« Mbonda » à Kinshasa Fara Fara hier entre « Mabele Elisi » et « Mabele International »

par -
0 1261
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le rond-point des Huileries à Lingwala a connu une forte ambiance  hier dimanche sous  le rythme  du Folklore Mongo  « Mbonda » de l’Equateur, avec la prestation des groupes « Mabele Elisi » original  équipe de base sous la coordination  de Baudouin  Bafonga alias «Bokulaka Baudino » à la place « Le Champion » et « Mabele international » du dissident chanteur René Lokwa  à l’espace « Riviera Beach chez Bingo » à quelques mètres de là. De part et d’autre, les amateurs de « Mbonda » se sont bien trémoussés. Le groupe « Mabele Elisi », fait privé , au grand complet dépouillé depuis trois  ans  et demi de son leader fondateur  feu Impanga  Djema dit « Prophète Mabele Elisi », a présenté un spectacle  haut en couleurs avec de nouvelles compositions  qui présagent  une bonne réussite  du prochain single  en préparation. L’interprétation de chants contenues dans les albums « Itokia »  ou encore « Ekabola bitumba » en promotion  a emballé l’impressionnant  public qui a pris d’assaut  la place « Le Champion », à en croire notre source.  Parmi les artistes de la nouvelle équipe  « Mabele Elisi »  remanié, on pouvait distinguer le président chanteur compositeur  Bambou  Henri  Nyama, le chef d’orchestre Chiro  Chiro  ou encore le SG Djo Male. Pour sa part, le jeune orchestre « Mabele International » soutenu par l’ONG « Likambo ya Motulu »  composé  des natifs de la commune de  Kinshasa, une initiative du Bourgmestre  Sapu  Kalimasi, n’a pas démérité. L’animateur  Tshokolilo  chef de guerre, a présenté ses nouveaux cris à la satisfaction de ses fans dont la plupart évoluent en activité  au Beach  Ngobila.

Quid de « Mbonda »

Le phénomène « Mbonda » a pris naissance avec ampleur dans le quartier Ngbaka dans la commune de Kinshasa. Le 1er à  installer son siège  sur l’avenue Rwakadingi était le « feu Mabele Elisi », avec son groupe « Super  8/8 de Mabele Elisi », mais pas avec beaucoup de succès. Il sera rejoint plus tard par la regrettée  Mimi Mongo débarquant fraichement de Mbandaka. Mais le duo  n’a pas duré. Entretemps, un certain « Vieux Atogo »  lance  « Bilombe ya coutume » faisait rage  dans son fief entre les rues Kato  et  Lualaba. Un certain « prophète » était aussi entré dans la danse  vers les avenues Usoke et province. Bokesthu  Ier, dissident du groupe Chiga Chiga de Kitambo, bien soutenu, décide d’installer son état-major « Classic  Swede Swede » sur l’avenue Itaga toujours dans la commune de Kinshasa. Avec les danses « Sundama  City Train », il s’envole pour la première fois en Belgique avec l’appui de Pélé Mongo,  mais connaitra des déboires et l’orchestre fut refoulé. Un deuxième voyage permet à Boketshu 1er de fouler la ville de Londres avec succès grâce à José Baoto, mais la plupart de ses musiciens disparus dans la nature. Bokesthu 1er regagne  Kinshasa  avec Monzo, Noko  et trois autres musiciens. Presqu’en galère, il eût de nouveau la chance de rejoindre la Belgique où il est installé jusqu’à ces jours, sans faire mention de tout ce qui se raconte autour de lui par rapport  au phénomène combattant. Profitant de ce vide, « le prophète Mabele Elisi » revient avec force à partir de Kingabwa  et s’impose sans problème, jusqu’à sa mort, laissant en plein succès l’album « Itokia ». Nous y reviendrons avec forces détails.

(Franck  Ambangito)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse