Mois de la femme: Françoise Ngendahayo en faveur des

par -
0 706
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

politiques publiques positives

La représentante de l’ONU-Femmes en Rd Congo était hier l’invitée de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies. Actualité oblige, Mme Françoise Ngendahayo a échangé avec la presse autour du point de vue de la communauté internationale sur la Journée internationale de la femme, et celui de l’ONU-Femmes par rapport à la Rdc. Ainsi, a-t-elle exprimé le besoin de politiques publiques positives, de cadres juridiques à la vision 50-50, d’une politique ambitieuse, etc.

La conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies d’hier mercredi 09 mars 2016 au siège de la MONUSCO à Kinshasa, avait comme invitée spéciale, Mme Françoise Ngendahayo, la représentante de l’ONU-Femmes en République démocratique du Congo. Puisque, c’était la veille de la célébration, le mardi 08 mars dernier, de la Journée internationale de la femme, elle a échangé avec la presse nationale autour du point de vue de la communauté internationale sur cette journée, et celui de l’ONU-Femmes par rapport à la Rdc.

Mme Ngendahayo a dans son message indiqué que la célébration de la Journée internationale de la femme de cette année est la première dans le nouvel agenda 2030 pour le développement durable. « L’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles sont, de toute évidence, intrinsèques dans le processus de développement », a-t-elle dit.

Pour la représentante de l’ONU-Femmes en Rdc, la Journée internationale des femmes reste toujours d’une actualité brûlante. Car, affirme-t-elle, tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, le monde aura toujours besoin de la célébrer.

Elle a souligné que le thème international choisi cette année : « Pour un monde 50-50 en 2030 : franchissons le pas pour l’égalité des sexes », s’inscrit dans l’optique des Objectifs de développement durable (ODD), avec une ambition noble d’un monde égalitaire, complémentaire et lancé sur la voie de la parité. Signalons en outre que le thème national communiqué par le Gouvernement est : « Appliquons la parité homme-femme ; maintenant dans la paix pour un développement durable d’ici 2030 ».

Pour parvenir à ce monde paritaire, a-t-elle indiqué, l’on a besoin des politiques publiques positives, des cadres juridiques à cette vision 50-50, d’une politique ambitieuse, de l’adhésion de l’homme dans la promotion et la défense des droits des femmes et de la détermination et l’engagement continu des femmes à faire avancer l’agenda de la parité. « Traditionnellement, les groupes et associations de militantes préparent des manifestations, pour fêter les victoires et les acquis, faire entendre leurs revendications, afin d’améliorer la situation des femmes. Les agences du système des Nations Unies accompagnent ces organisations dans l’organisation des activités du mois de la femme », a expliqué Mme Ngandahayo.

Un rappel sur la Journée internationale de la femme

Auparavant, elle a rappelé que c’est en 1975 que les Nations Unies ont commencé à commémorer la Journée internationale de la femme tous les 08 mars. Deux ans plus tard, en décembre 1997 donc, poursuit-elle, l’Assemblée générale des Nations Unies adoptait une résolution proclamant qu’une « Journée des Nations Unies pour les droits de la femme et la paix internationale » devait être célébrée par les Etats membres un jour quelconque de l’année, selon leurs traditions historiques et nationales. « La Journée internationale de la femme trouve son origine dans les mouvements ouvriers du tournant du XXè siècle en Amérique du Nord et dans toute l’Europe. Depuis lors, cette journée a pris une nouvelle dimension mondiale pour les femmes des pays développés comme celles des pays en développement. Le mouvement international croissant en faveur des femmes, a contribué à faire de cette commémoration un point de ralliement pour mobiliser le soutien en faveur des droits des femmes et de la participation de ces dernières à la vie politique et économique », a déclaré Mme Françoise Ngendahayo.

Celle-ci a enfin, répondu à quelques préoccupations des journalistes de Kinshasa, et de la ville de Goma au Nord-Kivu, qui participent à cette conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies par vidéoconférence.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse