Masumu Debrindet: 50 ans de vie artistique, ça se fête

par -
0 460
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis son amorce de la vie artistique, le comédien Masumu Debrindet n’a jamais rien fait à côté. Il vient de totaliser 50 ans de vie artistique. Artiste vertébré, Masumu Debrindet Yala Ka Yala Mfumu’a Mbanza Toko dia Kunzu se trouve aujourd’hui, après trois mandats, être le président et fondateur de l’Association National du Théâtre Populaire et Cinéma, ANTPC, qui, présentement, est en train d’expédier les affaires courantes en prélude aux élections du futur et nouveau comité de cette association.

Le vendredi 16 juin 2017, au Palais du peuple, l’on a fêté, dans la joie, le jubilé de Ndungi Mambimbi Masumu Debrindet. Cette cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités tant du monde politique que culturel. Il y a avait aussi de nombreux invités qui ont répondu favorablement aux exhortations de « De la Pente ».

Temps forts du jubilé Masumu

D’entrée de jeu ce vendredi-là, pour le mot de bienvenue, la parole a été,  accordée au petit-fils du jubilaire, le petit Darius Shela Mayuma, âgé de 9 années, qui a été fortement applaudi par l’assistance. Il a été suivi pour les témoignages par les Professeurs Ndundu Kivula et Arlette Masamuna.

Avant l’exposé de Bodo Bokadila, le Secrétaire général de l’ANTPC qui a parlé au nom de cette association qui a remis un diplôme d’honneur à Masumu Debrindet, le public a eu droit à la projection de quelques séquences du film « Simon Kimbangu » qui a été suivi par quelques extraits du ballet animées par la troupe « Ewawa » de Kingasani. Un autre diplôme a été remis à Masumu Debrindet par le Professeur Ndundu Kivula au nom des artistes réunis.

Interviendra alors par la suite, M. Luzala, représentant de la Ministre de la Culture et des Arts, pour le baptême du livre intitulé « La Percée d’un artiste visionnaire » écrit sur l’artiste Ndungi Mambimbi par le Professeur Ndundu Kivula.

Le jubilaire Masumu Debrindet prendra alors la parole pour remercier le public et particulièrement tous ceux qui, de loin ou de près, l’ont accompagné pour la réussite de cet événement. Cependant, il se dit anxieux par l’attitude affichée par les autorités qui, informées de cette manifestation hautement culturelle ne lui ont pas accordé une attention soutenue. Et pourtant, dit-il, de la Présidence de la République jusqu’au Bourgmestres tout le monde a été informé et l’artiste s’attendait à un engouement des décideurs mais, malheureusement, il a été déçu.

Mention spéciale au Président de l’Assemblée Nationale qui a accepté de mettre ce cadre à la disposition de Masumu pour célébrer son cinquantenaire artistique. « Je suis vraiment déçu, parce que les autorités et même de nombreux hommes d’affaires que je connais, ont été informés de ce que je préparais mais ils m’ont répondu par une suite silencieuse », paraphrase Masumu Debrindet et de poursuivre : « Néanmoins, je remercie Mme Louise Munga, Ministre honoraire du Portefeuille, l’honorable Laurent Batumona ; MM. Nzolantima Dispromat, Basile Lungwana, Mushiri wa Bashara,… qui m’ont tout de même aidé à faire face au cahier de charges de la préparation de cette manifestation. Toutefois, j’ai la joie d’avoir servi mon pays durant 50 années et je remercie mon épouse qui est restée à mes côtés depuis aujourd’hui 37 années ainsi qu’à mes enfants, mes petits-fils ainsi que mes beaux-fils qui m’assistent toujours et m’encouragent d’aller toujours de l’avant »…

Deuxième mi-temps du jubilé Masumu

Le samedi 17 juin 2017, la deuxième partie de la cérémonie du jubilé Masumu Débrindet s’est déroulée à l’Espace « Les Erudits » dans la commune de Ngiri-Ngiri.

Là, le public venu nombreux a assisté à l’événement, ont eu droit à un véritable spectacle tao-tao avec l’orchestre d’interprétation de vieux Mayos qui a tenu le monde en haleine jusqu’aux petites heures de la matinée. Dans la foulée, on a noté une forte présence des membres de la famille Masumu, des artistes-comédiens ainsi que des amis qui se sont retrouvés là-bas pour sabler la champagne. L’ambiance était de mise et la boisson a coulé à flot.

Paraphrasant le comédien Bodo, nous nous empresserons de dire à ceux qui ne le savent pas, un comédien n’est pas un simple amuseur de la galerie. Peintre de la société, Masumu Debrindet s’est illustré dans une émission d’éducation et d’éveil des consciences caché sous une marionnette sur Télé Zaïre où il tirait à bout portant les maux qui rongeaient le société zaïroise à l’époque.

Tiré à bout portant, il l’a fait aussi lors des consultations populaires devant le maréchal Mobutu où il n’a pas eu froid aux  yeux de lui dire tout haut que le misère du peuple était insupportable et qu’il fallait qui ait changement.
Artiste jubilaire, il n’est pas passé inaperçu. Il a marqué son temps et montré ses prouesses artistiques eu sein du groupe « Salongo » dans le théâtre de chez nous, conçu par le réalisateur Tshitenge N’Sana. Ce programme de Télé Zaïre, ancêtre et un des précurseurs du grand mouvement des théâtres populaires produisant des télé dramatiques et diffusant sur quasiment toutes les chaînes de télévision en RDC, auréolé par le personnage « De la Pente » qui, plus tard avec sa propre troupe, le « Théâtre Plus », deviendra « De Ve mbar »….

A l’aube du 20ème siècle, le théâtre populaire prend de l’ampleur. L’avènement du pluralisme médiatique occasionne un foisonnement des troupes produisant chaque semaine des œuvres du cinéma populaire. Mais malheureusement ce grand mouvement ne s’accompagne pas d’un bon encadrement professionnel, assistant ainsi au nivellement vers le bas des œuvres ainsi produites et cela toute la société congolaise.

Ainsi, fort de cette expérience, fort de ce constat, il aura l’idée de  réunir les artistes professionnels et consciencieux en vue de créer « ATITP » s’abord et qui deviendra par la suite « ANTPC ». Qui aujourd’hui se trouve en pleine période du renouvellement de son comité directeur. C’est ici l’occasion de lancer un appel à tous les artistes du théâtre populaire à cultiver la paix, à ne pas de livrer au show télévisé visant à ternir l’image de l’Association Nationale du Théâtre Populaire et Cinéma, et de ses dirigeants ainsi que de tous ses membres. Au de-là du divertissement, un artiste est un éducateur.

1967-2017, 50 années de pratique théâtrale. Masumu Debrindet rassure que nonobstant les difficultés, le manque de subsides, le manque d’industries cinématographiques et, par-dessus tout, malgré l’absence d’une politique culturelle, on peut croire en son talent. On peut espérer. On peut tenir  bon et œuvrer pour la promotion culturelle de notre pays.

Dans un domaine où les jeunes ont perdus les repères, dans un domaine où règne une crise de modèle. Debrindet donne aux artistes envie de croire en un avenir meilleur, à ne pas se livrer à la mendicité. Il est un modèle qui est venu dans ce métier.

Le théâtre est un fourre-tout. Car le comédien est un éternel intellectuel comme le dit si bien Olivier Cueillette, dramaturge et metteur en scène belge. Le théâtre est un miroir de la société, somme ne cessait de le dire feu Mikanza Mobiem, dramaturge, metteur en scène congolais et professeur du théâtre à l’INA.

Alors, artiste jubilaire, ne soit pas égoïste, veuillez transmettre ton secret à la jeunesse.

(Kingunza Kikim Afri)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse