Nord-Kivu: Michel Nourdine parle de la mission et perspectives de l’ILC

par -
0 453
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après la retraite qui s’est tenue à Goma, dans la province du Nord-Kivu, le coordonnateur de l’Initiative pour un leadership cohésif (ILC), Michel Nourdine Kassa, a voulu éclairer l’opinion publique sur la mission de cette Ong et donner quelques perspectives d’avenir.

Avenir : Michel Nourdine Kassa, bonjour. Vous êtes le coordonnateur de l’ILC (Initiative pour un leadership cohésif) et ça fait pratiquement dix ans que vous évoluez dans cette structure. Brièvement, est-ce que vous pouvez nous donner la mission de votre Ong ?

Michel Nourdine : Merci beaucoup. Je tiens à signaler qu’avant l’ILC, j’ai exercé des fonctions au sein des Nations Unies, au Zaïre puis en RDC, et qui très vite ont du se concentrer sur comment trouver des moyens d’apporter des secours d’urgence aux populations civiles en pleine guerre. Pour cela, je me suis vite rendu compte qu’en tant qu’acteur humanitaire, il fallait que je parle aux leaders, aux preneurs des décisions, afin qu’ils réalisent eux-mêmes que s’ils prétendaient être mobilisés par une cause au nom de la population, la première chose qu’ils avaient à faire c’était de laisser les secours d’urgence parvenir aux populations civiles les plus victimes, les plus vulnérables. Et c’est avec cette conviction qu’il fallait que les leaders eux-mêmes prennent le sens de leur propre responsabilité dans la marche d’un pays, dans le bien-être ou le mieux-être d’une population. C’est dans ce sens-là que j’ai quitté l’ONU pour créer l’ILC.

Vous aviez ce souci-là de leadership ?

Quand j’ai pensé à la façon dont mon mandat humanitaire m’avait contraint à m’adresser directement aux leaders, aux preneurs des décisions dans chacune des zones qui composaient la Rdc à l’époque, parce que la RDC était fragmentait, que quand il fallait parler union nationale, il fallait parler de premiers vols à accomplir d’une zone à l’autre. De Kinshasa à une zone rebelle ou de s’occuper de la vie du quotidien des étudiants, de la santé… Sur ce, il fallait rappeler à chacun de leaders où qu’il soit, que s’il professait un objectif noble pour leur pays, il ne devait pas s’opposer à toute proposition d’initiative qui aurait pour but l’unité nationale et la cohésion nationale. C’est fort de cette conviction que je suis revenu en RDC, car j’étais à Genève, et que j’ai commencé à organiser des retraites qui avaient plusieurs particularités, l’une d’entre-elles, c’est réunir tous les niveaux des leaderships, parce que le leadership en RDC c’est aussi le chef de village, c’est aussi la femme qui a de l’influence dans un marché ou un parlement qu’il soit national ou provincial. Toutes les formes de leadership quel que soit le niveau.

De par cette expérience que vous avait acquis dans l’humanité, vous avez créé l’ILC et succinctement vous pouvez nous donner la mission de l’ILC ?

La mission de l’ILC c’est de se transformer, de se faire accoucheur pour permettre à un groupe des congolais et congolaise qui ont chacun un certain niveau d’influence sur l’opinion publique, qui sont des faiseurs d’opinion, leur permettre d’accoucher eux-mêmes d’une certaine pensée commune, de certaines analyses communes et qui conduisent à des engagements communs et des actions communes. C’est comme ça que se forge une cohésion territoriale, provinciale et nationale. Le cas de la RDC étant un cas assez exceptionnel parce que quand vous parlez d’un territoire, il y a une diversité humaine extraordinaire et un jour on célébrera cette diversité humaine. Aujourd’hui, elle est vue comme source de division et de rivalité, c’est peut-être la meilleure chose pour décrire la RDC.

Vous êtes accoucheurs de la cohésion et c’est pour cela vous venez encore d’organiser une retraite. C’est la énième retraite. Est-ce que vous pouvez nous donner ce qu’a été le but de cette rencontre ?

La sagefemme ne décide pas sur la forme du bébé, elle aide seulement à l’accouchement. Parfois, il y a eu des groupes où certaines personnes dans ce groupe-là n’avaient pas vraiment l’intention qu’il y ait cohésion. Ils sont rentrés comme des diviseurs dans la salle et ils en sont sortis après avoir divisés encore. Et par leur puissance, certains d’entre eux ont pu durablement divisé. C’est en fait le plus grand cancer qui puisse régner dans notre pays. La division c’est une véritable métastase pour la société congolaise et nous ce qu’on propose, c’est que la bonne foi l’emporte dans nos retraites. Si vous venez avec bonne foi, avec l’envie que les choses s’améliorent pour vos enfants, alors vous êtes les champions et championnes de nos retraites. C’est ce qu’on a proposé en Novembre dernier à près d’une centaine de femmes qui sont venues de tous les territoires et villes de la province du Nord-Kivu. Elles ont tellement voulu, malgré leurs différences et suspicions mutuelles qu’elles n’ont pas cachées, gagner cette dynamique de cohésion qu’elles ne voyaient pas venir depuis 27 ans. Donc, ce que nous proposions à ces femmes, c’était de tenter de voir franchement les meilleures façons de gérer les suspicions qui habitent leurs communautés respectives.

La cohésion c’est un processus et on a vu, dans l’atelier, des femmes s’engager. Vous êtes satisfait du déroulement de ce énième atelier qui a connu une soixantaine des femmes ?

On les a mis un peu au défi de la bonne foi et du courage. Et je suis admiratif du degré de bonne foi et de courage collectif et personnel que ces femmes ont fait. Elles ont soif de construire la paix pour leur famille, mais aussi leur pays, car il y avait du patriotisme, car l’ILC est aussi accoucheur de patriotisme.

Les perspectives d’avenir

Il y a des noyaux des femmes leaders pour un Nord-Kivu cohésif qui sont en train de se former territoire par territoire. Au niveau de Goma, inter territoire ainsi qu’à Kinshasa et ce sont ces noyaux des groupes cohésifs qui vont faire le travail et se questionner elles-mêmes.

(Judith Ebondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse