Moisson abondante pour les FARDC: Encore seize rebelles ougandais tués

par -
0 638
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*Seize rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) ont été tués entre dimanche et lundi dans l’Est de la République démocratique du Congo au cours des combats avec les Forces armées de la République démocratique du Congo, a annoncé hier mardi le porte-parole des FARDC. Ces combats qui se poursuivent ont commencé dimanche après-midi à une cinquantaine de kilomètres de la grande ville de Beni

*Entre-temps, des assaillants non identifiés ont tiré lundi sur un hélicoptère de la Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monusco) qui survolait le territoire de Beni, dans l’Est du pays, a dénoncé le chef de la mission, Martin Kobler. Preuve que ces terroristes ougandais n’ont pas encore désarmé et ils sont prêts à s’illustrer de si mauvaise façon par des tueries et autres pillages

Selon des sources concordantes, seize rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) ont été tués entre dimanche et lundi dans l’est de la République démocratique du Congo au cours de combats avec l’armée congolaise. Ces combats ont commencé dimanche après-midi à une cinquantaine de kilomètres de la grande ville de Beni, annonce le porte-parole des FARDC.

“Le bilan provisoire fait état de 16 morts côté rebelles et de 4 morts et deux blessés côté FARDC (Forces armées de la RDC). Il y a six armes AK-47 récupérées”, a déclaré à l’AFP le major Victor Masandi, porte-parole de l’armée pour l’opération Sokola 1, qui traque les terroristes ougandais de l’ADF.

Selon lui, les combats ont commencé dimanche après-midi dans la région de Kokola et Mayimoya – situées à une cinquantaine de kilomètres au nord de la grande ville de Beni, dans la province du Nord-Kivu – après que des “rebelles ADF ont attaqué l’armée”. Lors des affrontements, il y a eu des “tirs nourris, à l’arme lourde et légère”, a souligné le major Masandi. Il a souligné que, lundi, les assaillants ont “tiré sur un hélicoptère de l’ONU”.

D’octobre à décembre, plus de 260 personnes, pour l’essentiel des civils (hommes, femmes et enfants), ont été tuées, pour la plupart à l’arme blanche, dans la ville de Beni et ses environs dans une succession de massacres attribués aux rebelles musulmans ougandais de l’ADF. En décembre, une opération conjointe de l’armée congolaise et de la Monusco avait contribué à ramener le calme mais les tueries n’ont pas cessé totalement et se sont étendues à des zones limitrophes de la Province-Orientale au tournant de l’année.

Depuis le 1er janvier, soixante personnes au moins ont ainsi péri dans des attaques similaires dans le territoire de Beni ou en Province-Orientale. Les ADF sont présentes depuis 1995 dans l’Est congolais, où elles sont accusées de graves exactions contre les civils (meurtres, enrôlement d’enfants, pillages…) et de se livrer à un juteux trafic de bois. L’armée congolaise a annoncé que, dans la nuit du 24 au 25 avril, ses hommes avaient abattu Kasada Karume, numéro trois de l’ADF. Selon le journal ougandais New Vision, le chef de la rébellion, Jamil Mukulu, aurait été arrêté fin avril en Tanzanie.

Le président de la Société civile du Nord-Kivu, Teddy Kataliko, a confirmé lundi que des accrochages se sont poursuivis dans la localité de Kokola, à 50 km au nord-est de Beni, principale ville de cette région de la province du Nord-Kivu.

La Monusco dénonce un acte irresponsable

Entre-temps, des assaillants non autrement identifiés ont tiré lundi 4 mai dernier sur un hélicoptère de la Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monusco) qui survolait le territoire de Beni, dans l’Est du pays, a dénoncé le chef de la mission, Martin Kobler. Preuve que ces terroristes ougandais n’ont pas encore désarmé et ils sont prêts à s’illustrer de si mauvaise façon à travers des tueries et autres pillages.

“Je condamne fermement le fait que l’on ait tiré sur l’un de nos hélicoptères dans le territoire de Beni”, dans le nord de la province du Nord-Kivu, a expliqué M. Kobler dans un communiqué. L’attaque a été perpétrée dans la matinée dans la région d’Oicha, située à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville de Beni, par des “hommes armés non identifiés”, selon le communiqué.

“Cette attaque ciblée contre le personnel des Nations Unies est inacceptable et intolérable. Nous ne serons pas dissuadés dans notre (mandat de) protection active des civils. Les assaillants seront poursuivis avec le maximum d’efforts et le minimum de tolérance”, a affirmé M. Kobler.

Les trois prêtres Assomptionnistes de Mbau seraient déjà morts

Enlevés depuis le 19 octobre 2012 entre 21h et 22 h à la paroisse Notre-Dame des pauvres de Mbau dans le territoire de Beni, les pères Jean-Pierre Ndulani, Edmond Kisughu et Anselme Wasukundi avaient refusé de se convertir à l’Islam intégriste des terroristes Adf/Nalu.

Selon une femme ex-Adf qui a passé 18 ans dans le maquis de Jamil Mukulu, ces prêtres étaient dans une prison souterraine à Medina où ils ont été frappés à l’aide des coups de massue à la tête et ils en sont morts après trois jours de captivité. Et d’ajouter que le docteur Mukongoma avait aussi été tué après une tentative d’évasion.

 

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse