Lutte contre le sida en milieu du travail

par -
0 767
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Autorité d’aviation civile veut intégrer tout son environnement

L’Autorité d’aviation civile (Aac) se décide de prendre le taureau par les cornes dans la lutte contre le vih/sida dans les milieux aéronautiques congolais. Ce vœu le plus ardent a été exprimé samedi dernier, lors d’une matinée de sensibilisation sanctionnée par la signature d’un Plan d’action de lutte contre cette pandémie, de tous les délégués de différentes compagnies d’aviation opérant en République démocratique du Congo.

Les agents et cadres de toutes les compagnies aériennes exploitant le ciel congolais se sont mobilisés nombreux à cette occasion. Ils ont voulu, en cette journée mondiale de lutte contre le sida, prouver leur engagement à lutter contre cette maladie qui accumule de victimes en Afrique subsaharienne.

Très conscient des enjeux, le Directeur général adjoint de l’Autorité d’aviation civile (Aac), Hippolithe Muaka a signifié à l’assistance que sa structure, qui s’est mobilisée pendant longtemps pour pouvoir mener des actions de lutte contre le sida de manière collective, a bien envie de se réveiller à la veille du 7 décembre, qui est la journée mondiale de l’aviation civile. « Nous avons estimé que les objectifs de cette activité que nous poursuivons dans le travail de tous les jours, la lutte contre le sida a une dimension qui ne peut pas être cachée. Aujourd’hui, nous voulons mettre cette dimension en exergue. Après, c’est ce que l’on peut comprendre organiser », a-t-il indiqué, avec un petit sourire aux lèvres relativisant ainsi la maladie, qui ne reste mortelle que quand prévaut l’ignorance.

Aujourd’hui, a dit l’Adga, l’Aac est en position de progresser dans la lutte contre le vih/sida. Et pour cela, notre structure estime que l’approche systémique convient la mieux. En d’autres termes, explicite-t-il, « il faudra que la lutte soit intégrée dans la manière de vivre des gens. Et l’intégrer veut dire qu’il faut une politique à mettre en place. C’est ce que l’on a commencé à faire », a-t-il ajouté.

C’est un plan d’action de lutte contre le vih/sida qui s’étend sur deux ans, qui a été ratifié par tout le monde avec un budget avoisinant 100.000 Usd américains.

Ce document, mieux, la politique interne de lutte contre le sida est mise en place grâce à l’apport du Programme national multisectoriel de lutte contre le sida (Pnmls) et de l’Onusida. Cela devra tenir compte de toutes les exploitations qu’elle certifie et qui deviennent des exploitants aériens. En plus, tenir compte de toutes les personnes qui prennent l’avion. Ça signifie que cette politique intègre toutes les dimensions.

Plusieurs actions sont programmées et seront menées par une coordination. Mais déjà, dans chaque entreprise, il est prévu un point focal vih/sida. Ce qui va faciliter les choses, et permettra à la coordination de procéder à des évaluations, si possible.

L’on assiste là, à une vraie appropriation de la lutte contre le vih/sida. Ce qui réjouit le secrétaire exécutif adjoint du Pnmls, le Docteur Bossiki, visiblement très ému. «  Nous encourageons cette initiative, et que chaque entreprise puisse intégrer la lutte contre le vih/sida dans ses activités de routine. Ceci est un exemple à encourager et à féliciter. Sans attendre le Pnmls, Aac a pris l’initiative, c’est ça l’appropriation », a-t-il relevé, avant d’assurer qu’avec les stratégies mises en place, il est possible pour le pays d’atteindre une génération sans sida d’ici à 2030.

Même son de cloche pour le délégué de l’Onusida, Osseni Yessifou Alladji, chargé de l’Information stratégique au bureau-pays. Celui-ci a loué l’initiative qui témoigne d’un vrai signe d’engagement renouvelé et du respect de la parole donnée, afin de permettre à ceux qui sont dans le monde du travail de pouvoir bénéficier des informations sur le vih/ sida et des services de prévention, de traitement et dans le cadre de la lutte contre le vih/sida, et de mettre en œuvre la stratégie 90,90,90 de l’Onusida.

«  … c’est un secteur fondamental, clé pour pouvoir toucher les populations qui sont vulnérables, parce que c’est dans ce domaine que l’on retrouve tous les acteurs de la logistique, les camionneurs, les agents de sécurité… C’est parmi ces agents qui sont en contact avec des professionnelles du sexe généralement compte tenu de la nature de leurs activités qui les exposent à de grands risques. C’est donc pour cette raison que nous sommes venus les accompagner », a déclaré le délégué de l’Onusida.

Au nom de son représentant, Marc Saba empêché, Osseni Yessifou Alladji, a fait savoir aux hommes et femmes de l’aviation que le Bureau international du Travail est prêt à les accompagner à mettre en place des politiques de lutte contre le vih/sida en milieu du travail, en milieu aérien.

Une séance de dépistage volontaire (avec une dose d’obligation) a été organisée dans l’enceinte du Cercle culturel du Collège Boboto à la Gombe. Plusieurs agents et cadres des différentes compagnies trouvées sur place se sont fait dépister avec enthousiasme. Car il est avéré que la prise en charge des Personnes vivant avec le vih/sida n’est plus sujette à problème. C’était après avoir pris part à une longue marche, qui a chuté au Collège Boboto.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse