Nationalité et retour de Katumbi à Kinshasa: Encore un coup d’épée dans l’eau

par -
0 416
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Quand le débat autour d’un seul personnage qui ne fait plus l’unanimité dure à jamais sans feedback, le mieux c’est de tourner la page. Malheureusement, le dossier Katumbi Chapwe sur sa nationalité « italienne »  continue de défrayer la chronique, alors que Kinshasa n’en fait aucun cas. Pire encore, pour vouloir se sauver de cette affaire, l’ancien gouverneur du grand Katanga envoie son avocat,  Eric Dupont Moretti, qu’accompagné de son directeur de cabinet et porte-parole, Olivier Kamitatu, pour tenir un point de presse hier mardi 24 juillet dans le but de convaincre Kinshasa, avec à la main un document venu de sa deuxième patrie, l’Italie, faisant allusion à une éventuelle fausse accusation sur la nationalité de Soriano Katumbi. Si Katumbi se presse à se rendre éligible aux élections de décembre, c’est un coup d’épée dans l’eau, car les choses vont déjà vite, et aujourd’hui la CENI rouvre les BRTC pour le dépôt des candidatures.

Moïse Katumbi s’enfonce encore davantage. Les révélations du 22 mars 2018 par Jeuneafrique sur sa demande et octroi de nationalité italienne n’émanaient pas de Kinshasa. Le journaliste d’investigation, Olivier Liffran a bien fait son travail, et a aidé Kinshasa à avoir des informations fiables sur une personne qui a trompé toute une nation durant plusieurs années, occupant un grand poste politique ; celui de gouverneur de l’ex-Katanga. Et aujourd’hui, l’homme qui veut se racheter, se permet de brandir publiquement des documents fabriqués en Italie, comme il en est de même avec son faux passeport, pour se purifier de tous ses péchés. Difficile encore de croire sur un faussaire, qui se cache encore derrière son avocat.

Lui qui figure dans le registre d’identification italien sous le nom de Moïse Katumbi d’Agnagno en lieu et place de son vrai nom de Moïse Katumbi Chapwe, veut tromper qui. Malheureusement, il est pris dans son propre piège et l’accès à la ligne rouge devient de plus en plus infranchissable pour lui. Où a-t-il eu ce nom de d’Agnagno ? Toutes ces années que les Congolais ont passé avec l’ancien gouverneur, tous le connaissait sous le nom de Moïse Katumbi Chapwe. C’est de l’Italie que l’on a appris cette nouvelle appellation de Katumbi. Sinon, l’on est face à deux personnages dont on ne sait plus situer. Sur ce, tant mieux rester loin que venir perturber la quiétude de la Justice congolaise, même du paisible citoyen congolais prêt à voter les vrais congolais dans différents postes de prises de décisions.

La conférence de presse d’hier tenue à Bruxelles par l’avocat de Moïse Katumbi, Eric-Dupont Moretti présentant une lettre du Procureur de la République de Milan qui signifie qu’il n’a jamais été inscrit sur le registre de l’État civil italien, vient encore ajouter des questionnements sur son dossier. Qui a poussé l’Italie à dire que l’homme avait obtenu leur nationalité de 2000 à 2017 ? Les billets verts ont-ils encore parlé à Milan ? Puisque tout le monde connait de quoi l’homme d’Ensemble est capable pour redorer son image.

Quelle est cette République de Milan qui croirait porter si facilement plainte contre un gouvernement congolais souverain ? S’il faut se répéter, les affirmations et les preuves fournies par Jeuneafrique sur la nationalité italienne de Katumbi n’ont rien à avoir avec Kinshasa. Si La Justice congolaise a ouvert une information judiciaire, c’est parce que le concerné avait déjà plusieurs griefs à sa charge…

Et s’il faut porter plainte, que « les loups puissent se manger entre eux ». Que Milan attaque la Commune italienne de San Vito dei Normanni qui a fourni ces preuves de la nationalité italienne de Katumbi à Olivier Liffran. Rien et alors rien ne peut faire peur au Gouvernement congolais.

La probabilité d’une arrestation de Katumbi au cas où il regagnait la RDC est toujours à l’ordre du jour, d’autant plus que l’homme n’a pas que ça comme fait mis à sa charge : affaire mercenaires, usage de faux sur son passeport, stellionat, … Ce sont là les différents dossiers judiciaires qui se trouvent sur la table du Procureur contre Katumbi.

L’éternel retour raté

Au cours de cette même conférence de presse, Kamitatu Olivier a pour la énième fois annoncé le probable retour de son patron en date du 2 août prochain, soit 1 jour après celui de Jean-Pierre Bemba.

Si l’opposant Katumbi avait annoncé le 25 juin dernier au cours d’un meeting de sa plateforme Ensemble qu’il fera campagne au pays, car c’est son droit et son devoir, et qu’il regagnera Kinshasa le 24 juillet pour s’enrôler le 08 août, les Congolais sont loin de vivre dans des attentes qui ne se concrétisent toujours pas. Avec cette nouvelle annonce, pas de choix, il faut toujours l’attendre, et CPRK a toujours ses portes ouvertes pour l’accueillir.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse