Marché des changes: La BCC se félicite de la baisse de la consommation de devises

par -
0 698
Déogratias Mutombo, Gouverneur de la BCC
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

M.Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, Gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC), a présidé le vendredi 03 juin dernier la cinquième réunion ordinaire du Comité de Politique Monétaire (CPM). A cet effet, le CPM a analysé l’évolution de la situation économique et financière au plan international et national ainsi que les facteurs de risque y afférents et apprécié l’opportunité d’une orientation conséquente de la  politique monétaire.

La prudence reste de mise

Au plan extérieur, le communiqué rendu public à cet effet renseigne que les perspectives de reprise économique en 2016, à l’échelle mondiale, paraissent très faibles, attestées par la frilosité observée au niveau des économies avancées ainsi que les économies émergentes et en développement. La plupart de ces économies connaissent des problèmes récurrents liés notamment à la réaction de la demande intérieure face aux politiques monétaires accommodantes mises en place dans un contexte de volatilité des marchés financiers. Ainsi, pour soutenir durablement la croissance économique, le Comité de Politique Monétaire reste d’avis que la détente et la prudence monétaire devraient être poursuivies sur fond d’une bonne coordination des politiques entre tes pays.

Par ailleurs, les cours du cuivre et du pétrole, au cours du mois de mai 2016, ont enregistré, pour le premier, un repli de 3,8 %  et, pour le deuxième, une hausse de 6,0%  dépassant ainsi le niveau de 50,00 USD le baril atteint  la dernière fois en début du mois de novembre 2015. En attendant des mesures efficaces, devant soutenir la demande globale et enrayer les effets de la baisse des cours, le CPM encourage toute stratégie de stimulation de la production intérieure et le recadrage de la politique budgétaire de manière à constituer les amortisseurs nécessaires et atténuer les vulnérabilités qu’entraînerait une nouvelle dégradation des conditions extérieures.

Une croissance soutenue par le secteur tertiaire

Au plan intérieur, initialement arrêtée à 6,6%, les estimations de la croissance économique, sur base des réalisations cumulées de la production à fin mars 2016, tablent sur une progression du PIB réel de 5,3% en 2016 contre 6,9% en 2015. Cette croissance sera soutenue essentiellement, du point de vue de la production, par les secteurs tertiaires et primaire, soit respectivement 2,5 points de pourcentage et 1,6 point et, du point de vue de la dépense, par la demande intérieure à hauteur de 3,3 points de pourcentage.

Parallèlement, le solde brut d’opinions des Chefs d’entreprises au mois de mai 2016 est ressorti  à  -0,2  après -2,8  un mois plus tôt.  Sur le marché des biens et services, à fin mai 2016, le rythme de formation des prix a ralenti, s’établissant à 0,13  venant de 0,15  au mois d’avril et 0, 16  au mois de mars 2016. Ce niveau porte l’inflation en cumul annuel à 0, 623. En glissement, l’inflation se situe à 1,549  contre un objectif révisé de 4, 2%  à fin décembre 2016.

Sur le plan des finances publiques, l’exécution du plan de trésorerie du  secteur public s’est soldée par un déficit mensuel provisoire de 60, 41 milliards de CDF, portant le déficit annuel à 150,09 milliards.

Sur le marché des changes,  le taux de change s’est établi à 954,95 CDF le  dollar américain à l’interbancaire à fin mai 2016 contre 949,49 CDF à fin avril, soit une dépréciation de 0,6 %. Sur le marché parallèle, le taux moyen a enregistré une dépréciation de 0,8%, s’établissant à 986,63 CDF le dollar américain contre 978,33 COF un mois plus tôt. Quant aux réserves internationales, le CPM s’est félicité de la baisse de la consommation de devises de 66,4%  par rapport au mois d’avril 2016, ce qui a permis de stabiliser le niveau autour de 1.182,8 millions de Usd correspondant à 5,27 semaines d’importations des biens et services sur ressources propres.

Sur le secteur monétaire, il a été noté un dynamisme des activités au  marché interbancaire qui se sont dénouées au taux moyen pondéré de 1,7 %.  S’agissant du Bon BCC, son encours a été ramené à 60,0 milliards de COF à fin mai 2016 venant de 65,0 milliards de CDF un mois plus tôt.

Par auteurs, en vue de préparer la reprise dans les meilleures conditions par un nouveau repreneur, la Banque Centrale du Congo a mis, depuis le 30 mai 2016, la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo, en sigle BIAC, sous gestion d’un Comité d’Administration Provisoire. Ce Comité a également pour tâches essentielles d’assurer la gestion courante de la banque et de servir d’interface avec toutes les parties prenantes à la résolution de la situation de crise.

Après analyse des derniers développements sur la conjoncture économique tant sur le plan international que sur le plan national et au regard de l’absence de risque d’autres chocs majeurs susceptibles de perturber davantage la conjoncture économique intérieure à court terme, le Comité de Politique Monétaire a décidé de maintenir inchangé le dispositif actuel de sa politique monétaire. Ainsi, le taux directeur est maintenu à 0,2%, les coefficients de la réserve obligatoire sont fixés respectivement à 10% et 9% pour les dépôts en devises à vue et à terme, et à 2% et 0% pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme. Quant à la régulation de la liquidité, elle se poursuivra via le Bon BCC.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse