Mort en martyr au festival Amani : Goma, Djo Paluku mis en terre

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le drame a bien failli gâcher la fête. Alors que l’ organisation réglait les derniers détails la veille de l’ ouverture officielle de la quatrième édition du festival Amani à Goma, un de ses bénévoles est lâchement abattu par un policier dans les circonstances encore floues. La tragique nouvelle gagne la ville mais ne remet pas en cause la tenue de l’ activité qui aurait réussi à réunir près de 5.000 festivaliers en 3 jours.

Après la clôture du festival intervenue hier, ce matin, c’ est tout Goma qui est mobilisé pour rendre hommages à la victime.

Du haut de ses 30 ans, Norbert Paluku, surnommé « Djoo » est plus qu’ un fils maison. Marié et père de deux enfants, ce danseur très apprécié était co-fondateur du foyer culturel de Goma, partenaire du festival.

Mort en martyr, Djo n’ était pourtant  pas la cible. Alors que le montage de la grande scène se terminait dans la nuit, un policier a usé de son arme en visant un jeune homme. Il s’appelle Ezéchiel Bandu, scout et également volontaire du festival. Selon plusieurs sources et témoins, ce dernier aurait refusé de lui céder le matelas qu’il réclamait avec insistance. Norbert Paluku aurait alors tenté de s’interposer et a été pris pour cible par le policier. Il a été tué. Touché par une balle dans l’ abdomen, le scout a été immédiatement transféré à l’hôpital Heal Africa de Goma où il a été opéré dans la nuit.

Bénévole du festival, Djo  Paluku, est une figure très connue dans la ville de Goma. Co-fondateur du centre culturel, il est passé par le Conservatoire de Verviers (Belgique). Plusieurs personnalités ont assisté à ces obsèques et ont salué la mémoire d’ un homme qui s’ est sacrifié pour sauver son semblable.

Jean Pierre Kayembe

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse