Mis en cause publiquement par Bahati: Kokonyangi: contrattaque

De retour au pays après sa mission officielle en Italie et en Allemagne, le ministre de l’Urbanisme et Habitat et Secrétaire général adjoint de la Majorité présidentielle, Josep Kokonyangi a indiqué, en ce qui concerne la lettre de son auto-exclusion de l’AFDC, signée par Modeste Bahati, que   de telles questions doivent être réglées  au cours du congrès et non par un  seul individu. Il n’a pas manqué de réagir à certaines questions d’actualité comme le meeting de Ensemble, ou la libération provisoire du sénateur Jean-Pierre Bemba après son acquittement dans l’affaire principale sur les crimes commis par ses troupes en Centrafrique.

Après avoir  passé près d’une semaine à l’étranger, notamment en Allemagne et en Italie dans le cadre d’une mission officielle pour contracter les investisseurs  en vue de doter aux Congolais des logements sociaux, le ministre de l’Urbanisme et Habitat est retourné   au pays ce mardi  12 juin. Joseph Kokonyangi a dès son retour à Kinshasa tenu un point de presse à l’aéroport international de Ndjili pour éclairer l’opinion non seulement sur l’objectif de sa mission, mais aussi sur certains sujets d’actualité,  notamment sur la lettre de son auto-exclusion de l’AFDC signée par Modeste Bahati, ministre du Plan  et adressée au ministre de l’Intérieur et sécurité.

Dès sa descente à l’aéroport international de Kinshasa où l’attendait une foule de militants,  le ministre de l’Urbanisme et Habitat a face à la presse   commencé  d’abord par expliquer  l’objectif de sa mission en Allemagne et en Italie. Joseph Kokonyangi  a  affirmé que sa  mission  dans ces pays d’Europe consistait à suivre les dossiers  liés aux négociations de contrats pour la construction des logements sociaux pour les Congolais. Il explique qu’il était en Italie  sur invitation  d’une société italienne pour voir dans quelle mesure les Congolais peuvent apprendre le montage des maisons sociales pour qu’ils viennent appliquer ces connaissances au pays.

Joseph Kokonyangi rassure que  ces discussions commencées  depuis   plus d’une année avec cette entreprise ont abouti. A l’en croire, dès la semaine prochaine, une dizaine de Congolais se rendra en Europe pour apprendre comment monter des logements sociaux. Une connaissance qui  profitera au pays,  car ces experts congolais reviendront en Rdc pour monter les maisons pour leurs frères  Congolais. Le professeur Joseph Kokonyangi poursuit qu’Allemagne, il est allé visiter les unités  de fabrication des maisons préfabriquées, avant d’affirmer qu’une usine  sera installée à Kinshasa.

Pour concrétiser cette vision de doter aux Congolais de maisons sociales décentes et à bas prix, le patron de l’Urbanisme et Habitat  a informé que dès la semaine prochaine,  cette société sera installée à Kinshasa, une vision qui va se concrétiser grâce aux efforts du gouvernement congolais. Cette usine permettra aux populations congolaises, en particulier kinoises de  bénéficier  de maisons sociales à bas prix.

Pas de décrispation pour Moïse Katumbi

Le Secrétaire général adjoint de la Majorité présidentielle reconnu pour son franc parler n’a pas manqué à placer un mot sur Moïse Katumbi. Pour Joseph Kokonyangi, l’ancien gouverneur du Katanga ne peut pas bénéficier des mesures de décrispation car,  en 2006 il a menti et driblé tous les Congolais en  se faisant  élire comme député provincial.  Selon lui, Moïse Katumbi  doit être  pourchassé jusqu’à son dernier retranchement afin qu’il réponde de ses actes.

Il ajoute que le candidat à l’élection présidentiel d’Ensemble  a détruit la SNCC à créant à Kuna Matata, en envoyant au chômage   plus de 15.000 personnes. Joseph Kokonyangi précise que  les résultats de la destruction de cette  Société congolaise  qui desservait plus de 6 provinces  se sont exportés dans plusieurs coins du pays dans le Kasaï à cause des agissements d’un seul individu, Moïse Katumbi. Il a par la  même occasion  encouragé  les opposants d’Ensemble à  continuer à escroquer Moïse Katumbi jusqu’à ce que l’argent qu’il a détourné puisse s’épuiser.

Si Bemba se présentait à la présidentielle, nous allons l’écraser

L’actualité oblige, l’affaire Jean-Pierre Bemba n’a pas échappé au Secrétaire général adjoint de la MP. Répondant aux questions des journalistes, Joseph Kokonyangi a tenu à préciser que la famille politique du chef de l’Etat n’a aucun problème avec le sénateur congolais Jean-Pierre  Bemba. Comme beaucoup le savent, la Cour Pénale Internationale (CPI) a accordé une liberté provisoire à l’ancien vice-président après son acquittement dans l’affaire principale sur les crimes commis par ses troupes en Centrafrique.

Joseph Kokonyangi a précisé que ce n’est pas Kabila, Minaku ou lui qui a emmené JP Bemba en prison. C’est une affaire de la  République Centrafrique. Il met en garde tous ceux qui veulent manipuler l’information en faisant croire à l’opinion nationale et internationale que la Majorité présidentielle entretenait la haine contre Jean-Pierre Bemba. Le Secrétaire générale adjoint de la MP martèle que la famille politique du chef de l’Etat va rafler tous les postes lors des élections du 23 décembre 2018.

Il affirme que  la  MP va  respecter son  slogan de victoire ;   qu’une personne vienne du ciel,  de la terre ou de mars,  la MP va gagner les élections et sans pitié, car elle est une machine qui broie tout à son passage. Il fait constater que Bemba ne peut jamais terroriser la Mp,  d’autant plus qu’il est affaibli,  il ne peut pas batailler avec elle aux élections. Et le ministre de rassurer que Jean-Pierre Bemba ne fait pas du tout peur, car, qu’il le veule ou non, il sera écrasé par la MP. Le Secrétaire général adjoint  de la MP demande à Jean-Pierre Bemba de faire un retour dans le calme et non en cherchant à troubler la paix déjà acquise.

«  Je ne sers qu’un seul Maître, c’est Joseph Kabila »

Une lettre sur l’auto-exclusion de Joseph Kokonyangi de l’AFDC circule sur les réseaux sociaux. Elle est signée par Modeste Bahati, ministre du Plan et Autorité morale de cette formation politique membre de la Majorité présidentielle. Elle a été  adressée au ministre de l’Intérieur et Sécurité avec copie transmise au chef de l’Etat, au Secrétaire général de la Majorité présidentielle.  Joseph Kokonyangi, en sa qualité de vice-président national de l’AFDC a  apporté une lumière sur cette affaire qui commence à déranger le bons sens.

Il est étonné de prendre connaissance de cette lettre dans les réseaux sociaux. Pour couper court à toute rumeur,  Joseph Kokonyangi a déclaré qu’il ne sert qu’un seul Maitre et c’est Joseph Kabila Kabange. Et de préciser : « On ne peut pas servir deux maitres. Lorsque je trouve que quelque part ça ne va pas, je vais me comporter de façon proportionnelle. Cela étant dit, l’Afdc est un parti que nous avons fabriqué de nos mains,  moi et Bahati et tous les autres», dit-il. Il se  réserve d’émettre un avis car explique-t’il,   les réseaux sociaux sont devenus des lieux de catastrophe.

Le vice-président national de l’AFDC   attend  être notifié de  cette lettre et surtout il entend connaitre pourquoi Modeste Bahati a attendu le jour de son départ à l’étranger  pour publier cette lettre. Il l’appelle à ne pas  confondre les époques, le moment et les individus,  car ajoute-t-il, l’heure est  cruciale et il est hors de question et surtout pas le moment de  déstabiliser tous les géants d’un parti politique ou les individus comme Joseph Kokonyangi.

Il a précisé qu’ils ont été désignés ensemble lui et Bahati, le même jour par le  congrès. Pour Joseph Kokonyangi, Bahati n’a pas le droit de  prendre une décision pour exclure qui que ce soit au sein parti. Il affirme que   de telles questions doivent être réglées  au cours du congrès et pas par un  seul individu. Tout en appelant à un règlement de l’affaire en famille, il promet de se prononcer dans les prochains jours si Modeste Bahati continue avec ses malveillances.

Crhioni Kibungu

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse