Mise en place des commissaires spéciaux du gouvernement

par -
0 861
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Maître Taureau salue la constance de Joseph Kabila

Me Taureau échangeant avec le Pdt du DCMP/K, Ngobila Gentiny à g. 

Le Président de la République Joseph Kabila Kabange a nommé, jeudi, les commissaires spéciaux du gouvernement et leurs adjoints, chargés d’administrer les provinces. Celle du Maï-Ndombe est placée sous l’autorité du commissaire spécial Ngobila Mbaka Gentiny, qui sera assisté par M. Job-Antoine Massamba Malika et Mme Brigitte Botete, adjoints chargés respectivement des questions politiques, juridiques, administratives et économiques, financières et du développement.

Au nom de la Fondation qui porte son nom, le doyen Ngombe Baseko Maître Taureau salue ainsi la constance du Chef de l’Etat, de poursuivre sans ambages le processus d’implantation des nouvelles entités décentralisées. A quatre-vingt-treize (93) ans, le doyen ambassadeur universel de l’Unesco pour la paix  et dignitaire d’Etat, se dit « confiant au choix raisonné du Président de la République. Car Ngobila est un politique rôdé de la territoriale, qui saura puiser dans sa technicité, dans son expérience pour relever bien des défis, en cette phase d’implantation », a déclaré le fondateur du Daring club Motema Pembe de Kinshasa, DCMP/K. Et de renchérir : L’honorable Gentiny Ngobila est un dirigeant sportif aguerri et homme de terrain. Il n’a pas hésité un seul instant de briguer un mandat à la direction du DCMP/K, tandis que l’équipe était fractionnée par une crise de forte ampleur. Deux années plus tard, ce club de football de la famille vert et blanc rayonne à nouveau, et reprend de ses ambitions.

Quid de la province du Maï-Ndombe

En effet, trois nouvelles provinces sont issues de l’ancienne province du Bandundu, au terme du dernier découpage territorial en date : le Kwango, le Kwilu et le Maï-Ndombe. Cette dernière est constituée de : Bolobo, Inongo, kiri, Kutu, Kwamuth, Oshwe, Yumbi…

Dans leur diversité tribale, les populations essentiellement riveraines, ont besoin les unes des autres, de consolider leur cohabitation pour aller plus de l’avant, d’envisager le développement dans une optique de vases communicants.

D’où, l’avantage d’avoir à la tête de la province un rassembleur, un mobilisateur qui entraîne ses administrés à l’action, en vue de leur auto-prise en charge. Et cela, dans un contexte où chaque entité décentralisée est appelée à s’approprier le programme de la révolution de la modernité.

Quid de la Fondation Maître Taureau

Début décennie 2000, le doyen s’est focalisé dans l’encadrement et la prise en charge des personnes vulnérables dont les orphelins, les veuves, les personnes vivant avec handicap, les filles-mères, etc. Et cela, à travers le Fondation qui porte son nom. Celle-ci est porteuse d’une personnalité juridique et entend s’implanter sur toute l’étendue de la République, partant de Kinshasa et de Bolobo.  A quatre-vingt-treize (93) ans d’âge, Me Taureau a passé soixante-neuf (69) ans de pratique culturelle. D’où, la reconnaissance populaire de « Baobab de la culture congolaise ». ‘’Bibliothèque vivante de l’histoire de Kinshasa ».                                                                                Depuis 2009, le doyen attend, non sans intérêt, la finalisation d’un programme de « grand hommage officiel dû à un vivant ». Le ministre de la Culture et des Arts d’alors, Esdras Kambale en avait donné le ton dans une correspondance adressée en son temps, au Premier ministre Adolphe Muzito. « Kinshasa le 09 juin 2009, Réf243/cab/min/ca/2009 » « Cette activité vise à reconnaître les mérites d’un homme qui a su travailler plus de cinquante ans à la promotion de l’identité culturelle de notre pays. (…) », avait noté le ministre.

(Payne)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse