Non ingérence dans les affaires internes des Etats: La Rdc obtient le soutien de l’UA

Le 29ème sommet de l’Union africaine s’est clôturé hier 04 juillet à Addis-Abeba (Ethiopie), en présence des Chefs d’Etat et de Gouvernement africains. La République démocratique du Congo a, au cours de ces assises, porté sa controverse avec l’Union européenne par rapport à des sanctions ciblées adressées à certaines autorités congolaises, en vue d’obtenir l’appui de l’Union africaine par solidarité. Et ce, afin que cette pratique qui a des relents colonialistes soit contournée. Car il est connu que ces distributeurs de sanctions veulent substituer le colonialisme des Etats par le celui des organisations régionales.

A en croire notre source, c’est une cérémonie en trois temps forts : la prestation de serment de deux nouveaux commissaires dont celui aux Relations humaines, sciences et technologie ; le discours d’adieux de la présidente du Liberia Helen Johnson et, enfin, l’adresse d’Alpha Conde,  président en exercice de l’Union africaine. Le dirigeant guinéen qui a déclaré que le dividende démographique est devenu réalité, salue le travail du forum de jeunes à Ndjamena au Tchad ; un travail qui a pour résultat la décision des Chefs d’Etat de créer un fonds africain pour le développement de la jeunesse. Alpha Conde appelle ses pairs africains au respect des engagements pris et a l’unité africaine grâce à ce qu’il a appelé les concertations permanentes.

Les reformes, c’est aussi l’un des principaux dossiers de ce sommet : Alpha Conde avoue qu’elles ne font pas la joie des partisans du néocolonialisme. Voilà pourquoi il recommande l’unite et la cohésion. Les ingérences extérieures, la question a été au rendez-vous de ce sommet à l’initiative de la République démocratique du Congo. La réponse des dirigeants africains par la bouche du président Conde est la suivante : nous prenons désormais notre destin en mains et n’accepterons plus que les autres décident à notre place, sur notre continent, a-t-il martelé.

C’est donc une énième victoire diplomatique de la RDC qui a obtenu un engagement ferme de l’Union africaine dont le Conseil exécutif rappelle la nécessite de respecter le principe de non- ingérence dans les affaires internes des Etats, conformément à la Charte de l’ONU et a l’acte constitutif de l’UA, tout en condamnant les sanctions unilatérales injustes imposées aux Etats et aux citoyens des Etats membres.

Soulignons que Léonard She Okitundu, Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et intégration régionale a expliqué en des termes directs : nous ne sommes pas membre de l’UE. Entre l’UE et la Rdc, c’est une relation de partenariat et non de subordination. Et d’ailleurs, entre l’UA et l’UE, il existe aussi une relation de partenariat et non de subordination. Par conséquent, il n’appartient pas à l’UE de dicter la manière de conduire les politiques dans les Etats membres de l’UA, et encore moins à l’UA dans son ensemble. Par conséquent, nous estimons que cette pratique de sanctions viole le droit international et quand bien même elles seraient fondées, elles violent d’autres principes du droit international, notamment le droit d’être entendu, le droit à la présomption d’innocence, et en même temps le droit à l’honneur.

C’est donc des victoires qui s’enchainent. A l’UA de féliciter la RDC pour ses efforts dans la lutte contre les violences sexuelles. Troisième et dernier succès diplomatique congolais à ce sommet, c’est l’élection par la conférence des chefs d’Etat d’un professeur, digne fils de la RDC, le professeur Remy Ngoy Lumbu, à la Commission africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. 

Kabila inspecte les infrastructures routières de la ville de Kisangani

Le président de la République Joseph Kabila Kabange en séjour à Kisangani, a inspecté mardi, à bord de sa jeep,  les infrastructures routières de cette ville, particulièrement celles  de la commune de la Tshopo. La veille, le chef de l’Etat, déjouant toutes les dispositions protocolaires, s’était arrêté à mi – chemin pour inspecter les travaux de réhabilitation de l’avenue Munyororo, tronçon routier long de 7 kms.

Le Président Joseph Kabila est arrivé à Kisangani lundi 03 juillet à 19 heures 30, en provenance d’Addis-Abeba (Ethiopie) où il a pris part à la 29ème session de la conférence des chefs d’Etats et des gouvernements de l’Union africaine. Il a été accueilli à l’Aéroport international de Bangboka, par le gouverneur de province de la Tshopo, Jean Ilongo Tokole qu’entouraient des notabilités locales, avant que  son cortège ne s’ébranle en direction de sa concession « Linoko », située à 16 kilomètres de la ville de Kisangani, dans la commune de Makiso.

JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse