Monument à l’honneur de Papa Wemba

par -
0 634
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Joseph Kabila pose un geste salutaire : « un Mausolée en son honneur »

La sollicitude du Président de la République Joseph Kabila à Papa Wemba lui a honoré d’une organisation digne d’un artiste international. Le Chef de l’Etat s’adressant à tous les villageois de Mokolaï a mis à la disposition de l’illustre disparu un site de 1 hectare devant être aménagé par le Gouvernement de la République pour accueillir le corps de Papa Wemba. Par la même occasion, la Ville de Kinshasa construira un Mausolée en l’honneur et mémoire de Jules Shongo Wembadyo Pene Kinkumba

Mis en terre hier mercredi 4 mai 2016, décédé le 24 avril à Abidjan dont la dépouille mortelle a été exposée le lundi 02 mai au Palais du Peuple ce, après que Papa Wemba soit décoré à titre posthume par le Président de la République, Chef de l’Etat, au grade du Grand Officier de l’Ordre national, Héros nationaux Kabila-Lumumba. Un grand artiste, peintre, cinéaste, musicien, sapeur s’est éteint en pleine prestation musicale sur la terre ivoirienne. La nouvelle de la disparition brusque de Jules Shongo Wembadio Pene Kinkumba, dit Papa Wemba n’a pas laissé le monde scientifique indifférent. Sur décision du Président de la République, le Gouvernement de la République instruit d’aménager un hectare de terre pour la construction du Mausolée en la mémoire de Papa Wemba qui, désormais reste dans le panthéon de l’humanité.

C’est lors du culte organisé avant la mise en terre de l’artiste musicien Papa Wemba, le Président de la République à travers le gouverneur de la ville province de Kinshasa, André Kimbuta Yango a annoncé lors de l’oraison funèbre, le geste magnifique sur décision du Chef de l’Etat Joseph Kabila de l’érection d’un grand  monument en la mémoire de Jules Shongo Wembadio Pene Kinkumba pour ses mérites et loyaux services en hissant le drapeau de la République Démocratique du Congo aux confins de la terre. Après qu’il soit décoré de médaille à titre posthume à la dignité du Grand Officier de l’Ordre national, Héros nationaux Kabila-Lumumba pour vos mérités, loyaux et imminents services rendus à la Nation Congolaise.

Né à Lubefu, le 14 juin 1949, l’artiste a été célébré pour la fierté de la Ville de Kinshasa en particulier et de la RDC en général pour sa riche carrière. C’est un homme né de masse, un homme qui entraine, qu’il illumine. Ce maitre de l’art, il vient de laisser une riche et importante œuvre musicale que les générations vont exploiter « Homme de talent et de génie, figure de proue de sa génération, il a su faire traverser les âges, les frontières à son âme marquant ainsi de son empreinte digitale l’histoire de la République démocratique du Congo de l’Afrique et du monde », avait dit André Kimbuta. D’ajouter que Papa Wemba était ce pionnier de cette vaillante génération d’artiste qui a pris le relai de Tabu Ley, Franco Luambo Makiadi, de la même façon que le mémorable Kallé Jeff avait emboité le pas à Wendo Kolosoy et Lucie Eyenga. Papa Wemba a été le premier parmi les plus grands, un de plus doué parmi les meilleurs. Son lieu de spectacle devenu le lieu de sa mort comme il l’avait prédit depuis 1973 dans une de ses chansons « Liwa na nga ya somo », œuvre de sa jeunesse mais d’une immense talent.

Enfant, il quitte Sankuru pour s’installer au cœur de Kinshasa, à Matonge. Ce quartier où il s’installe en gardant son amour profond pour son Sankuru natal à travers son art, il a clamé qu’il est made in Kin. Ainsi, Papa Wemba a cherché  communiqué son identité, son appartenance à la nation, il a transformé le sol de la Ville de Kinshasa à un village dont il se réclamait le chef coutumier « Kuru Yaka », incontesté et adulé.

Auteur compositeur de la chanson Analengo c’est-à-dire mes frères, continue à soulever les émotions collective et participative. C’est dans cette chanson qu’il a dit qu’il voulait aller au bout de ses rêves et que ses frères et sœurs doivent cesser de s’entredéchirer, plutôt de l’aider d’aller plus haut  les appelant à l’esprit de la solidarité et du dialogue.

En 1984, Papa Wemba lance un appel pathétique à tous les noirs du monde entier  à se reconnaitre malgré le commerce des esclaves qui les a séparé, à s’unir pour la cause de Nelson Mandela en soutenant Winny Mandela à travers la chanson « Esclave », à la fois chantant la souffrance de l’homme noir depuis 1500 et que les noirs ne doivent en aucun cas admettre que tout le mal vienne d’eux. Il avait le talent de la simplicité dans son idylle avec Marie Rose dite Amazone, dans la chanson « Phrase », où l’artiste cajole, adule son amour, la mère de ses enfants avec laquelle il a traversé les collines et montagnes. N’eut été son amour d’Amazone, son amour saurait rempli de beaucoup de fautes.

Multidimensionnel, Papa Wemba a su mettre le monde à genou à travers ses chansons, des œuvres qui parlent. A ce titre, l’homme qui a su réunir toutes les générations de 7 à 77 ans, mérite incontestable ce monument à la hauteur de sa grandeur, de ses talents et de son génie créateur de la sapologie.                  

Irina Bokova de l’Unesco rend hommage à Papa Wemba

La Directrice Générale de l’Unesco, Irina Bokova, a salué la mémoire de l’illustre disparu, l’artiste musicien congolais Papa Wemba qui se produisait sur scène au Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo, FEMUA, en Côte d’Ivoire. « Papa Wemba était une légende absolue de la musique Congolaise et son héritage est immense, à la fois sur le plan artistique et moral. Sa musique a nourri les luttes des peuples d’Afrique pour la liberté et la dignité par l’art. Il a été un moteur de la renaissance culturelle africaine et l’un des moteurs de la scène artistique à travers tout le continent. Sa participation au Festival des cultures urbaines à Abidjan est à son image : un engagement artistique et social total auprès de la jeunesse, jusqu’à son dernier souffle. J’exprime au nom de l’UNESCO mes plus vives condoléances à sa famille  et ses proches, au peuple de la République Démocratique du Congo, dont il a fait rayonner la culture à travers le monde », a déclaré la Directrice générale Irina Bokova.

A en croire le numéro un de l’Unesco, Jules Shongo Wembadio Pene Kinkumba dit Papa Wemba était une légende vivante de la musique congolaise, l’un des plus grands artistes de la rumba congolaise, dont il a inspiré des générations de talents et marqué durablement le paysage culturel à l’échelle du continent africain. En 50 ans de carrière de chanteur et d’acteur, Papa Wemba a émerveillé le monde par sa voix, son style y compris son style vestimentaire car, il était l’un des rois de la Sape (Société des Ambianceurs  et Personne Elégante), dont sa présence scénique et son immense répertoire musical ont traversé les océans et mers, jusqu’aux fins de la terre.

Pour Madame Irina Bokova, Papa Wemba qui participait, il y a quelques semaines peu avant sa disparition au lancement de la 9ième édition du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo, à l’UNESCO, avec A’Salfo, initiateur du festival et Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO.

De ce point de vue, nous espérons que les pourparlers entre de la République Démocratique du Congo à travers son ministère de la Culture et des Arts et l’UNESCO de la reconnaissance de la Rumba congolaise et son insertion de la sur la liste du patrimoine immatériel mondial de l’humanité. Cette Rumba, dont Papa Wemba a été l’un des fervents promoteurs avait  indiqué Banza Mukalayi Sungu.

Son inhumation qu’est intervenue hier après un culte en la Cathédrale Notre Dames du Congo de Lingwala, la dépouille de l’artiste, Roi de la Sape, Kuru Yaka, Chef du Village Molokaï, Bakadia Diakuba 100% pure Star, Grand Prêtre repose au Nécropole de la N’Sélé Entre Terre et Ciel.

Physiquement, Papa Wemba n’est plus de la terre des hommes, tandis que culturellement, c’est le début d’un mythe qui commence, si jamais l’UNESCO l’inscrivait sur la liste du patrimoine immatériel mondial de l’humanité. Sa tombe, du fait de sa notoriété, sur le plan touristique va attirer du monde, car, le Village Molokaï en devient le musée culturel de tous les effets de Papa Wemba, avait promis le ministère de la culture.

(Pius Romain Rolland)            

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse