Modernisation des chaussées et afflux de véhicules à Kinshasa

par -
0 571
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le décongestionnement souhaité de plus en plus hypothétique

Le gouvernement congolais, agissant dans le cadre de la révolution de la modernité, a alloué une enveloppe financière assez importante à la réhabilitation des routes. Cette option visait à décongestionner les chaussées et rendre fluide la circulation routière. Les routes ont été élargies, des séparateurs placées mais apparemment, beaucoup reste encore à faire. Dans la mesure où, en dépit des efforts consentis par le gouvernement dans cet ordre d’idée, l’afflux de véhicules empêche la bonne circulation dans les chaussées de la capitale congolaise.

Depuis quelque temps, le vent de la modernité souffle notamment sur le secteur des infrastructures en RD Congo. L’abondance de véhicules est un progrès apparent pour la nation congolaise, certes. Toutefois, un paradoxe subsiste au regard du fait que le pas ainsi franchi engendre quelque inquiétude, dans le secteur précis de la circulation routière. L’afflux d’engins roulant sur la route et le déficit de régulation laisse libre champ à de la « cacophonie routière ». Le manque de fluidité dans la circulation étouffe la quiétude de la population urbaine. Surtout que la survie quotidienne des ménages est tributaire des mouvements, et donc de la circulation routière.

Cette triste réalité suscite des interprétations en sens divers. Mme Odette Kabongo, propriétaire d’une maison de beauté sur l’avenue Batetela, fait la description suivante, à cet effet : « les embouteillages sont en rapport avec le surnombre de véhicules, une situation de l’heure qui se pose avec acuité. Le gouvernement a mis en place des structures organisant le transport commun, c’est le cas de Transco, de Transkin, d’ « Esprit de vie »… Les transporteurs privés sont aussi à la pointe. Et sans oublier le nombre non moins important de véhicules personnels. Tous ces engins se partagent journellement les chaussées de Kinshasa. Entre-temps, beaucoup de chauffeurs s’estiment en compétition, pour réaliser l’enveloppe du versement au quotidien. Et cette mentalité qui les anime, engendre incompréhension. Tout le monde est pressé, personne ne veut attendre un peu pour laisser passer l’autre, le mépris des panneaux de signalisation est devenu courant. Les piétons sont des victimes principales de cet imbroglio. Tout ce que je viens de décrire caractérise ces derniers temps la vie sur les chaussées de Kinshasa », a-t-elle dit.

Ce que pensent les chauffeurs

« Il y a regain des véhicules. Les bus du gouvernement sont venus aider la population congolaise, nous le savons bien. Mais en regardant plus loin, le trop plein sur la route asphyxie la circulation et pénalise notre métier. On n’a plus le même nombre de clients qu’avant. Pendant ce temps, nous sommes contraints à respecter le contrat conclu avec nos patrons, c’est celui de respecter la hauteur du versement au quotidien. D’où, l’obligation d’être au four et au moulin, juste pour atteindre ce montant d’un côté, et de l’autre, carence des clients. Face à cela, nous sommes incapables de produire de bons fruits. D’où, le mot d’ordre : on est toujours pressés », a déclaré un chauffeur de la ligne Boulevard du 30 juin – UPN. Et de poursuivre : par ailleurs, la police routière n’assure pas au maximum la bonne gestion des embouteillages. Au lieu de préserver l’ordre, elle laisse quelquefois moisir la situation pour tirer son épingle du jeu. Dans maintes circonstances, en effet, des agents qualifiés accusent des chauffeurs d’avoir commis des infractions que ces deniers ne reconnaissent même pas. Ils accusent, menacent et font payer des amendes.

Tout responsables de familles que nous sommes, c’est sans conteste, de ce travail que nous vivons. En effet, nous sommes exposés à beaucoup de contraintes qui nous poussent à courir après le temps, à mépriser le panneau de signalisation, s’il le faut.

Au regard de tout ce qui précède, les chauffeurs de taxis lancent un appel au gouvernement : « Que les décideurs daignent intervenir dans cette affaire, pour nous rendre la tâche facile. Car nous aspirons à davantage de liberté, pour exercer notre métier en toute responsabilité. Surtout que la vie de toute la population en dépend », ont-ils relevé.

(Charlie Muepu/Stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse