Lutte contre le paludisme: Le Gouvernement insiste sur l’assainissement de l’environnement et l’usage de la MILD

par -
0 323
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le  Gouvernement congolais  insiste sur l’assainissement de l’environnement et l’usage de la moustiquaire imprégnée d’insecticide (Mild) afin de  lutter contre le paludisme, qui cause tant de morts dans la population congolaise. C’est ce que  le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Amy Ambatobe, a, au nom de son collègue de la Santé, Oly Ilunga Kalenga,   déclaré lors de la célébration de la Journée mondiale contre cette maladie, le 25 avril de chaque année.

Pour le ministre Amy Ambatobe Nyangolo,  l’assainissement  du milieu doit être permanent.   «  Les Congolais sont  appelés  à assainir en permanence leurs milieux. Notamment les parcelles par des désherbages et le drainage des eaux usées (…) Quant aux moyens indiqués contre le paludisme, principalement il  y a la moustiquaire imprégnée d’insecticide (Mild), l’administration du traitement préventif intermittent de la femme enceinte et la prise en charge des cas par la combinaison thérapeutique artesunate plus amodiaquine ou artesunate plus luméfantrine »,  a indiqué le ministre de l’Environnement et du Développement durable, devant la presse et plusieurs autres partenaires du secteur.

Dans ses stratégies de lutte contre le paludisme, il faut dire que la République démocratique du Congo figure parmi les bons enfants. Car, précise l’autorité, le pays a initié des campagnes de distribution gratuite des Moustiquaires imprégnées  d’insecticide (MILD) dans toutes les provinces.

 

Pour cette  année, c’est la province de Haut Uelé qui vient d’être servie. Les provinces de la Tshopo,  du Bas Uele, de l’Ituri et du Maniema seront bientôt servies, alors que toutes les autres sont déjà servies.

Dans cette stratégie de lutte, outre la MILD, les médicaments contre le paludisme sont gratuits et disponibles dans des centres de santé. «  Les infirmiers, les médecins et les laborantins ont été formés pour la prise en charge  correcte de cette maladie », précise le ministre, précisant que pour le gouvernement, l’investissement  durable dans l’avenir passe par la victoire  sur le  paludisme.

Prenant à son tour la parole, le Directeur du Programme national de lutte contre le Paludisme (Pnlp), le Docteur  Sompwe a soutenu « qu’il est possible de mettre fin  au paludisme, si tout le monde dort sous la MILD, en gardant son environnement assaini », avant d’exhorter  à ceci : « (…) tout le monde connait les signes de la malaria, il faut se présenter rapidement au centre de santé le plus proche pour des  soins appropriés ».

Soulignons par ailleurs qu’il y a une bonne volonté du Gouvernement à lutter contre le paludisme. Cette volonté est matérialisée à travers la souscription aux engagements internationaux en matière de lutte contre le  paludisme,  dont notamment la Stratégie technique mondiale de lutte contre le paludisme 2016-2030, aussi de l’action de l’investissement pour vaincre cette maladie, et la stratégie africaine pour lutter  contre le paludisme.

La RDC a été  couronnée par le prix d’excellence de lutte contre la malaria, décerné il y a une année à Addis-Abeba en Ethiopie par l’Alliance des leaders africains contre la malaria (Alma) en marge du 28ème sommet  de  l’Union africaine. Et  conclut le ministre de l’Environnement et du Développement durable, qui représentait son collègue de la Santé : « tous les efforts méritent d’être poursuivis. Car, les moustiques, particulièrement les anophèles  femelles  infectés, porteurs du parasite plasmodium continuent à nous hanter ».

(Prince Yassa/Cp)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse