Mme Marie-Antoinette Kidimbu : « Le harcèlement de la femme est un frein pour l’instauration de la paix »

par -
0 1252

Marie-Antoinette Kidimbu, caissière dans une école de la place, a été approchée pour réagir au thème prévu pour le mois de mars. Une façon pour L’Avenir Femme de mettre en exergue cette femme, qui n’épargne aucune énergie pour la survie de son ménage.

Avenir Femme : Quelle est votre perception sur le thème de l’année ?

Marie-Antoinette Kidimbu: Avant tout, je dirais que chaque année, nous femme recherchons l’équilibre, le changement dans tous les domaines de la vie, pour qu’il n’y ait plus de disparités criantes. Sinon pourquoi privilégier l’homme aux postes de prises de décisions, alors qu’il y a aussi des femmes qui brillent par leur intelligence ? Nous le voyions même sur le banc de l’école. J’ai du mal à comprendre que lorsqu’il y a par exemple 5 postes ministériels à pourvoir, 4 sont attribués aux hommes et un seul à une femme ! Pourquoi ce stéréotype ? Moi je reste toutefois optimistes, je crois en la capacité de la femme, ses atouts, et que nous aboutiront dans cette lutte. J’insiste sur la justice, l’équilibre surtout qui doivent constituer un combat permanent. Au sujet de la sécurité, je plaide pour que la femme soit sécurisée partout, surtout en milieu de service. Beaucoup vivent le harcèlement au quotidien, et sont frustrées, des menaces masquées ou voilées parfois qui ne favorisent pas un climat de paix, voir ce partenariat homme-femme dans l’optique du développement. Et cette absence de paix en famille, au boulot conduit à plusieurs maladies dont nous ignorons souvent la cause.

Un dernier mot ?

Que les femmes s’unissent comme un seul homme, pour améliorer leur condition. Et qu’elles cessent de se dédaigner, bannissent tout animosité, qu’elles s’encouragent mutuellement. Et réfléchissent ensemble, sur la situation des femmes qui vivent dans l’Est du pays traumatisées sans arrêt.

 Irène Musune

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse