Négociations climatiques: La COP21 s’ouvre ce lundi à Paris, indispensable mais pas suffisante

par -
0 767
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Tant attendue, la 21ème Conférence des parties des Nations Unies sur le changement climatique (COP21) s’ouvre enfin ce lundi 30 novembre dans la capitale française. Comme enjeux de ces négociations climatiques planétaires : réduire les émissions des gaz à effet de serres à moins de deux degrés Celsius (-2°C) ; faire face aux impacts, pertes et dommages ; agir sur les systèmes et les décisions ; l’adoption des modèles agricole et de l’eau ; le choix des infrastructures et les accords commerciaux.

Cette grande conférence internationale sur l’environnement à Paris est importante pour sceller un accord international contraignant. Elle doit donc répondre à deux défis du climat et de la pauvreté. Elle doit aussi fixer et renforcer les engagements nationaux et sectoriels. En plus, financer la transition énergétique et l’adaptation aux impacts. Selon certains experts, l’Accord de Paris sur le changement climatique (2015 – 2020) qui est attendu, est une étape indispensable mais pas suffisante.

Historique des engagements institutionnels

Signalons que la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (CCNUCC) est le document de base, signé par 194 pays membres des Nations Unies. Et, le Protocole de Kyoto, ratifié par 176 Etats du monde, adopté en 1995 et entré en vigueur en 2005, est le prolongement de la CCNUCC. Sa mise en œuvre a eu lieu de 2008 à 2012 et la deuxième période d’engagement court de 2012 à 2020.

Le protocole de Kyoto, impose donc aux pays industrialisés le primat de la responsabilité pour lutter contre le phénomène climatique. Il s’est attaqué aux émissions de six gaz à effet de serres qui sont : le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), l’oxyde nitreux (N2O), les hydrofluorocarbures (HFCs), les hydrocarbures per-fluorés (PFCs), l’hexafluorure de soufre (SF6).

Il existe à ce jour le protocole de Kyoto I et II. Et il y a trois mécanismes de flexibilité : les permis d’émission ; la mise en œuvre conjointe (MOC) ; et le mécanisme de développement propre (MDP) pour aider les pays africains à se développer. D’autres mécanismes parallèles de réduction d’émissions de gaz à effet de serres dont REDD+, NAMA et Fonds vert ont été également expliqués aux journalistes par cet expert de la Société civile. De tous les temps, la Chine et les Etats-Unis d’Amérique sont les deux mauvais élèves du changement climatique.

Conseils

Il y a l’urgence climatique. La planète s’est réchauffée à plus de 0,8 degrés Celsius. A l’origine, les énergies sales, les émissions liées à la consommation. Conséquence, c’est le changement climatique : phénomène d’augmentation de la température moyenne des océans et de l’atmosphère terrestre. Ce qui entraine des impacts sur la biodiversité, la production agricole, la faim et des catastrophes naturelles…

Le changement climatique est causé par les émissions des gaz à effet de serres. Les domaines de transport, de l’habitat, la déforestation, l’agriculture, la production de pétrole, le charbon, etc. sont ainsi à la base de ces émissions des gaz à effet de serres.

L’effet de serre est un phénomène naturel sans lequel la planète serait froide (-18°C). En plus des six premiers gaz à effet de serres cités ci-haut auxquels s’attaque le Protocole de Kyoto, l’on ajoute également l’oxyde d’hydrogène (H2O) et l’ozone (O3). Le réchauffement de la planète entraîne le changement de climat. Pendant cette période, deux phénomènes s’imposent : la sécheresse et les inondations intenses.

Pour ce faire, il est conseillé l’adaptation et l’atténuation, c’est-à-dire, limiter la vitesse d’augmentation des taux des gaz à effet de serres dans l’atmosphère.

(Lepetit Baende)  

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse