Médiateurs pour le dialogue Quatre noms proposés à Ban Ki-moon

par -
0 1136
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il s’agirait de Kofi Annan, Eduardo Dos Santos, Moustapha Niasse ou Saïd Djinnit 

*Selon une dépêche de l’AFP qui cite une source gouvernementale, le Président de la République Joseph Kabila aurait proposé à l’ONU les noms de quatre personnes susceptibles d’assurer une médiation internationale dans le dialogue national en vue d’élections apaisées. Il s’agit de Kofi Annan, Eduardo Dos Santos, Moustapha Niasse ou Saïd Djinnit 

* De ce que l’on sache, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Raymond Tshibanda, a remis le 17 novembre dernier  à New York la lettre du Président  Joseph Kabila destinée au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Les deux personnalités se sont entretenues à huis-clos et rien n’a filtré   des échanges entre le chef de la diplomatie congolaise avec le Secrétaire général de l’ONU

De plus  en plus, l’on s’approche vers la convocation du dialogue voulu par tous les Congolais comme celui devant déboucher sur un processus électoral apaisé et transparent. Pour y arriver, une Ordonnance de convocation du Chef de l’Etat est susceptible de dissiper tout doute possible et de fixer une fois pour toute, les contours de ce que devra être ce grand rendez-vous.

Déjà, citant l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, une certaine opposition qui accepte d’ailleurs le dialogue, ne jure que sur une caution que semble être une médiation internationale. C’est dans cette perspective que l’Agence France Presse, qui cite une source gouvernementale, a laissé entendre que le Président de la République, Joseph Kabila aurait proposé à l’ONU les noms de quatre personnes susceptibles d’assurer une médiation internationale dans le “dialogue national” en vue “d’élections apaisées”.

Il s’agit de l’ancien Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan , du président angolais Eduardo Dos Santos, du président de l’Assemblée nationale sénégalaise, Moustapha Niasse et de l’Envoyé spécial de l’ONU pour  la région des Grands Lacs, Saïd Djinnit, pour assurer la médiation du “dialogue national”, a-t-on ajouté de même source.

De ce que l’on sache, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Raymond Tshibanda, a remis le 17 novembre dernier  à New York la lettre du Président  Joseph Kabila destinée au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Les deux personnalités se sont entretenues à huis-clos et rien n’a filtré   des échanges entre le chef de la diplomatie congolaise avec le Secrétaire général de l’ONU.

Disons que la désignation d’un médiateur étranger est l’une des conditions posées par le parti historique de l’opposition en RD Congo, l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), pour participer au “dialogue national” proposé par le Président Joseph Kabila.

Dans sa dernière conférence de presse organisée la semaine dernière, l’UDPS avait annoncé un meeting le samedi 21 novembre 2015. Ce meeting a eu lieu et ce, parce qu’ayant observé des atermoiements dans la convocation du dialogue. Il sied de souligner que l’UDPS a donné un ultimatum au Secrétaire général des Nations Unies en lui demandant de convoquer ce forum avant le 30 novembre. « Respectueuse de la constitution et des lois du pays, l’UDSP a toujours exigé que les élections se tiennent dans le délai constitutionnel », avait indiqué son Secrétaire général, avant de dire que c’est pourquoi elle a salué la dernière déclaration de la conférence Episcopale Nationale des Évêques du Congo (CENCO) quant à ce et rappelle que ces princes de l’église sont parmi les premiers à avoir exigé la tenue d’un dialogue pour résoudre la crise née des élections de novembre 201l.

Ayant examiné aussi bien le rapport de M. Jérôme Bonso, président de la LINELIT que celui des experts de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), les conclusions de ces deux rapports inquiètent si des dispositions ne sont pas prises rapidement pour convoquer le dialogue. C’est dans le souci de maintenir la pression sur le conseil de Sécurité de l’ONU (signataire des Résolutions 2098, 2147 et 2211) et l’Union Africaine (signataire de l’Accord Cadre d’Addis-Abeba que ce parti a organisé  un meeting le samedi 21 novembre 2015 à la permanence du parti à Limete à partir de 11 heures.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse