Ministère des Affaires Foncières: Lumeya-Dhu-Maleghi succède à Félix Kabange Numbi

par -
0 112
Poignée de mains entre Lumeya-Dhu-Maleghi et Félix Kabange Numbi

Il a plu au président de la République, Joseph Kabila Kabange, de confier le ministère des Affaires foncières à un juriste de renom, l’honorable Lumeya-Dhu-Maleghi, en remplacement de Félix Kabange Numbi, qui devient ministre de l’Aménagement du territoire et Rénovation de la ville. Comme le veut la coutume, c’est hier que le sortant a passé le flambeau à l’entrant, dans une ambiance cordiale.

Prenant la parole, le sortant Félix Kabange Numbi, qui n’a fait que 5 mois dans ce ministère à problème, a remercié le Dieu Créateur pour son souffle de vie, et le président de la République, Joseph Kabila Kabange pour la grande marque de confiance qu’il ne cesse de lui réitérer, en le nommant hier aux Affaires foncières et aujourd’hui comme ministre de l’Aménagement du territoire et Rénovation de la ville.

Et de soutenir que ceci n’est pas le fait ni de son intelligence, ni de ses relations, mais c’est par la grâce de Dieu et la confiance du chef de l’Etat. « Les cinq mois que nous avons passé m’ont permis d’apprendre, dans un ministère aussi technique que les Affaires foncières, parce que j’ai découvert la complexité de la gestion de la terre », dit-il, avant d’ajouter que tout en vous félicitant, je vous laisse un grand fardeau de tous les conflits fonciers, parce que dans les Cours et Tribunaux, près de 80% viennent de notre secteur. Etant avocat, je suis apaisé, moi entant que médecin, j’ai eu beaucoup à apprendre, avoue-t-il.

Pour sa part, M. Lumeya-Dhu-Maleghi  s’est dit ému de cette ambiance. Et de dire que hier quand je suis entré ici, il y avait sur votre table une bible ouverte. Je voulais regarder quel livre vous lisait, mais je ne pas pu (Psaume 71). C’est pour dire que nous avons deux choses en commun, la foi, parce que je suis chrétien pratiquant, et la République. « Vous avez bien dit que nous sommes les hommes d’Etat, nous devons gérer avec objectivité. Je relisais l’ordonnance portant nomination des membres du Gouvernement. Je suis au numéro 7 et vous au numéro 8. C’est pour dire que nous serons toujours côte-à-côte. Et chaque fois que j’aurais des difficultés, je vous contacterais », martèle-t-il, tout en disant que nous  allons travailler ensemble et nous allons échanger plusieurs fois.

Le ministre reconnait que le ministère qu’il occupe alimente les cours et tribunaux. « Si nous fermons les robinets, les cours et tribunaux n’auront plus de dossiers. Vous avez commencé, je veux continuer pour que nous puissions faire en sorte que nous ne soyons pas les commerçants qui alimentons les cours et tribunaux. Nous ne pouvons pas accepter que notre secteur soit un bien sans maître. Le ministère est le seul où tout le monde cherche à s’imposer. Nous allons demander à ce qu’on respecte ce ministère qui a sa tutelle et aussi s’il y a des problèmes, qu’on s’adresse aux autorités que nous sommes », dit-il.

Il a promis de travailler en franche collaboration avec l’administration qui aune expertise utile pour faire avancer l’évolution de la modernité. Nous avons beaucoup de défis et nous le feront avec la collaboration de notre administration, car pour lui, tout le monde est bon et c’est le contraire qui va nous étonnera. « Nous allons travailler avec des préjugés favorables et nous allons défendre les droits des agents et cadres du ministère. Chaque fois que je serais buté à une difficulté, je ferai appel à vous. Vous m’inspirer confiance, parce que vous avez une longévité au sein du Gouvernement. Je dois connaître quel est votre secret ».

(JMNK)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse