Mettre fin à la « Fistule obstétricale » en RDC « L’intervention ne se fait pas seulement dans les pays développés »

par -
0 231
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La fistule obstétricale est un problème mondial, mais elle est surtout commune en Afrique dans les zones tropicales. Et République démocratique du Congo n’est pas épargnée.

La fistule obstétricale est l’une des liaisons les plus graves et les plus dangereuses susceptibles. Elle survient d’ordinaire lors d’un accouchement prolongé lorsqu’une femme  n’obtient pas la césarienne qui serait nécessaire. Elle est aussi  toutes les infirmités liées à la grossesse compliquée.

En effet, elle est provoquée par une perforation entre le vagin et la vessie où le return due à un arrêt prolongé du travail et l’absence des soins obstétricaux.

« Elle provoque une fuite d’urine et les matières fécales pour le vagin et entraine à plus long terme des problèmes chroniques pour les femmes, dans la plupart de cas, une incontinence permanente en résulte. Tant que la fistule n’est pas opérée alors, il s’agira  de la complication non mortelle la plus fréquente des accouchements. A Kinshasa chaque année, on enregistre plusieurs cas à   l’incidence des accouchements difficiles », a expliquée une sage femme d’un centre hospitalier dans la commune de Lemba.

Pour Berthe Toluka, sage-femme : « les fistules sont favorisées par le jeune âge de l’accouchée et une malnutrition, entrainant un développement insuffisant du bassin de cette dernière, ne permettant pas le passage aisé du nouveau-né. C’est une disproportion marquée entre la tête du bébé et le bassin. Alors dans ce cas, l’accouchement requiert une césarienne. Mais cette intervention n’est pas toujours dans les pays développés ».

Comment est-ce que les femmes congolaises peuvent se prévenir de la fistule ?

Elle provoque la fuite d’urine et de la matière fécale par le vagin et entraîne à plus long terme des problèmes médicaux chroniques. Les femmes qui en souffrent sont souvent condamnées à la dépression, à l’isolement social et une aggravation de la pauvreté. Cependant les femmes sont victimes de plusieurs conséquences suite à cette maladie.

Elles peuvent être également dues à d’autres causes telles que les traumatiques, dont les complications sont les mutilations génitales féminines, infectieuses… Mais la grossesse compliquée en est la principale cause. Alors les femmes sont incapables de rester sèches, beaucoup en souffrent de l’humiliation constante en dégageant une odeur d’urine ou d’excréments. D’où il peut aussi leur être difficile de marcher suite à cela. Les femmes non soignées, non seulement peuvent s’attendre à une vie de honte et d’isolement, mais risquent aussi de connaître une mort lente et prématurée pour cause d’infection et insuffisance rénale. Il est essentiel de mieux informer les femmes et leurs familles concernant les dangers de l’accouchement et l’importance des soins obstétricaux d’urgence.

« Les femmes congolaises doivent se prévenir de la fistule. Il est pourtant possible de prévenir contre la fistule, le fait qu’elle n‘ait  pas encore disparu »,  témoigne les agents des organisations non gouvernementales.

Le traitement préventif le plus efficace reste cependant l’amélioration des conditions socio-économiques permettant une prise en charge médicale correcte des accouchements difficiles.

(Rosy Bondala/ stagiaire UPN)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse