Nord-Kivu: Le CICR condamne les violences commises contre le centre de santé d’Eringeti

par -
0 648
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Une équipe du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a pris en charge à l’hôpital Ndosho de Goma trois femmes blessées au cours des attaques meurtrières qui ont été perpétrées le 29 novembre dernier à Eringeti et qui ont semé la panique au sein de la population de cette ville septentrionale de la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par la nature des violences commises durant l’attaque d’Eringeti, notamment à l’encontre des civils et du centre de santé de la ville. De nombreuses personnes sont mortes. Plusieurs patients – dont un nourrisson– et un membre du personnel médical ont été froidement exécutés lors de l’attaque », déclare Alessandra Menegon, cheffe de la délégation du CICR dans le pays.

Le CICR déplore le climat d’insécurité et de violence dans lequel vivent les habitants de cette région depuis plusieurs mois. Les exactions commises ont déjà provoqué d’importants déplacements de population. Et selon les estimations, quelque 35 000 personnes se retrouvent privées d’accès aux soins du fait de l’attaque commise contre le centre de santé de la ville et des dommages importants causés à ses bâtiments.

Le CICR rappelle à toutes les parties aux hostilités que les attaques menées contre des civils ou des biens de caractère civil, comme les structures médicales, constituent une violation flagrante du droit international humanitaire. Les civils et les personnels de santé doivent impérativement être respectés et protégés conformément au droit applicable.

Plus de 30 morts

C’est aux environs de 15h00 locale, dimanche 29 novembre courant que les terroristes ADF ont dirigé une attaque contre l’Etat-major du 312e Bataillon de l’unité de Défense Principale. C’est à Eringeti (55km-nord de Beni) en Groupement Bambuba-Kisiki, Secteur de Beni-Mbau, en Territoire de Beni où l’ennemi a opéré de manière inattendue, semant la panique en pleine journée.

Les affrontements ont duré plus de 10 heures, soit de 15h00 (dimanche dernier) à 1h00 (le matin de ce lundi 30novembre). Les premières informations recueillies par le CEPADHO à titre de bilan provisoire font état de 18 morts dont: 14 ADF tombés sous le feu des FARDC, 7 civils tués à la manchette par les terroristes et 1 casque-bleu de la MONUSCO de la FIB.

Côté FARDC, les sources du CEPADHO avancent 8 morts (du 312, 313e Bataillon et de l’EM-Brigade), tous de la 31e Brigade de l’Unité de Défense Principale. Quant aux blessés dans l’ensemble, ils approchent une dizaine. Et s’agissant des dégâts matériels, on note 43 maisons incendiées par les Jihadhistes. Quoi qu’il en soit, ce bilan est toujours provisoire et risque même d’être revu à la hausse considérant la fouille qui se poursuit.

Le moins que nous puissions dire, s’agissant des corps des ADF, nombreux sont ceux qui sont d’apparence somalienne. Et selon plusieurs témoins à Eringeti, pendant qu’ils combattaient ou exécutaient les civils, ces islamistes disaient toujours en arabe <Allah Akbar> (Dieu est Grand), donc prétendant être en pleine guerre sainte <le Jihad>.

Suite à cette situation, le village d’Eringeti s’est vidé de ses habitants. Nombreux sont ceux qui, dans la débandade, se sont retirés en brousse en province voisine de l’Ituri ou dans les localités de Luna, Ndalia, Otomabere et Komanda (en territoire d’Irumu/Ituri).

A l’instant, une accalmie relative s’observe à Eringeti où les Forces Armées appuyées par les Casques-bleus Tanzaniens de la FIB contrôlent la situation après avoir réussi à repousser l’attaque terroriste.

Partant de ces illustrations éloquentes, le CEPADHO pense que le terrorisme à Beni est aussi préoccupant que ce qu’il y a en France.

Il est temps que le Gouvernement Congolais et la Communauté Internationale agissent urgemment pour arrêter le Jihadhisme en émergence dans cette partie du pays. Par ailleurs, le CEPADHO émet le vœu de voir le Chef de l’Etat relancer formellement la coopération FARDC-MONUSCO pour une traque conjointe de ces terroristes et forces négatives.

(JMNK et CICR)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse