Négociations directes au Centre interdiocésain: Pas un second dialogue

par -
0 466
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Toutes les parties sont d’accord qu’il ne s’agit pas d’un deuxième dialogue comme prétendent les différentes sensibilités dans l’opinion nationale. Sinon, des négociations directes entre les délégués ayant pris part au dialogue de la Cité de l’Union Africaine et les membres du Rassemblement n’ayant pas pris part à ces assises

Les négociations directes se sont ouvertes sous la médiation de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco), dont prend part les délégués de chaque camp politique, devant lesquels ils ont la responsabilité de privilégier l’intérêt supérieur de la nation, dans cette médiation de bons offices voulue et souhaitée par le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange.

La Cenco qui prend la responsabilité de conduire cette lourde tâche entre deux classes politiques, mais aussi la société civile prenant à témoins le Ciel et la terre, mettant devant les humains la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction en fin que les humains choisissent la vie, condition sine qua non de vivre ensemble avec toute la postérité, exhorte-t-elle la classe politique qui doit faire preuve de leur dépassement pour donner les meilleurs d’eux mêmes en faveur de la  paix durable et éviter un enlisement aux conséquences néfastes.

Ces assises sont organisées pour donner aux trois délégués et ceux qui n’ont pas pris part au dialogue à savoir le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, le Front pour le respect de la constitution et la société civile, de travailler ensemble dans un format réduit composé de trente personnes,  pour  protéger la République Démocratique du Congo qui est un patrimoine précieux, don fait aux Congolais par Dieu.  Ils doivent protéger  ce patrimoine multidimensionnel qu’est la Rdc, parce que  la Communauté internationale attend des résolutions de ces travaux, pour ouvrir la voie vers la consolidation effective de la démocratie et la promotion de l’Etat de droit cimentée dans la culture de la paix.

(Pius Romain Rolland)

Ci-dessous, l’intégralité du discours de la séance de négociation directe

Excellence Monsieur le Premier Ministre nommé ;

Excellence Monsieur le Premier ministre sortant ;

Honorable Président de l’Assemblée nationale ;

Honorable Président du Sénat ;

Monsieur le Directeur de Cabinet du Président de la République ;

Mesdames et Messieurs les participants, en vos titres et qualités ;

Distingués invités,

Au nom de la Conférence Episcopale Nationale du  Congo, Cenco en sigle. Nous vous souhaitons une cordiale bienvenue aux présentes assises que nous plaçons sous le signe de l’espérance et de la réconciliation nationale.

Le vendredi 02 décembre 2016, la Cenco a tenu un point de presse sur sa mission de bons offices auprès des acteurs politiques et forces vives de la nation, dans l’impérieux souci de contribuer, à ramener la paix et la cohésion nationale. Cette mission est encouragée et soutenue par le Président de la République ; les acteurs politiques et sociaux ayant pris part au dialogue national tenu à la Cité de l’Union africaine, d’une part ; et par ceux qui n’ont pris part à ce dialogue, d’autre part.

L’initiative de la Cenco est également soutenue par le peuple congolais, ainsi que l’ensemble de la Communauté internationale. La Cenco est allée  à la rencontre des parties prenantes, pour les écouter et recueillir leurs analyses et propositions, en vue de rapprocher les points de vue des uns et des autres pour une sortie pacifique des crises socio-politiques que connait notre pays. Elle s’est donnée le temps nécessaire, tenant compte de la délicatesse de la mission pour approfondir, outre l’Accord politique issu du Dialogue politique national ; le document mis à la sa disposition par le Rassemblement de forces sociales acquises au Changementet pour le Front pour le Respect de la Constitution. Ce travail synoptique a relevé d’importants points de convergences entre les différentes positions de parties prenantes, mais aussi des points de divergences mentionnés dans le Communiqué de presse de la Cenco, du 02 décembre dernier.

Les présentes assises sont organisées justement pour donner aux délégués de trois grandes composantes : Majorité présidentielle, Opposition, société civile signataires de l’Accord politique du 18 octobre 2016 ; et ceux qui n’ont pas pris part au Dialogue politique tenu à la Cité de l’Union africaine, à savoir le Rassemblement, le Front pour le Respect de la Constitution et une partie de la société civile. Le précieux temps de travailler ensemble dans un format réduit, est composé de 30 personnes. Ce travail portera essentiellement sur l’examen de points de divergences afin d’obtenir de solution, quant à ce, par un large consensus.

Mesdames et Messieurs qui prenaient part active aux présents travaux lancés à ce jour. L’heure est grave, la population congolaise toute entière nous regarde. Raison pour laquelle nous serons tous appelés aux cours de ces assises à nous dépasser et à donner les meilleurs de nous-même pour offrir à notre cher et beau pays une paix durable ; une occasion de consolider la Démocratie chèrement acquise et lui éviter un enlisement aux conséquences néfastes.

La Conférence Episcopale Nationale du Congo vous remercie très sincèrement d’avoir donné suite à son invitation. Elle salue votre sens de responsabilité et de volonté politique, cependant, cette responsabilité dont vous avez fait montre par votre présence, devrait se traduire en attitude, comportement et pratique aux travers des avis et options que vous aurez à lever pour résoudre la crise.

Dans ce sens, des signaux forts et encourageants ont été montrés de part et d’autre, notamment par le Président de la République  et Chef de l’Etat, lors de l’audience qu’il a accordéeà la Présidence de la Cenco, le 05 décembre 2016. Audience au cours de laquelle, il a soutenu notre démarche, il nous a encouragé à poursuivre la mission des bons offices. Cette attitude traduit sans nul doute la garantie morale et politique d’une mise en œuvre rapide des résolutions que vous allez prendre au cours des présentes assises.

Cet élan d’encouragement de l’initiative de la Cenco a été relayé par Monsieur Etienne Tshisekedi wa Mulumba, Président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS en sigle et du Conseil des Sages du Rassemblement des forces politiques et Sociales acquises au Changement qui, s’est personnellement déplacé le 06 décembre dernier, vers notre siège pour s’enquérir de la modalité pratique des présentes assises. Il en est de même de tous les grands leaders des familles politiques et socialesde notre pays ayant pris part ou non au Dialogue national de la Cité de l’Union africaine. Nos citons, la Majorité présidentielle conduite par le co-modérateur, Son Excellence Monsieur le Ministre  Alexis Thambwe  Mwamba ; l’opposition politique et Républicaine conduite par le co-modérateur Honorable Vital Kamerhe ; le Front pour le Respect de la Constitution conduit par l’honorable Fidèle Babala ; la société civile prise dans toute sa diversité.

Mesdames et Messieurs les délégués ;

Distingués invités,

Nous vous exhortons à la culture de concorde et de la paix car, c’est tout ce que notre peuple attend de vous et de nous tous, particulièrement en ce moment précis comme le dit la Bible, je cite « J’en prends aujourd’hui à témoinscontre vous, le ciel et la terre ; j’ai mis devant toi la vie et la mort ; la bénédiction et la malédiction. Choisit la vie afin que tu vives toi et ta postérité », Deutéronome 30 :19.

Nous vous demandons de lancer au sein de vos groupes et organisation, mais aussi auprès de vos bases respectives des appels à l’apaisement, pour que les congolais ne reviennent plus jamais sur le triste événement de 19 et 20 septembre 2016. Ce peuple attend principalement que les conclusions de ces travaux conduisent urgemment à la réconciliation entre les acteurs politique, à la paix et à l’organisation des élections démocratique, crédible et apaisée afin d’ouvrir le chemin vers l’alternance politique pacifique, comme l’exige la Constitution.

La République Démocratique du Congoest un patrimoine précieux ; Don fait aux congolais par Dieu. Nous devons protéger ce patrimoine multidimensionnel. Par ailleurs, notre nation fait partir des Nations Unies. Voilà pourquoi, à l’instar du peuplecongolais, la Communauté internationale attende les résolutions de nos travaux, ouvre la voie vers la consolidation effective de la démocratie et la promotion de l’Etat de droit cimentée de la culture de la paix.

En outre, l’Eglise Catholique universelle à travers un message envoyé au peuple congolais par le Saint Père, le Pape François, lui a exprimé sa solidarité et sa sollicitude en ces termes « J’encourage chacun, en particulier les responsables politiques et religieux à initier ou à poursuivre toute action visant à construire des ponts entre vous et non pas de mûrs. A instaurer dans la société congolaise une culture de Dialogue qui vous fasse mieux connaitre pour mieux vous aimer ».

Toutes les attentes mentionnées tout haut signifient que les exigences rigides qui, quelque fois ont caractérisé les positions des uns et des autres, devront céder à la concession et au compromis. Ces concession et compromis ne devront jamais être prêtées comme des aveux de faiblesses, mais plutôt comme de signes de grandeur et de dépassement pour favoriser l’intérêt supérieur de la nation.

Excellences,

Honorables,

Mesdames et Messieurs,

Distingués invités,

Il nous reste de solliciter de votre part le sens de coopération et de collaboration sincère pour la réussite de ces assises que nous confions à la Miséricorde de Dieu et par l’intercession de la Vierge Marie, Reine de la paix, pour le plus grand bien de notre peuple.

Je vous remercie de votre aimable attention !

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse