Mission de bons offices: Kabila salue le travail de la CENCO

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange a reçu, hier lundi 05 décembre 2016 à Kinshasa, une délégation de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) conduite par son président, Mgr Marcel Utembi, venue lui présenter le rapport d’étape de la mission de bons offices qui lui a été confiée, en vue de rapprocher les positions de la Majorité Présidentielle et de l’Opposition qui n’a pas pris par au dialogue de la Cité de l’Union africaine (UA), pour trouver une solution consensuelle à la situation politique du pays. C’était en présence de MM. Néhémie Mwilanya et Aubin Minaku, respectivement Directeur de cabinet du Président de la République et président de l’Assemblée nationale. Plus, concrètement, il était question pour la CENCO, de rapprocher les vues entre les camps opposés, soit la Majorité Présidentielle et l’Opposition politique représentée par le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, qui n’avait pas signé l’accord politique du 18 novembre 2016.

« Nous avons été reçus par le Président de la République. Il a été question de lui présenter, de lui donner des nouvelles, des informations nécessaires et le rapport sur la mission de bons offices que nous accomplissons déjà depuis la fin du mois d’octobre jusqu’à ce jour », a déclaré le président de la CENCO, qui a reconnu avoir été « fortement » encouragé par le Président de la République à poursuivre cette mission pour l’intérêt supérieur de la nation. Et ce, parce que les Congolais ont démontré que lorsque l’avenir de leur pays est en jeu, ils sont capables d’oublier leurs divergences ou leurs différences, pour privilégier l’intérêt général.

Signalons que le prélat catholique, qui est aussi Archevêque de Kisangani, en province de la Tshopo, s’est par ailleurs réjoui des engagements pris par les uns et les autres, au cours des échanges qu’il a eus avec les parties prenantes à la crise que connaît le pays. « Après les échanges que nous avons eus avec l’Opposition et la Majorité Présidentielle, je crois que les idées sont bonnes et les engagements sont pratiquement fermes à aller de l’avant pour trouver une solution consensuelle et conjointe pour sortir le pays de cette crise que nous connaissons », a-t-il indiqué. Ici, la CENCO ne devait pas oublier qu’elle avait une obligation de résultat et non de moyen.

La réponse de Joseph Kabila

Le Président Joseph Kabila Kabange, celui-là même qui avait confié, le 29 octobre 2016, la mission de bons offices à la CENCO, a félicité la CENCO qui abattu un travail de titan et l’a encouragée à le poursuivre pour permettre aux Congolais de se retrouver tous autour d’une seule et même cause, la Rd Congo. A examiner de près le communiqué qui a été lu hier à la RTNC, Joseph Kabila attire l’attention de la CENCO sur la nécessité d’obtenir l’authentification des documents émanant des parties prenantes. En bon analyste de la scène politique du pays et du comportement de certains acteurs politiques, l’Autorité morale de la Majorité Présidentielle voudrait que les documents qui lui sont présentés soient authentifiés, pour éviter à la longue d’éventuelles contradictions. Concrètement, le sphinx de Limete, étant président de l’UDPS et président du comité de sages du Rassemblement, doit signer tous les documents sanctionnant les différentes négociations, pour éviter qu’il les rejette en bloc.

Au même moment, J. Kabila a réitéré son attachement à l’accord politique de la Cité de l’Union africaine, seul cadre qui définit de manière claire la séquence des élections, principal point d’achoppement entre la Majorité et l’Opposition. C’est ici qu’il a rappelé l’article 24 de l’Accord politique pour l’organisation d’élections apaisées, crédibles et transparentes en République Démocratique du Congo, qui stipule que « Le présent Accord est ouvert à la signature d’autres partis politiques et regroupements politiques ainsi qu’aux autres organisations de la société civile qui s’engagent à respecter toutes ses dispositions ». De même, il a appelé les principaux protagonistes intéressés dans la crise, qui appellent à la violence, de lancer des messages d’apaisement à la population et à la protection des biens aussi bien privés que publics.

L’inopportunité d’un tête-à-tête Kabila-Tshisekedi

Au lieu de réserver la primeur de l’information au président de la République qui lui avait confié la mission, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) s’est déversée dans les médias, mettant en difficulté ceux-là même à qui revenait l primeur de ses conclusions. A l’occasion, cette structure de l’Eglise catholique a relevé les points de convergence et de divergence, surtout ces dernières, qui appellent à une compréhension unanime autour de six termes suivants : la compréhension du concept du respect de la Constitution et de ses implications en rapport avec la crise actuelle, le processus électoral ( les séquences, le calendrier, le financement des élections), l’indépendance de la CENI et du CSAC, le fonctionnement des institutions pendant la période de la transition et le mécanisme de suivi de l’accord politique. Les évêques ont aussi épinglé des mesures de décrispation politique et la forme du compromis à trouver.

La rencontre entre Joseph Kabila et Etienne Tshisekedi, sensée apaiser la tension perceptible au sein de la population, est évoquée dans plusieurs salons huppés du pays. A la Majorité Présidentielle, certains disent que Joseph Kabila ayant envoyé son numéro privé à Etienne Tshisekedi via les membres du Conseil de sécurité, ne trouverait aucun inconvénient à échanger avec le lider maximo. Dans cet ordre d’idée, le ministre Lambert Mende avait déclaré ce qui suit dans son point de presse du 14 novembre dernier : « De même, un Ambassadeur lui ayant demandé s’il pouvait accepter une rencontre directe avec le Président de l’UDPS, le Président de la République a répondu par l’affirmative. Il a redit, enfin, toute l’importance que revêt l’Accord politique issu du dialogue national et inclusif de la cité de l’OUA et dont il a promis le début de la mise en œuvre à partir du lundi 14 novembre 2016 ».

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse