Mbandaka dans la fièvre de l’examen d’Etat: L’IPP Nkaku N’kande sensibilise les finalistes au paiement des frais

par -
0 542
Une attitude des élèves finalistes (ph tiers)
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le nouvel inspecteur principal provincial éducationnel de la ville de Mbandaka, Nkaku N’kande a eu un face à face la semaine dernière, avec les élèves finalistes des humanités. C’était en présence des chefs d’établissement de différentes écoles secondaires de la nouvelle province de l’Equateur. A l’approche des épreuves d’examen d’Etat, a indiqué hier l’ACP, la visite de l’IPP a été motivée par la nécessité de sensibiliser les finalistes au paiement des frais au droit de l’examen d’Etat.

Saisissant la balle au bond, il a invité les chefs d’établissements au strict respect de l’arrête du gouverneur de province, M. Tony Cassius Balamba. L’autorité de la province éducationnelle a mis en garde contre tout dérapage autour de la collecte des frais de participation aux épreuves d’examen d’Etat.  Ce qui revient à dire que tout responsable scolaire qui contournerait les directives relatives à la modalité de paiement de ces frais, ne s’en prendrait qu’à lui-même. Pour rappel, le montant attendu par tête d’élève est fixé à soixante-deux mille (62.000) fc. La répartition se présente comme suit : trente-cinq mille (35.500) fc pour la hors-session, et vingt-six mille (26.500) fc affectés à la session ordinaire. Pour rappel, la dernière édition en date, l’année scolaire 2015-2016, l’examen d’Etat s’était déroulé sur l’ensemble du territoire national. Il nous revient que les organisateurs, entendez : le ministère et l’Inspection générale, avaient alors fixé à quarante-cinq mille (45000) francs congolais les frais de participation par tête d’élève. Mais comme cela est devenu une tradition en RDC, les écoles privées et celles de l’arrière-pays usent toujours de manœuvres pour revoir ce montant officiel à la hausse.

L’initiative de l’IPP appréciée à juste titre

Les élèves finalistes de Mbandaka ont exprimé leur satisfaction à la suite de cette initiative de l’autorité provinciale éducationnelle. Ils ont demandé, dans leur crainte, des garde-fous dans certaines écoles, pour contrer d’éventuelles manœuvres des responsables. Car selon des spéculations au niveau local, le montant de cent-vingt mille (120.000)fc revenaient sur plusieurs langues, de quoi défier visiblement l’arrêté du gouverneur.

L’IPP a, par la même occasion, exhorté les finalistes à revoir régulièrement leurs notes de cours car, a-t-il dit, seul le travail bien ordonné permet d’affronter ces épreuves avec succès. Par ailleurs, il a encouragé les  parents à dénoncer, tout chef d’établissement véreux.

En somme, l’exhortation de l’IPP tombe à propos, en ceci que la conjoncture socioéconomique qui devient de plus en plus intenable, met beaucoup de parents dans une  situation incertaine par rapport à l’autorité qui leur incombe. Pour tout dire, ces derniers expriment le vœu que le gouverneur veille sur tout le processus de collecte d’argent destiné à l’organisation matérielle des épreuves d’examen d’Etat. Car avec la décentralisation, beaucoup d’élèves ont été fragilisés notamment par des distances à franchir pour atteindre leur centre d’examen d’Etat. IL faut alors craindre que des responsables malintentionnés ne capitalisent de telles faiblesses d’élèves finalistes.

( Jackie Bueya /stagiaire UPN)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse