Mission de bons offices de la CENCO: Le Rassemblement salue le bon déroulement des travaux

par -
0 442
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Des sources concordantes, nous apprenons que le Rassemblement a tenu hier dimanche une réunion extraordinaire autour de son président, M. Etienne Tshisekedi wa Mulumba, afin de fixer l’opinion nationale et internationale sur la mise en œuvre de la mission de bons offices de la CENCO. Selon un communiqué de presse publié à cet effet, le Conseil des sages salue l’ouverture de ces travaux intervenue au Centre interdiocésain pour des négociations directes entre, d’une part, les signataires de l’accord du 18 octobre 2016 à la Cité de l’Union Africaine, et d’autre part, les non signataires. Comme on peut bien s’en rendre compte, ce revirement du Rassemblement est la conséquence de la demande des Evêques congolais qui, reflétant la position du Chef de l’Etat, ont demandé à toutes les parties prenantes d’appeler à la paix. Une paix sans laquelle il n’y a pas de développement possible.

Dans le même communiqué, le Conseil de Sages renouvelle la confiance exprimée dans ses communiqués précédents à l’endroit de l’initiative de bons offices de la CENCO et informe l’opinion du bon déroulement des travaux à cette étape des négociations. Il fixe toutefois l’opinion sur les avancées enregistrées, notamment la validation des mandats des 30 délégués en raison de 15 pour la partie signataire de l’accord de la Cité de l’Union Africaine et 15 pour la partie des non signataires. Il mentionne aussi l’échange des documents, dont l’accord pour les participants au dialogue facilité par Edem Kodjo et celui présenté par le Rassemblement qui reprend certains points comme : la constitution : compréhension du concept du respect de la constitution et des implications en rapport avec la crise actuelle ; processus électoral : séquences, calendrier, financement des élections ; indépendance de la CENI et du CSAC ; Fonctionnement des institutions pendant la transition ; Mesures de décrispation politique ; Mécanisme de suivi de l’Accord à trouver et forme du compromis politique à trouver.

D’autres avancées non de moindres, c’est le regroupement des matières retenues en trois commissions thématiques portant sur la gouvernance institutionnelle, le processus électoral et la décrispation politique avec en plus une commission spéciale sur la rédaction du document final sur la forme et le contenu du compromis politique à trouver ; l’approbation du code de bonne conduite présenté par la médiation.

Par ailleurs, le Conseil des sages exige le principe de la retransmission en direct des débats pour que l’opinion nationale et internationale soit pleinement informée. Cette demande aura du mal à être acceptée tant par les Evêques que par d’autres participants, qui ont besoin de garantir le bon déroulement des travaux, mais aussi la réussite des conclusions. Un peu comme ça s’est passé à la Cité de l’Union Africaine, la population a besoin que la synthèse lui soit donnée par ses représentants attitrés. Et ce, pour éviter de troubler le climat politique déjà perturbé par l’annonce de la date du 19 de ce mois. Le Rassemblement explique cependant que les travaux en cours ont été suspendus à l’initiative de la CENCO, le vendredi 9 décembre 2016 pour des impératifs de calendrier liés à sa charge pastorale jusqu’au mardi 13 décembre 2016, date de reprise des travaux des négociations.

A cet effet, le Rassemblement s’en tient au calendrier des travaux initialement communiqué par la CENCO pour une durée totale de 3 jours calendaires, se clôturant au plus tard le jeudi 15 décembre 2016. Et à l’issue des travaux, le président du Conseil des sages s’adressera à la Nation. On ose croire que cette adresse ira dans le sens du compromis obtenu chez les Evêques et sera faite dans le but d’apaiser le climat politique, et non de l’envenimer.

Force est de souligner que la volonté affichée par le Rassemblement, celle de participer à ces pourparlers du Centre interdiocésain pour l’élargissement de l’accord politique du 18 novembre 2016, n’est pas perçu de la même manière par tous les membres du Rassemblement, surtout par le député Franck Diongo. Très radicaliste que celui qui a inventé le radicalisme, Diongo ne pouvait pas s’imaginer que le Rassemblement discuterait avec le pouvoir en place, même si c’est pour des questions d’intérêt national. Ce qui permet à certains congolais de croire qu’effectivement Tshisekedi est pris en otage par certaines forces nocturnes qui voudraient tirer profit de sa popularité.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse