Mode de désignation du futur Premier ministre: Les évêques mettent Majorité et Rassemblement d’accord

par -
0 127

Après la reprise des travaux sur l’arrangement particulier au Centre Interdiocésain de Kinshasa, la Conférence Episcopale Nationale du Congo (Cenco) a, au cours de la séance de vendredi 17 mars, réuni toutes les parties prenantes pour débattre autour du mode de désignation du futur Premier ministre qui sera issu de l’accord du 31 décembre 2016. Une grande question qui a même été à la base, jusqu’à ce jour, du blocage sur la mise en application dudit accord de la Saint-Sylvestre. Et après plusieurs mois de tractations sur ce mode de désignation du futur chef du gouvernement, les évêques de la Cenco ont mis tout le monde d’accord. Comme dans toute négociation, l’équation n’était pas facile pour les Princes de l’église. Heureusement, la dernière proposition a mis tout le monde d’accord. Une nouvelle formulation qui consiste à ce qu’il y ait consultation entre le chef de l’Etat, Joseph Kabila, et le Rassemblement des Forces Politiques et Sociales acquises au changement pour la nomination du prochain Premier ministre. Après une trêve sollicitée par la composante Majorité Présidentielle pour discuter de cette formulation, l’affaire a été délibérée et tout le monde s’est mis d’accord. Comme pour dire que dans un proche avenir, le Rassop sera chez le chef de l’Etat, Autorité morale de la Majorité Présidentielle, pour résoudre cette crise qui a suscité regret et désolation de plusieurs Congolais.

Pari gagné pour la Cenco

La Conférence Episcopale Nationale du Congo, désignée par le chef de l’Etatpour offrir ses bons offices à ces pourparlers entre Majorité Présidentielle, Opposition Politique et Société Civile, est en train d’atterrir petit à petit. Ce, après avoir ramené toute la classe politique à l’ordre sur le retard que prennent les arrangements particuliers. L’on se rappellera qu’avant l’arrêt des travaux, la composante Majorité Présidentielle et même son Autorité morale avaient demandé au Rassemblement de proposer trois noms au chef de l’Etat pour la désignation d’un Premier ministre. Malheureusement, le Rassop n’a pas été tout à fait d’accord avec cette proposition. Les membres de cette plate-forme ont tenu à leur décision de n’amener que le nom de Félix TshisekediTshilombo au chef de l’Etat comme leur unique et seul candidat Premier ministre. Malheureusement, ils seront rattrapés par la notion du pouvoir discrétionnaire du chef de l’Etat, lui dévolue, qui lui permet de dire oui ou non à toute proposition. C’est là la base des tractations et du blocage. Et lors de la reprise des travaux, la Cenco s’est dite indignée de ces tiraillements qui ont bloqué même la machine des négociations, outre les obsèques du lider maximo. Conscient de l’impatience du peuple congolais, les évêques ont relancé les travaux et l’on observe déjà que les choses se déroulent bien. Place maintenant à la poursuite des travaux pour la signature finale et la mise en œuvre de l’accord politique de la Saint Sylvestre signé le 31 décembre 2016.

(Bernetel Makambo)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse