Marché central de Kinshasa: L’insalubrité expose les vendeurs à diverses maladies

par -
0 584
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Des multiples problèmes de santé que la population congolaise rencontre actuellement à Kinshasa, notamment les épidémies qui circulent d’une maison à une autre, parviennent des immondices qui trainent dans des marchés.

Les denrées alimentaires vendues sont exposées à même le sol, et ce, devant la saleté. Sur ce, les mouches se posent sur les aliments consommés par la population congolaise. Cela cause beaucoup des maladies telles que la typhoïde, qui tuent des personnes actuellement. A ce sujet, un constat a été fait au marché central de Kinshasa, communément appelé « Zando », sur la mauvaise habitude des vendeurs qui exposent leurs marchandises sous la belle étoile, tout en sachant que cela est un danger pour les Kinois. Le colonel Elvis Mpalanga, commissaire provincial de la Police Nationale Congolaise/Kinshasa ad intérim, est contre cela. Depuis sa prise de fonctions après la suspension du général Célestin Kanyama, il défend aux vendeurs d’exercer ce métier en dehors du marché. Cet ordre impose à ces vendeurs de quitter les abords du marché et rejoindre les autres à l’intérieur, afin d’utiliser les tables  appropriées dont plusieurs sont encore vides. Malheureusement, la décision du colonel Elvis semble être négligée par les vendeurs, poussant diverses raisons.

Maman Jolie Lowa, résidente de la commune de Barumbu précisément à Kabambare et vendeuse dans le marché central sur Bokassa, réclame que son mari ne travaille pas et elle ne vit qu’à travers son commerce. Sans cela, la survie de sa famille sera vraiment difficile. « Le colonel Elvis est une personne de paix et nous aimons beaucoup mais, ça nous étonne qu’il envoie des policiers pour nous chasser alors qu’à l’intérieur, il n’y a pas assez des tables vides. Pour nous, le mieux serait de trouver une solution pour ces immondices qui nous mettent mal à l’aise et qu’il pense à enlever ces poubelles qui nous entourent », déclare-t-elle.

Combien de temps a pris cette situation d’insalubrité assez remarquable ?

« J’ai commencé à vendre ici à Bokassa dans le marché central depuis 2012, et en ce temps, ces poubelles n’existaient pas. C’est après les travaux des agents de l’Union Européenne, qui n’ont pas été achevés que ces poubelles ont apparu et ça ne fait qu’augmenter. Ces immondices ont causé beaucoup des maladies à nos collègues vendeurs et aussi des morts. Une solution doit être trouvée à propos de cela », a ajouté madame Jolie Lowa.

« J’ai entendu que le colonel Elvis refuse la vente à l’entrée du marché et nous oblige de quitter ces endroits mais, si réellement nous quittons ici, où irons-nous ? Et comment allons-nous survivre ? Vraiment cela rendra difficile notre survie. Nous sommes contre cela », a déclaré à son tour, Niclette Boweya, une autre vendeuse.

Pour ce faire, une solution doit être trouvée en ce qui concerne ce cas. « Il y a aussi ces multiples poubelles  qui nous entourent. Nous en avons marre, car du jour au lendemain, nous tombons malades et nous mourons alors que, nous payons le frais d’insalubrité élevé à 200 FC. Malgré tout ce que nous donnons, rien ne change », a-t-elle renchérit.

La santé n’a pas de prix dit un adage. Il va falloir la préserver contre tout ce qui peut la nuire. Le service d’assainissement doit bien faire son travail tout en rendant propre le marché central et aussi trouver une solution pour toutes ces poubelles qui entourent les vendeurs sur Bokassa. Ceci parce que ce phénomène au marché central de la ville province de Kinshasa devient insupportable.

(Kassa Ngoly Divine/stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse