, politiciens et hauts fonctionnaires », laisse savoir Salomon Hakizimana, habitant les environs de ce cimetière dans la périphérie de Goma.

Sinon, si on n’accepte pas de débourser assez pour un disparu, on n’a qu’un seul choix, le cimetière Ngabiro ou celui environnant l’Itig (Institut de technique industrielle de Goma) ou vers la station SEP Congo.

Une ignominie persistante

 C’est une poubelle clandestine et une route (de déviation) qui trace le milieu des tombes. Les autorités en sont certainement saisies.

Les morts sont enterrés les uns sur les autres, d’autres sont déterrés et les enfants détruisent les tombes en transformant le cimetière de l’ITIG à un terrain de jeu et loisirs. Plusieurs tombes ne sont plus couvertes, d’autres sont hermétiquement dépourvues de cadavres vers une destination inconnue.

Malgré la profanation accentuée des tombes dans ce cimetière, les familles gomatraciennes ne cessent d’y amener leurs disparus.

Aux cimetières communément appelés Ngabiro et Sep Congo, des tombes n’ont plus d’identités, dépourvues de croix qui serviraient de bois de chauffage pour les ménages du coin et pire encore, des ménages environnants y plantent leurs semences dans le but de récolter après.

Le député provincial Simon Kazungu et autres activistes de droit de l‘homme déplorent depuis plusieurs années cette profanation du cimetière de l’ITIG et d’autres à Goma.

« Je suis vraiment choqué de ce que je viens de voir au cimetière dénommé communément l’ITIG. Vous vous rendez compte de la situation des gens qui, après une semaine, ne peuvent pas voir les tombes de leurs parents et grands-parents. Ces tombes disparaissent comme ça », s’étonne le député Simon Kazungu.

Désacralisation

Le député provincial regrette le fait que le respect aux morts s’effrite progressivement dans les comportements de la population de Goma. Ce député provincial recommande de sa part que les jeunes gens qui passent leurs temps dans ce cimetière puissent en être délogés et éduqués pour permettre  aux  défunts de se reposer en paix.

« On devra interdire que les gens jettent des ordures dans le cimetière. Il y a une profanation qui ne dit pas son nom qui se fait dans ce cimetière. Il y a ce que j’ai appelé une désacralisation des tombes du cimetière de l’ITIG », a poursuivi Simon Kazungu.

Depuis plusieurs années en ville, des mesures prises par la Mairie pour en finir avec la profanation des tombes n’ont abouti à aucun résultat escompté. Tout de même, les habitants déplorent le manque de sérieux de la part des autorités.

Zawadi Esther, habitante avertie de la ville estime de sa part que « Seul la Mairie favorise cette profanation, car elle ne refuse jamais de percevoir de l’argent de la part des familles endeuillées pour acquérir des tombes pour leurs défunts sans tenir compte de l’espace qui n’existe presque plus ».

 Des sources hautement placées à la Mairie de Goma relatent que le cimetière de l’ITIG avait depuis plus de trois ans été déclaré fermer officiellement.

Différentes organisations de la société civile le déplorent depuis près d’une décennie, mais n’observent aucun changement nourrit par les autorités. Certaine d’entre elles envisagent porter plainte contre la Mairie de Goma.

 

(Pascal Mulegwa/Goma)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse