Marie Misamu, un an déjà dans l’au-delà

par -
0 726
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Marie Misamu, est une chanteuse congolaise qui s’était adonnée à la  musique chrétienne et dont les œuvres ont été suffisantes pour emballer plus d’un enfant de Dieu. A fleur d’âge, elle est  décédée à Kinshasa, le samedi 16 janvier 2016 dans la soirée des suites d’une complication cardiaque. Elle n’avait que 42 ans parce que née un certain 16 novembre 1974 dans la capitale congolaise.

Chanteuse chrétienne congolaise du Gospel, elle a démarré une carrière rutilante dès la sortie de son premier album « Ma prière » réalisé aux côtés de l’évangéliste Mbaki Dieka Débaba, une autre star de la chanson congolaise.

Douce et mélodieuse, la voix agréable de Marie Misamu était une invitation à la découverte du Gospel pour ceux qui ne le connaissaient pas encore. C’est à l’âge de 11 ans encore enfant qu’elle embrasse la carrière musicale.

Au départ, cette jeune fille avait l’habitude de jouer le rôle de chanteuse en entonnant de mélodieuses chansons devant ses amis et compagnons de classe qui se réunissaient autour d’elle après l’école. Par après, elle a développé un style unique avec sa musique, celui d’une pleureuse qui vient de laisser à son lignage une orpheline : Ruth Misamu ainsi qu’une discographie riche de 4 albums : « Ma prière », « Mystère du voile » (1er Volume) avec des chansons :  « Reconnaissance », « Eh Yaweh » et « Bilaka ». Nous sommes en 2005. En  2008, elle lance le Volume 2 de l’album « Mystère du voile » où l’on retrouve entre autres chansons les œuvres telles que : « Salela ngai bikamua », « Masolo ya kati », « Associé »…  Sans désemparer, en 2014, après six années d’observation,  Marie Misamu est revenue avec dynamisme en publiant le 3ème Volume de « Mystère du Voile »  avec des chansons comme : « La résurrection » et « Testament » à travers lequel elle a donné l’occasion à Ruth Misamu, sa fille, de pouvoir s’exprimer vocalement.

Elle s’apprêtait à réaliser encore un disque mais la nature en a décidé autrement. Néanmoins, on notera qu’auparavant, en 2000, cette courageuse chanteuse avait écrit et lancé dans les bacs l’opus « Béatitude » avec en prime la chanson « Est-ce que » mais qui, faute d’une promotion accentuée, est passé presqu’inaperçu.

Cheminement artistique

Marie Misamu n’était pas qu’une simple artiste-musicienne chrétienne. Bien qu’autodidacte, elle était tout. A cause de son courage, certains n’avaient pas hésité de la qualifier de tous les noms. Très déterminée, elle voulait tout savoir. Dans la réalisation de beaucoup de projets, cette étoile brillante du Gospel congolais avait tout donné de son savoir. Elle en a reçu autant de plébiscites. Perspicace, elle a courageusement participé à la réalisation d’une série de films dont : « Les habits neuf du Gouverneur ». Ici, on la retrouve aux côtés d’autres sommités de la chanson congolaise, notamment : S’Grave Félix Wazekwa et Lutumba Simaro Masiya.

Styliste, modéliste, couturière et décoratrice, elle n’hésitait pas à se mettre à la disposition de tout le monde, d’autant qu’elle savait tout faire et savait concilier l’utile à l’agréable.

Mort de l’artiste

La nouvelle de la mort de Marie Misamu est tombée, le samedi 16 janvier 2016, tel un couperet. Et son décès survenu des suites d’une courte maladie (cardiaque) n’a pas manqué de surprendre plus d’un avant de jeter de l’émoi dans le cœur des milliers de fans que comptait cette pleureuse à travers le monde surtout lorsque l’on sait que cela s’est produit alors que la chanteuse était en retraite dans une veillée des prières dans la commune de N’Djili.

Ce jour-là, après diagnostic, les Médecins de l’hôpital d’amitié sino-congolais situé au quartier 7 dans la commune de N’Djili, où la chanteuse avait été transportée en urgence, n’ont fait que constater la mort de Marie Misamu advenue depuis quelques minutes.

Après des funérailles grandioses rendues à la chanteuse par plusieurs personnalités tant du monde civile, politique que religieuse, Marie Misamu a été conduit en sa dernière demeure à la Nécropole « Entre Terre et Ciel »  à  Mbenzale dans la commune de le N’Sele où elle repose pour l’éternité.

(Kingunza Kikim Afri)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse