Nord-Kivu: La maire de la ville déplore la non prise en charge de déplacés de Beni

par -
0 587
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après la pression militaire exercée par l’armée congolaise, la situation humanitaire demeure préoccupante dans la ville de Beni dans la province du Nord-Kivu. Mme Angèle Nyirabiritaro, maire de la ville a dressé le mercredi 20 mai dernier, un tableau indiquant que plusieurs familles qui ont fui les massacres dans leurs localités sur l’axe Beni-Mbau n’ont pas jusque-là bénéficié d’une prise en charge au sein de la famille d’accueil et ne sont pas encore enregistrées, a publié radiookapi.net.

Selon la source, la maire de la ville de Beni dit être butée à plusieurs défis pour gérer cette crise. Sa crainte se situe surtout au niveau de l’apparition des maladies qui peuvent causer la mort à plusieurs personnes et l’insécurité alimentaire. Au cours de cet échange, Angèle Nyirabiritaro a spécialement évoqué le manque de moyens financiers pour assister toutes ces familles déplacées suite à ce massacre. L’absence de structures pour les accueillir mais aussi d’un plan de prévention des maladies pouvant surgir à cause de mauvaises conditions et la promiscuité dans lesquelles vivent ces déplacés.

A en croire la source, « l’appui du ministre de l’Intérieur Evariste Boshap lors de sa vite à Beni, est pour eux une facilitation pour le transport de familles qui veulent se réfugier vers Butembo et Lubero », a expliqué Mme Angèle Nyirabiritaro, maire de la ville de Beni. Elle poursuit en disant qu’elle a déjà instruit les chefs des quartiers pour l’identification de tous les réfugiés qui arrivent dans leurs juridictions, puisque la ville de Beni étant déjà débordée, les habitants qui accueillent les déplaces sont assez démunis pour la prise en charge de toutes ces personnes.

Cependant, presque chaque famille de Beni héberge au moins une dizaine de réfugiés, soit deux familles ou même plus pendant que ces dernières manquent de moyens financiers. Pour la population, Cette situation met les habitants faisant montre de bonne foi en difficultés puisqu’ils ne bénéficient pas d’une aide quelconque.

Pour rappel, près de trois cents personnes ont été massacrées à Beni depuis le mois d’octobre 2014. Les habitants de plusieurs localités ont manifesté ces derniers jours pour demander plus d’engagement des autorités contre les criminels, régulièrement présentés comme étant les rebelles de l’Alliance des forces démocratiques.

Après manifestation, le climat sécuritaire a été maîtrisée suite à la pression militaire exercée par l’armée congolaise, soutenue par la force de la Monusco sur les rebelles ADF, auteurs pendant la période en cours de nouvelles exactions contre les populations civiles, mais aussi par la lutte contre l’activisme d’autres groupes armés actifs dans les différents territoires de cette province.

Au cours d’une conférence de presse de Nations Unies du mercredi 20 mai dernier, le commandant Joseph Goncalves a fait par de la situation sécuritaire à Beni qui demeure jusque-là fragile suite à la récurrence des tueries systématiques des populations civiles par des éléments présumés appartenir à l’ADF. La force de la Monusco a également en soutien aux FARDC, déployé des patrouilles de combat dans la région et positionne d’autres troupes d’intervention rapide dans la localité de Mbau, située près de Beni, dans le but de prévenir des infiltrations d’éléments organisés dans la région de Beni.

La situation quoique tendue demeure sous contrôle effectif des forces onusienne et congolaise.

(Clémence Kilondo/Stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse