N Dans son film « Kinshasa kids » Marc-Henri Wajnberg dépeint les réalités de la capitale congolaise

par -
0 747
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La présentation de film « Kinshasa kids », pour dire « les enfants de Kinshasa » a eu lieu ce mercredi 9 septembre 2015, sous le coup de 16 heures, à l’Hôtel Memling. Son réalisateur, le belge  Marc-Henri Wajnberg, les enfants comédiens et le musicien acteur Bebson de la Rue, ont été de la partie.

Le ministre Jean-Claude Marcourt en charge de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique belge; ainsi que Michel Lastschenko, Ambassadeur de S.M. le Roi des Belges avaient honoré la participation de leur présence.

La projection a été précédée d’une conférence de presse, qui a présenté leur nouveau projet en réalité virtuelle 360°, intitulé « Dans la peau d’un Shégué », cet enfant de la rue dans le jargon kinois, qui, en réalité, est une richesse dans la rue.

 Kinshasa en résumé

 Pendant près d’une heure et demie, toutes les scènes qui mettent à nue la capitale congolaise dans sa sphère populaire ont été repassées, partant du Grand marché (Zando), Quartier général de ces enfants de la rue. Un enfant qui embrasse la rue après avoir fait l’objet d’une maltraitance indicible par sa belle-mère, l’implication des charlatans dans la peau de pasteurs, [reconnaissant cependant que les vrais pasteurs existent et que les cas de sorcellerie sont une réalité souvent gérée par les hommes de Dieu] ; la vie de prédation d’un shégué : vol, viol, drogue, alcool, musique ; les réalités liées au transport en commun qui est un véritable casse-tête ; la complicité de la police ; les restaurants de fortune dits ‘’Malewa’’, le trafic d’influence, l’arrogance des bailleurs, … rien n’est resté en reste. Bref, le film de Marc-Henri Wajnberg est une véritable remise en question de la société congolaise qui doit absolument interpeller le Gouvernement.

Pour le réalisateur, c’est après avoir visité la Rdc plusieurs fois qu’est née cette idée. D’où il en recueillera un bon nombre, louant une habitation pour eux, engageant une dame pour leur préparer de la nourriture au quotidien, et un professeur pour leur enseigner le français,… « une expérience magnifique depuis 5 ans », dit-il.

 La série continue

Mais à tous ces efforts, l’on reconnaitra la participation de certains partenaires du milieu des affaires belge en Rd Congo. Actuellement, ils sont presque tous placés à Don Bosco, à Masina, aux bons soins des religieux pour un encadrement aussi bien social, intellectuel que spirituel. A les voir, ils ont beaucoup changé et osent s’affirmer en vue de leur réintégration.

Parmi les témoignages recueillis sur les lieux, celui de la mère d’Emma, un de ces enfants : «  je suis très marquée par ce que devient mon fils. Autrefois j’étais la risée de ceux et celles qui le voyaient parmi les shégué au marché Gambela ou au grand marché… Mais aujourd’hui je suis fier de lui et les mots me manquent pour vous dire merci », a-t-elle lancé, visiblement très émue.

Comme le mois de septembre 2015 est exclusivement celui de la projection gratuite de ce film à Kinshasa, le programme a été rendu public. Ainsi, le 13 septembre, le rendez-vous est-il pris à 18 heures au Camp Kokolo ; il en sera de même à Motema Mpiko, à Kasa Vubu, le 16 ; l’école La Colombe de Kalamu le 17 ; Don Bosco de Masina le 19 ; à l’ASD Kinkole le 20 ; à l’ONG chemin de fer à Ngaba le 22 et le Centre Béjart de Bandalungwa le 23.

Cette projection sera effective aussi à 14h30 le 23 septembre à l’Université Révérend Kim de N’Djili ; ainsi que le 24 à la même heure à l’Université Révérend Kim à Lingwala.

 

(Emmanuel Badibanga)

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse