Me Papy Labila sur une chaine locale : « Après le discours sur l’état de la nation, je suis tenté de dire : Kabila l’incompris (…) »

par -
0 466
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Reçu sur une chaîne locale, Me Papy Labila a passé au peigne fin le discours du Président Joseph Kabila sur l’état de la nation, prononcé le 19 juillet courant. En effet, le chargé des relations extérieures du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD)/Lukunga a décrypté cette adresse estimant que « pour un évènement protocolaire  inscrit dans la Constitution tel  le discours sur l’état de la nation, la tribune du congrès n’était pas le lieu indiqué pour une telle déclaration.  Dans les lignes qui suivent, nous vous proposons l’intégralité de cet entretien :

Que retient la jeunesse du discours du Président de la République ?

Papy Labila (PL) : Je retiens de cette adresse que le Président Joseph Kabila est entré par la grande porte dans l’histoire politique de la RDC. Déjà à Sun City, il nous donnait un bref aperçu de ce qu’il voulait pour le pays à savoir l’indépendance économique. Revenons un peu à l’histoire, déjà avant 60, papa Simon Kimbangu s’était battu pour l’égalité de l’homme noir et l’homme blanc, il s’en est suivi la lutte de Lumumba dont le combat se résumait à l’instauration de l’indépendance politique et de la démocratie, en 65 les ennemies du Congo ont détruits cette architecture institutionnelle en maintenant une dictature pendant près de 40 ans et vint en fin Joseph Kabila qui dès  l’entame en 2001 promettait à ces concitoyens de : normaliser la vie politique, faire renaitre le multipartisme politique et syndical, organiser les élections et relancer l’économie.

Son adresse a donc consisté à dire dans quel état il a trouvé le pays en 2001 ; ce qu’il a fait pendant ses 17 ans ; et ce qui reste à faire pour un avenir radieux de la RDC dont il a un amour et une passion sans pareil. La jeunesse congolaise y compris celle du PPRD a saisi ce message interpellateur du Chef de l’État qui nous a fait comprendre que l’avenir meilleur de ce pays dépend essentiellement de nous, Congolais.

N’est-ce pas que cela a été dit l’année passée, quel est l’élément nouveau ?

L’élément nouveau que donne le Président, c’est de se mettre à       l’évidence que l’indépendance économique dont le dessin a été peint par l’arsenal juridique mis sur pied par nos institutions dépendra essentiellement de notre capacité, nous jeunes Congolais de tous bords à faire du Congo un État fort avec des institutions respectables sur le plan régional et international.  Grace à cela, nous pourrons dealer d’égal à égal avec les puissances dans la perspective d’améliorer le bien-être de la population congolaise.

L’opinion s’attendait à voir le Chef de l’État dire qu’il ne se représenterait pas. Qu’en pensez-vous ?

Il s’agit là d’un vrai faux problème, le Chef de l’État Joseph Kabila a rappelé dans son allocution que la Constitution de la République dont il est géniteur sera respectée et que le cap mis sur les élections du 23 décembre était maintenu.  J’estime que pour un évènement protocolaire  inscrit dans la Constitution tel  le discours sur l’État de la Nation, la tribune du congrès n’était pas le lieu indiqué pour une telle déclaration. D’ici le 8 août, il n y a que quelques jours, nous constaterons si le Président Kabila n’est pas resté cohérent envers lui-même, je convie donc la communauté tant nationale qu’internationale à prendre son mal en patience.  Je suis tenté de dire : Kabila l’incompris…

Qu’entendez-vous par Kabila l’incompris ?

À entendre les réactions des ténors de l’opposition, au sortir de la salle de congrès, j’ai constaté que plusieurs d’entre eux n’ont pas perçu le sens du discours du 1ercitoyen congolais sur 3 axes prioritaires dont son avenir politique, l’appel à l’unité de l’ensemble du peuple congolais et enfin les enjeux avenirs…

Quels sont ces enjeux ?

Si nous ne  comprenons pas les enjeux de ce pays, nous ne pourrons jamais le développer.  Dans son discours, le président a rappelé la nécessité de consolider sur le plan sécuritaire, une armée forte et Républicaine car nous avons 9 voisins et plus de 400 tribus. Sur le plan diplomatique, nous devrons dorénavant entretenir des relations diplomatiques décomplexées car nous sommes un acteur majeur dans la géostratégie internationale et enfin, sur le plan économique, accélérer le rythme de la diversification économique. Ce qui permettrait à coup sûr, de réduire notre dépendance aux caprices des cours des métaux précieux dans l’unique but d’améliorer les conditions de vie de nos populations.

Que faire pour que les richesses du pays profitent aux congolais ?

Prenons l’exemple du cobalt qui aujourd’hui se vend à plus de 80 mille dollars US la tonne contre 25 milles dollars, il y a 1 an dont la RDC constitue l’une des réserves les plus importantes de la planète.  Ce métal concourt à la fabrication des voitures électriques dont à titre illustratif la France a décrétée le désengagement des moteurs à carburant pour des moteurs électriques d’ici 2040.  Nous avons donc là des opportunités d’affaires intéressantes et le nouveau code minier publié cette année, nous donne la possibilité de gagner jusqu’à 10 %  des revenus. Mais pour pérenniser cette embellie, il nous faut avoir un État en paix avec une armée forte et des dirigeants qui négocient de façon décomplexée avec ces puissances en vue d’en faire profiter notre peuple. C’est donc ça le sens de l’appel à la jeunesse qu’a fait le Chef de l’État, Joseph Kabila Kabange dans son discours.

Comment percevez-vous le bilan brossé par le Président Kabila ?

Si en 60, les huileries du Bandundu et le cuivre du Katanga ont servi à obtenir l’indépendance politique et que de 65 à 97, les richesses du pays ont permis d’entretenir une dictature, l’avènement de Joseph Kabila marque une nouvelle ère. Tenez ! Déjà en 2002, il a commencé le processus de libéralisation de l’économie, en utilisant nos richesses pour réunifier le pays et instaurer la démocratie. De 2006 à 2018, tout en consolidant l’ordre institutionnel actuel, il a gagé nos ressources minières en finançant les 5 chantiers et la révolution de la modernité avec des routes, des hôpitaux, écoles et divers bâtiments et enfin,  il a signé l’acte de naissance de l’indépendance économique de la RDC quitte à nous de mettre en pratique toutes ces recommandations.

Un mot de la fin

J’invite la jeunesse congolaise dans son ensemble à entretenir une vision de grandeur pour la RDC, en se battant pour faire respecter les institutions de la République, en vue de la matérialisation de notre indépendance économique.  J’en profite également pour rappeler le sens de l’appel à l’unité qu’a lancé le Chef de l’État en direction des Congolais de tout bord, majorité, opposition, société civile afin de déjouer les plans visant à faire échouer notre pays.

O.M

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse