Manquement grave à l’endroit du Président de l’Assemblée nationale: L’indignation des députés nationaux

La plénière, en vue de l’adoption du rapport de la Commission spéciale chargée de préparer les conclusions du débat consacré à l’interpellation du Premier ministre Bruno Tshibala par l’honorable Henri-Thomas Lokondo, sur le retard enregistré dans le dépôt du projet de loi de finances de l’exercice 2018, était émaillé d’un incident créé par ce dernier. A en croire ses collègues députés, il aurait fait montre d’un comportement indigne de son statut, en manquant de respect au Président de la Chambre basse du Parlement. Et ce, au léger motif qu’il n’aurait pas eu droit à la parole au cours du débat.

Il a même proféré, selon des témoins, des propos désobligeants envers, non seulement le speaker de l’Assemblée nationale, mais aussi à tous ses collègues députés nationaux. Tout le monde a salué la maîtrise d’Aubin Minaku qui n’a pas réagi dans la colère, mais a tout simplement demandé à son collègue d’ être poli. Mais cet avertissement a été mal interprété par le concerné qui a versé dans une sainte colère, en criant qu’il n’était pas n’importe quel député !

Juliette Mugole, Paul Katshongo et Pius Muabilu réagissent

L’honorable Juliette Mugole du MSR/MP a sollicité et obtenu la parole pour une motion d’ordre dans laquelle elle s’est dite choquée de l’attitude de son collègue Lokondo.

« Je suis très choquée par ce que le collègue Lokondo vient de faire ici. Je suis très choquée puisque, c’est un député comme nous, mais qui vient de dire qu’il n’est pas n’importe quel député dans cette salle. Cela veut dire qu’ici dans cette salle, il y a des députés plus importants que les autres. Si l’honorable Lokondo était encore dans la salle, je pouvais lui demander de venir retirer cela. Si vous êtes différents de nous autres, parce que vous pouvez pointer du doigt le Président de l’Assemblée nationale, et bien, ce n’est pas un exemple à suivre. Effectivement, ce n’est pas un exemple à suivre. Vous avez beaucoup d’expériences, vous avez travaillé avec les mobutistes, nous vous avons suivi pendant toutes ces années, nous sommes des jeunes, nous sommes des enfants, on a besoin que vous soyez nos modèles. Mais si vous vous en prenez à nous qui sommes vos jeunes frères et sœurs, à manquer du respect à quelqu’un qui dirige l’Assemblée nationale, seulement parce qu’il est plus jeune que vous, ça nous nous fait très mal. C’est avec beaucoup de respect que je vous dis, honorable Lokondo, que nous ne sommes pas des députés moins importants que vous. Honorable président, merci pour la sagesse. Parce que vous n’avez pas réagit en voulant lui faire du mal ».

Pour Paul Katshongo  « Le Président de l’Assemblée nationale, l’honorable Aubin Minaku, avait baptisé notre chambre comme étant le « temple de la démocratie ». Et je crois qu’il a toujours respecté toutes les procédures requises et qu’il a toujours essayé de faire régner cette démocratie au sein de la Chambre. Alors il serait malheureux que l’on commence, pendant que nous sommes à la fin de notre législature, à le traiter de cette manière. Je pense que c’est une attitude que nous devons condamner et que nous devons corriger à l’avenir ».

L’élu de Mont-Amba, l’honorable Pius Muabilu Mbayu Mukala pour sa part a déclaré ce qui suit : « Ça fait près de 20 ans que je suis dans cette salle, c’est la première fois que j’assiste à ce genre de spectacle qui n’honore pas son auteur. Jamais un député ne s’est pris au Président de la Chambre. Jamais un député n’a prononcé des insanités à l’endroit du Président de la Chambre. Surtout quand on sait que le Président Minaku, c’est quelqu’un qui est très courtois, très gentil, très compétent, et, c’est quelqu’un qui fait son travail. On ne peut pas accepter qu’un collègue puisse se permettre de proférer des insultes en pleine plénière, et c’est inadmissible. Je ne veux pas citer le nom, et je le dis une fois pour toute. Parce que, il y a des choses que nous laissons passer dans cette salle, nous de la Majorité, que nous ne pouvons plus laisser. Quand vous avez fait votre travail parlementaire, et vous êtes contredits par vos collègues. Vous devez démocratiquement dire amen. Parce que vous ne pouvez plus revenir sur ça. Vous avez parlé. Vous avez argumenté. Et les autres collègues vous ont prouvé  que vous avez tapé à côté de la plaque. Alors, vous ne pouvez pas vous permettre gratuitement comme ça, de venir insulter des gens expérimentés. Et vous savez très bien que le Président de l’Assemblée nationale a un parcours, un cursus éloquent, respectable ».

Et l’enfant terrible du Mont Amba de renchérir : « Et puis, de deux, je voudrais vous rappeler que je suis ici depuis plus de 18 ans. Aucun, alors, aucun Premier ministre n’a déposé la loi de finances le 15 septembre. Aucun. Et dans l’histoire récente, je me rappelle, Mbuta Gizenga a déposé une fois la loi de finances un certain 27 novembre. Quand l’ancien Premier ministre Matata Ponyo a déposé quatre fois ses projets de loi de finances après le 15 septembre, nous étions tous là. Les mêmes acteurs qui sont dans cette salle étaient là. Alors, nous ne voulons pas que pour des raisons politiques, ou pour des raisons de politique politicienne, que des collègues qui ne sont pas irréprochables moralement, j’insiste beaucoup, viennent commencer à nous donner des leçons ici. Et je pèse bien mes mots, des collègues qui ne sont pas irréprochables moralement, viennent se donner un spectacle régulièrement ici, pour des raisons qu’ils connaissent ».

(Lepetit Baende)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse