Lutte contre le Sida : la mobilisation doit rester entière en Rdc

par -
0 650
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Comme chaque année, l’humanité a commémoré jeudi 1er décembre courant, la Journée mondiale de la lutte contre le Sida. C’est la première célébration de l’ère des Objectifs de développement durable, ODD. Cette célébration a toute sa place dans le calendrier des journées internationales. D’autant plus qu’aujourd’hui, plus de 41 millions de personnes dans le monde sont séropositives et sidéennes. La journée mondiale de lutte contre le Sida est la seule occasion de revenir sur ce dossier brûlant, mais en insistant sur le fait que les hommes doivent être tous ensemble contre le Sida.

En 1988, l’Assemblée générale des Nations Unies avait exprimé sa vive préoccupation devant la pandémie du Sida. Elle a souligné l’importance de cette manifestation dans sa Résolution 4315. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a donc choisi la date du 1er décembre 1988 comme Journée mondiale du Sida.

Le   Syndrome d’immunodéficience acquise,(Sida) est un ensemble des maladies qui surviennent lorsque le système immunitaire est affaibli et n’a plus la capacité de lutter contre les infections. C’est l’étape avancée et visible de l’évolution de l’infection du VIH (Virus de l’immunodéfience humaine), un microbe qui détruit progressivement le système immunitaire – le système de défense du corps humain contre les maladies.

Le VIH cause le Sida à long terme, si la personne n’est pas traitée. Le VIH vit dans le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, le liquide amniotique et le lait maternel.

Le Sida se transmet par les rapports sexuels non protégés avec une personne déjà infectée par le VIH ; par voie sanguine lors de la transfusion avec du sang contaminé… et par des contacts avec les objets tranchants infectés par le VIH ; par la transmission de la mère à l’enfant (pendant la grossesse, à l’accouchement et pendant l’allaitement).

Et l’on se protège du Sida par l’utilisation systématique du préservatif (condom ou femidom) ; en exigeant du sang testé avant toute transfusion et l’utilisation des objets tranchants personnels ; par la Prévention de la transmission de la mère à l’enfant (PTME) ; en faisant le dépistage volontaire du VIH, parce que la seule façon de connaître réellement son statut sérologique c’est de se dépister.

De la situation de la Rdc

En République démocratique du Congo, selon une étude de l’EDS 2013, l’épidémie de l’infection à VIH est de type généralisée avec une prévalence de 1,2% dans la population générale. La prévalence de l’infection à VIH est de 3,5% (sérosurveillance 2011) parmi les femmes enceintes fréquentant les Consultations prénatales (CPN).

En 2013, 64% des nouvelles infections chez les adolescents étaient identifiées chez les jeunes femmes. En Afrique subsaharienne, les jeunes femmes de 15 à 24 ans sont presque deux fois plus susceptibles d’être infectées au VIH que les homologues masculins.

L’inégalité entre les sexes, la pauvreté, les pratiques culturelles néfastes et les rapports de force inégaux exacerbent la vulnérabilité des femmes au VIH. Mais, un engagement et une action mondiale concertée peuvent inverser cette tendance, selon des experts.

Les résultats d’une enquête démographique santé 2013/2014 donnent les précisions que nous présentons dans les lignes suivantes. Bien que la quasi-totalité de la population ait déclaré avoir entendu parler du VIH/Sida, seulement 19 % de femmes et 29 % d’hommes de 15-49 ans en ont une connaissance considérée comme « approfondie ».

Seulement 26 % de femmes et 23 % d’hommes savent que le VIH peut être transmis en allaitant et que le risque de transmission de la mère à l’enfant peut être réduit par la prise de médicaments spéciaux pendant la grossesse.  Seulement 4 % de femmes et 12 % d’hommes de 15-49 ans se seraient comportés de manière tolérante envers les personnes vivant avec le VIH dans les quatre situations citées au cours de l’enquête.

Parmi les hommes de 15-49 ans ayant eu des partenaires sexuelles multiples au cours des 12 derniers mois, 13 % ont déclaré avoir utilisé un condom au cours des derniers rapports sexuels. Ce pourcentage est de 12 % chez les femmes.

Le nombre moyen de partenaires sexuels sur la durée de vie est estimé à 3,0 chez les femmes contre 11,6 chez les hommes de 15-49 ans. Seulement, 8 % de femmes et 7 % d’hommes de 15-49 ans ont reçu le résultat du dernier test du VIH effectué au cours des 12 derniers mois.

À l’opposé, 78 % de femmes et 84 % d’hommes n’ont jamais effectué de test VIH. Ces différents résultats démontrent qu’il y a beaucoup de choses à faire,  pour arriver à une génération sans sida.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse