Mettre un terme au phénomène Kamwina Nsapu: Le Bâtonnier Kamukuni propose des négociations directes avec les miliciens

par -
0 312
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Donné pour disparu après une rencontre avec la milice de Kamwina Nsapu, le bâtonnier Kamukuni, élu de Kazumba dans la province du Kasaï –Central, a démenti cette rumeur. Rencontré hier lundi 20 février 2017, le professeur Ambroise Kamukuni est bel et bien en vie. Lui qui a déjà plus d’une fois rencontré ces terroristes kasaiens, n’a jamais été soumis à des telles pratiques. Mais il explique plutôt  la cause qui rend l’affaire Kamwina Nsapu un serpent à plusieurs têtes que l’on ne peut  maîtrise plus dans l’espace kasaien, parce que tout simplement beaucoup de gens en font un phénomène de règlement des comptes pour intimider son adversaire ou concourant en fin d’obtenir des avantages matériels.

Et surtout que l’enrôlement chef le Kamwina Nsapu se fait contre 1000 Fc, avant de passer dans le Tshizamba. Comme cela   s’explique par une envie du lucre, le député  Kamukuni, notable du grand Kasaï ne propose surtout pas le changement de l’autorité provinciale comme proposent plusieurs. Le professeur propose plutôt aux autorités du pays tant nationales que provinciales, de bannir  tout d’abord la peur, puis d’aller à la rencontre des milices Kamwina Nsapu. Provoquer des négociations pour savoir qui commande derrière. Par rapport à cette négociation, il  ne faut pas faire le parallélisme avec l’affaire M23 qui est un problème purement politique, car le Kamwina Nsapu est basé d’abord sur les conflits coutumiers récupérés par les politiques, à en croire cet élu de Kazumba. Notable du grand Kasaï, le professeur Kamukuni s’inquiète sur le processus électoral qui risque d’être perturbé par  ce climat d’insécurité. Voilà pourquoi il appelle à une table rase qui permettra à chacun de mettre de l’eau dans son vin.

Lors de sa communication aux médias le dimanche dernier, le Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité, Emmanuel Ramazani Shadari a donné la position officielle du gouvernement de la République, qui est pleinement conscient d’une chose, à savoir que les premières solutions durables à ces problèmes sont d’abord de type politique et communautaire. C’est pourquoi il privilégie à Kinshasa, au Tanganyika, dans l’espace kasaïen et dans le Kongo Central, les rencontres avec la notabilité, les forums intercommunautaires. Les solutions de type militaire ou policier constituent seulement des appuis pour la sauvegarde d’un climat propice à la concertation et au dialogue. De même, les solutions judiciaires sont appelées au secours pour garantir la justice et la paix. « Mais pour le moment, les espoirs pour une solution pacifique dans l’espace Kasaïen reposent sur l’implication des originaires et à la conscientisation des tireurs des ficelles bien identifiés qui rencontreront la justice sur leur chemin s’ils ne renoncent pas à leur entreprise macabre », dit-il.

(Nana Buana)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse