Nomination du nouveau Premier ministre: Bientôt, la fumée blanche

par -
0 712

Après la liesse populaire de l’alternance pacifique et civilisée au sommet de l’Etat, la population congolaise attend connaître le nom de l’heureux choisi qui conduira le tout premier gouvernement de l’ère Tshisekedi fils. Beaucoup d’attentes quand on sait que les Congolais sont au fonds du trou et qu’ils ont envie de voir leur niveau de vie s’améliorer comme dans les autres pays où la bonne gouvernance a fait du chemin.

Comme d’habitude, on spécule dans les salons et officines politiques congolais. Plusieurs noms sont cités à longueur de journées, les uns remplaçant les autres. Mais le secret est tellement bien gardé par les concernés au point que toutes les spéculations ne résistent pas aux profondes analyses.

Si la population commence à trouver ce timing très long, elle doit comprendre que le nouveau président de la République qui se sait attendu de tous voudrait mettre tout au point pour réussir ce premier pas fondamental. Il est question de jouer à l’équilibriste sur plusieurs dimensions aussi bien politiques, sociales qu’économiques. Après l’entrevue de dimanche entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi, tout semble indiquer que bientôt, les Congolais ainsi que le monde entier connaitront le nom de ce premier Premier ministre du régime Fatshi.

Profil

Certaines sources évoquent une personnalité consensuelle et pas impliquée dans des détournements de deniers publics. Un homme ou une femme assez proche de la société civile ou des organisations professionnelles.

Mais les analystes de la vie congolaise souhaiteraient voir cette place occupée par un technocrate digne de ce nom, rompu dans la gestion des affaires publiques. Dans la mesure où, le Premier ministre doit venir du FCC, d’autres observateurs estiment qu’il sera politique au regard des enjeux actuels, étant donné que le chef de l’Etat vient de l’opposition. Pas étonnant de voir un des ministres actuels prendre la tête du nouveau gouvernement. Peu importe la personne choisie, les Congolais désirent une chose : être en face d’un vrai travailleur qui prendra des mesures courageuses pour redresser le pays et mettre tout le monde au travail.

Un Premier ministre qui va tout contrôler et impulser une nouvelle dynamique sous la vision bien entendue du chef de l’Etat, garant du bon fonctionnement des institutions et du bien-être de la population congolaise. Qu’il vienne de l’Equateur, du Haut-Katanga ou du Maniema, l’essentiel est dans sa compétence, sa capacité à initier des reformes de l’économie et boucher tous les trous par lesquels s’échappent des millions de dollars et francs congolais chaque semaine. Les dernières concertations de Kingakati autour du boss du FCC démontrent l’imminence de grandes décisions qui sont sur le point de tomber, commençant par la nomination du premier ministre.

Prochain gouvernement

Il comprendra un certain nombre de personnalités choisies sur le volet. Il ne peut contenir tout le monde. Même les plus méritants peuvent se retrouver à la touche. La RDC n’est pas un gâteau, disait en son temps le journaliste Georges Baka Baka, d’heureuse mémoire. L’Autorité morale du FCC et le président Tshisekedi feront des choix qui ne plairont pas nécessairement à tout le monde. Respectons leur choix, pourvu qu’il soit d’abord observé à l’œuvre. Des sources dignes de foi estiment que d’ici le 15 mars prochain, la RDC aura son prochain gouvernement appelé à changer les choses. ‘’Wait and see’’, disent les Anglais.

Simon Kabamba

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse