Nestor Lukimi mobilise pour le développement : La Société civile doit comprendre et vulgariser le « Débout Congolais »

par -
0 413
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’hymne national le « Débout Congolais » comporte le message de notre salut. A part le message de l’évangile du Christ, il y a celui du développement. Si les gens comprennent le « Débout Congolais, ils vont développer le pays. Ce témoignage émane de M. Nestor Lukimi Nghemi (voir photo). Dans un entretien à la presse, l’expert en développement communautaire appelle la Société civile à prendre le taureau par les cornes, pour vulgariser ledit message. «  J’ai mis amplement du temps de ma carrière d’enseignant à analyser le « Débout Congolais ». Toutefois, le piège réside dans le fait que ce message est incompris des Congolais dans leur majorité. Il faudrait que les politiciens acceptent de soutenir la démarche de la Société civile », a-t-il souligné.

Un programme de société

L’hymne national le « Débout Congolais » est un programme de société à part entière. Mais il se pose un problème, celui de sa vulgarisation, pour que les masses adhèrent. Aussi longtemps que les gens ne comprennent ni ne maîtrisent notre hymne national, il n’y aura pas développement. Même certaines autorités ne comprennent pas cela. Point n’est besoin de rappeler que le « Débout Congolais » tel qu’il a été conçu, intègre les différents aspects : culturel, économique, militaire, politique.

Dans la mesure où les gens n’arriveront pas à maîtriser l’hymne national, il y aura persistance des antivaleurs qui nous bloquent comme sous l’effet de la pesanteur. C’est le cas de l’arrogance politique, la corruption, des  détournements, du favoritisme, de la mégestion, du tribalisme,  vol, viol… Plus grave, il est des compatriotes qui s’opposent à tout effort s’orientant vers la transformation de la société. Depuis la deuxième République, une question est entrée dans l’imaginaire collectif, pour démobiliser les bonnes consciences : « Yo moto okobongisa mboka yango ? » (pour dire : est-ce toi qui vas sortir ce pays du gouffre ?)

L’hymne national le « Débout Congolais », évangile du développement

L’hymne national le « Débout Congolais » est, sans conteste, l’évangile du développement. Il importe d’aider la population à le comprendre et le maîtriser. Et ce travail est bien du ressort de la Société civile. Il est souhaitable que dans le contexte actuel, le ministère de la Jeunesse et Initiation à la Nouvelle citoyenneté fasse un travail de terrain avec la Société civile, pour parvenir à des résultats patents. Cette dernière doit comprendre et maîtriser la quintessence de l’hymne national. Il lui revient de le vulgariser et de l’expliquer aux gens.

Quand les gens maîtrisent l’hymne national le « Débout Congolais », ils se tiennent main dans la main, sont unis et regardent dans la même direction. La tendance à l’opposition va céder, le cas échéant, à un consensus. Je crois au consensus, non selon le modèle inspiré de l’Occident ; mais le consensus dont la substance est contenue dans notre hymne national.

Quand l’hymne national inspire des idées politiques

Depuis  les temps anciens, des idées émises dans la plus haute sphère de l’Etat ont pour soubassement l’hymne national le « Débout Congolais » : De Mobutu Sese Seko : Manifeste de la N’Sele ; Agriculture priorité des priorités ; Objectif 80 ; Plan Mobutu. S’agissant de ce dernier, le géniteur a expliqué en ces termes : « Le Plan Mobutu comporte, en fait, trois volets : la remise en ordre de la gestion, la stabilisation économique et financière par le contrôle et la régulation de la demande. La relance de la demande, c’est-à-dire l’action sur l’offre », a-t-il fait comprendre.

En son temps, M’Zee Laurent-Désiré Kabila a mobilisé en ces termes : « Peuple congolais, organisons-nous, prenons-nous en charge. Car la paix se gagne ; le Congo est conscient de son rôle dans le concert des nations », a-t-il lancé. Et me Président Joseph Kabila a conçu le programme de Cinq (5) chantiers.

Comme on le voit, tous ces plans visent le développement, mais à condition notamment d’obtenir une adhésion significative. Pour ce faire, il est impérieux que la Société civile intériorise l’hymne national et le vulgarise. Tant que nous serons mentalement éloignés de l’hymne national, nous serons statiques, hors orbite du développement. Comble d’ironie, la Société civile recourt au pouvoir et négocie des avantages politiques, parce qu’elle n’est pas proche de la base.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse