Maladie du sommeil ou trypanosome

par -
0 2469
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le dépistage précoce favorise l’éradication de la   maladie

Le  taux de transmission de la maladie du sommeil reste élevé dans les régions de la République démocratique du Congo où les problèmes sécuritaire entravent les activistes de lutte contre cette maladie.

C’est une maladie parasitaire. Le parasite est un protozoaire flagellé, appelé trypanosome. L’homme est le réservoir de parasite, dont il existe 2 types : trypanosomia gambiens, en Afrique de l’Ouest et centrale, et trypanosomia rhodésiens en Afrique de l’Est. La maladie y est endémique.

Le rapport est déséquilibré entre le fardeau  mondial de la maladie et le développement  de nouveaux médicaments contre les maladies tropicales y compris le trypanosome humain africain et  reconnaît les réalisations et les mesures prises en abordant  la nécessité de nouveaux médicaments contre les maladies tropicales  négligées. Pour l’OMS, la maladie du sommeil est une maladie liée à la pauvreté et un problème réel de santé publique. En effet, l’élargissement  du partenariat  stratégique   entre le secteur  privé et l’OMS peut mettre au point conjointement  de nouveaux  médicaments et /ou protocoles de traitement contre la maladie du sommeil.

Des instituts et centres de recherches  internationaux et régionaux  s’attèlent à des nouveaux aperçus  et à des connaissances  scientifiques  accrues. Pour appuyer, l’OMS continue à fournir un appui aux pays pour qu’ils adaptent les stratégies de lutte en prenant en considération l’évolution de la maladie que les groupes de recherche et de développement  mettent au point de nouveaux  outils  de diagnostics et de nouveaux médicaments pour assurer des stratégies rentables ; adaptées et viables  de lutte contre la maladie du sommeil, et aussi d’accroître  la sensibilisation  et les campagnes à l’intention des décideurs et bailleurs de fonds pour ensuite assurer que la maladie du sommeil reste à l’ordre du jour.

De leur côté, les ONG, qui autrefois, ont manifesté un engagement  et ont fait preuve de succès dans la lutte contre la maladie du sommeil, continuent à fournir un appui et maintiennent leurs efforts  et leur assistance. Elles  reconnaissent  le leadership et les efforts de l’OMS  dans le domaine de la cartographie, de la répartition spatiale de la maladie du sommeil ainsi que l’assistance  et l’appui fournis  par la FAO  au PLTA. Elle se félicite  des résultats déjà obtenus en ce qui concerne  la mise au point e cet outil.

Le manque d’outils appropriés

Pour sa part, l’OMS reconnaît les réalisations  dans le domaine de la lutte contre la maladie du sommeil. Elle se préoccupe toutefois du manque d’outils appropriés pour développer des méthodologies de lutte adaptées et des faiblesses des systèmes de santé pour intégrer la lutte contre la maladie du sommeil et sa surveillance afin de maintenir les résultats actuels.

Transmission, traitement et prévention

La transmission se fait par une mouche, la glossine, dite mouche tsé-tsé, absente en ville, et qui n’est heureusement pas très performante : il faut de multiples piqûres pour aboutir à une infestation. Les trypanosomes se déplacent dans le sang, les ganglions et le système nerveux.

Pour la trypanosomiase africaine,  l’incubation est en général courte, de 2-3 semaines, mais parfois atteint des années.

La phase d’invasion se traduit par de la fièvre, des ganglions dans le cou, des démangeaisons, puis viennent les troubles du comportement, parfois très importants.

L’apathie est progressivement de plus en plus importante, avec perte d’appétit, et des nuits agitées. Sans traitement, cela aboutit au coma et à la mort.

Le diagnostic  se fait en trouvant le parasite dans le sang ou le liquide céphalo-rachidien.

Pour le traitement,  on emploie des antiparasitaires efficaces mais très toxiques, mais il n’y a pas le choix ; les citadins et les touristes risquent peu d’être contaminés. La prévention : Elle passe par le dépistage précoce et l’éradication de la glossine.

 Il sied de noter que l’efficacité des partenariats publics-privé et le rôle important des communautés dans la lutte contre le réservoir animal nt été  décrits  en tant que facteur important pour la variabilité des activités et pour leur expansion.

Les sommeilleux qui refusaient  un traitement ont fait l’objet  d’un suivi régulier avec des méthodes sérologique  et parasytologique  afin de surveiller  l’évolution  de la maladie  non traité  liée à la sensibilité de l’individu. Certains d’entre-eux décédaient après avoir développé le stade avancé de la maladie alors que certains guérissaient spontanément  et que quelques-uns restaient en tant que porteurs  positifs asymptomatiques avec une faible parasitémie.

(Rébecca T. Muzama)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse