Mise en œuvre de la convention de circulation

par -
0 472
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Rdc et Congo Brazzaville à l’heure de l’évaluation

Evariste Boshab et son collègue Raymond Mboulou

Depuis hier jeudi 23 septembre courant, les experts de la République Démocratique du Congo et ceux de Congo Brazzaville réunis à l’Hôtel du Gouvernement évaluent la convention de la mise en pratique sur la circulation et établissement des personnes et de leurs biens entre les deux pays. Convention née de l’expulsion massive des compatriotes de la RD Congo au pays de Mariam Nguabi.

La délégation brazzavilloise est conduite par le ministre de l’Intérieur et Décentralisation, Raymond Mboulou. Le Vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur et Sécurité, Evariste Boshab a dans un discours d’ouverture rendu hommage aux présidents Denis Sassou Nguesso et Joseph Kabila Kabange pour leur leadership et leurs efforts inlassables de toujours privilégier le dialogue et la concertation afin de régler tout différend entre les deux Etats plus proches. « Partageant la même histoire cimentée par des liens de fraternité et d’amitié, les mêmes peuples implantés sur les deux rives du Fleuve Congo, n’ont pas de choix si ce n’est que de s’entendre pour démontrer au reste du monde la profondeur de la culture et des valeurs communes », souligne le professeur Evariste Boshab. Nul n’ignore que Kinshasa et Brazzaville, non seulement les deux capitales sont les plus rapprochées du monde, mais aussi les deux peuples ayant en partage non seulement la langue du colonisateur, ont des langues de nos ancêtres. Ceci dit, plus que des simples voisins, mais des frères avant tout.

C’est à juste titre qu’il déplore le fait qu’au moment où la civilisation planétaire domine le monde, entrainant pour conséquences, l’amélioration sinon l’européanisation des droits et pratiques, Evariste Boshab s’indigne que l’Afrique se trouve à la croisée des chemins où les accords et conventions se préoccupent fort peu de la souveraineté des Etats. « La RD Congo et le Congo Brazzaville par des liens séculaires de fraternité peuvent encore, en toute amitié, et sans contrainte, se targuer d’avoir un petit espace de raffermissement de leurs relations politique, diplomatiques et économiques », a-t-il dit.

Joseph Kabila et Dénis Sassou Nguesso en faveur de la paix

C’est Evariste Boshab qui l’a dit dans son discours, lorsqu’il affirme que les relations entre les deux pays se portent à merveille, puisque la présence du président de la République Démocratique du Congo aux jeux africains de Brazzaville illustre bien que les deux hommes sont à la cherche de la paix. Preuve une fois de plus de la volonté de nos deux chefs d’Etat de voir leurs deux peuples vivre dans l’harmonie.

Dans la même optique, Evariste Boshab d’indiquer que les présentes assises de Kinshasa viennent après celles tenues respectivement à Oyo en République du Congo, les 05 et 06 mars 2014, puis à Kinshasa les 02 et 03 juin 2014 et la réunion des experts tenues à Kinshasa du 23 au 24 septembre 2014. Au cours de ces différentes rencontres fraternelles, des recommandations ont été formulées aux deux Gouvernements. « Le moment est donc venu de passer à l’évaluation desdites recommandations dans divers domaines, en vue de mesurer la distance parcourue dans l’exécution des assignations reçues de nos deux chefs d’Etat consistant à établir un climat harmonieux entre les deux peuples frères », dit-il, tout en restant convaincu que les assises de la 5ième session de la commission spéciale défense et sécurité entre la RD Congo et le Congo déboucheront sur des résolutions concrètes qui rencontreront certainement les attentes et aspirations de deux Etats dans l’intérêt supérieur des populations voisines.

Il a par la suite ajouté que cette rencontre de Kinshasa n’est pas un simple rituel politico-diplomatique, mais plutôt une foi profonde de deux chefs d’Etat en l’avenir radieux de deux peuples. « La tâche assignée aux experts est de traduire en acte cette volonté sans équivoque de nos deux chefs d’Etat. Il faut donc réduire, tant que faire se peut les formalités, renforcer les contrats de confiance, pour que la fraternité puisse triompher face à toutes les épreuves que nous impose le monde aujourd’hui », a-t-il conclu.

Pour sa part, le ministre Raymond Mboulou a remercié le Gouvernement de la République Démocratique du Congo pour l’accueil fraternel, ainsi que pour toutes les commodités qui sont offertes en vue du séjour et pour le travail, dans la plus belle et grande Ville de Kinshasa. Il affirme par ailleurs que cette rencontre intervient naturellement, nécessairement et utilement pour dialoguer, pour discuter, pour parler des questions d’intérêt commun pour les deux peuples. « La nature de nos deux pays, la similitude de la population, sans parler de la proximité, encore moins de la culture, nous obligent à communiquer, parce que de cette communication jaillit la compréhension et se dissipent tous les malentendus », a-t-il dit, tout en rendant également hommage aux deux chefs Etats, deux hommes de paix et de dialogue qui, avec patience et intelligence, conduisent délicatement les navires « Congo » à bonne destination. Il faut dire que ces assises seront sanctionnées ce vendredi 25 septembre par un communiqué final.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse