Lutte contre le sida: Plusieurs services offerts aux visiteurs à la « Journée porte ouverte » au Pnmls

par -
0 519
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Un visiteur se fait expliqué par le docteur Lisa. Ntumba du Pnmls (Ph/ Prince)

Tous les partenaires œuvrant dans le secteur de la santé, précisément de la lutte contre le vih/sida étaient bien à la journée « Porte ouverte », organisée le vendredi 5 décembre par le Programme national multisectoriel de lutte contre le sida (Pnmls), où plusieurs services étaient offerts aux visiteurs.

Le rendez-vous était bien respecté par ces différents partenaires nationaux et internationaux, œuvrant au côté du Gouvernement congolais contre le vih/ sida. Ils étaient venus nombreux à cette fête, à l’occasion des activités commémoratives de la Journée mondiale de lutte contre le vih/ sida.

Parmi ces nombreux stands érigés dans la cour du Pnmls, l’on a même reconnu celui d’un opérateur de télécommunication. Ce qui traduit justement la dimension transversale de la lutte contre cette pandémie. Car personne n’est à l’abri. Et le Pnmls est en conscient, voilà pourquoi il a placé au cours de cette journée, l’information à l’avant-plan. « Parmi les services qu’offre le Pnmls, il y a d’abord l’information, la documentation mise à la disposition des visiteurs, les préservatifs masculins et féminins, mais aussi le service de dépistage volontaire qui se fait en toute confidentialité », a indiqué le professeur Kapend, secrétaire exécutif national du Pnmls, assurant que tout celui qui est dépisté positif est pris en charge par des services appropriés.

Sur place, c’est Cordaid, un des partenaires du Pnmls, qui assurait le service du dépistage de tous les volontaires. Ce qu’il y a eu de plus accrochant dans cette opération, c’était l’engouement qui s’est créé. Chacun voulant connaitre son statut sérologique. Un pari réussi, et le résultat du test était communiqué sur place.

« Le sens que nous donnons à cette journée est de permettre à tout le monde de savoir que le pays a mis en place une structure, qui est là pour gérer la lutte contre le vih/ sida. C’est aussi une possibilité de montrer comment les choses fonctionnent, comment on collabore avec nos partenaires étrangers, mais aussi de donner à la population l’occasion d’approcher les stratégies dont on parle, le dépistage c’est quoi, le préservatif et comment on peut y accéder… C’est tout cela que nous essayons de mettre au service de la population », a renchéri le n°1 du Pnmls, visiblement ému de la réussite de cette journée «  Porte ouverte ».

Même sentiment pour les visiteurs trouvés au stand du Programme national multisectoriel de lutte contre le sida, érigé à côté de l’Onusida, partenaire de taille. « C’est le stand du Pnmls en tant qu’institution. Nous avons exposé la plupart des documents normatifs du Pnmls, le plan stratégique national 2014, les directives à suivre par tout le monde, même les partenaires, le cadre d’investissement pour une génération sans sida, le résumé du rapport Redes 2013-14, de même que le rapport annuel des activités de 2014, l’exemplaire de l’ordonnance portant création et modification du Pnmls, protection des Pvv. A cela s’ajoutent des dépliants qui renseignent sur l’essentiel du travail que fait le Pnmls, et ce qui ne peut pas manquer, les préservatifs féminins et masculins, aussi les principes directeurs du Pnmls,… », expliquait Dr Lisa Ntumba, chargée de la section recherche dans le Département de Suivi et évaluation à Trésor, étudiant à l’Université protestante au Congo (Upc). «  Je sortirai d’ici bourré d’informations sur le vih/sida. Infiniment merci aux organisateurs », a lâché l’étudiant, heureux d’apprendre.

Revenant sur le traitement, le Sen s’est exprimé en ces mots : «  Pour le moment, on sait où se trouvent les prestataires, qui coordonne, qui fait quoi et l’on essaie à ce titre de voir où se trouvent les médicaments et où il faut les amener. Et donc, les efforts sont en cours, et depuis une année, les résultats sont tout à fait significatifs. Imaginez, l’on était à 50 milles il y a de cela deux ans, maintenant l’on est au-delà de 100 milles personnes qui sont sous traitement et qui sont suivies régulièrement », a rassuré le professeur Kapend, C’était avant de confier que deux ans passés, l’incoordination dans la distribution des Arv avait désorienté les patients, mais aussi la lutte contre le sida en Rdc.

« Plus d’engagement, plus de ressources pour mettre fin à l’épidémie du sida d’ici 2030. Mettre fin à l’épidémie du sida comme objectif de développement », tel est le thème, qui est exploité au cours de cette édition de la journée mondiale contre cette pandémie.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse