Lutte contre le paludisme en Rdc: Albert L. Kilauzi s’est réjoui de l’apport du Fonds mondial

par -
0 763
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Cependant, il estime que l’Etat penser à l’appropriation de la lutte contre

Le Directeur adjoint du Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp) s’est dit satisfait de l’apport du Fonds mondial dans la lutte contre le paludisme en République démocratique du Congo, et estime qu’il est temps que l’Etat commence à penser à l’appropriation de la lutte contre cette maladie.

Sur la période 2015- 2017, le Comité national de Coordination (Ccm)/Rdc a pu mobiliser un milliard de dollars américains environs auprès de Fonds mondial, et a obtenu un financement additionnel de 715 millions de dollars américains sur la période pour la mise en œuvre de la note conceptuelle paludisme et la note conceptuelle conjointe Vih/tuberculose.

Sur cette enveloppe, a indiqué M. Emile Okitolonda, président du Ccm/Rdc, le Gouvernement s’est engagé à assurer une contrepartie de près de 60 millions de dollars américains.

Très content s’est dit le Directeur adjoint du Plnp, Albert Lukuka Kilauzi, qui estime par ailleurs, que cette manne ne doit pas faire oublier aux Congolais le défi de parvenir à l’appropriation de la lutte contre le paludisme.

«  C’est une très grande question, parce que jusque-là, le problème est très profond. Nous connaissons la volonté de notre gouvernement, mais le gouvernement a beaucoup de priorités même si la santé devrait être parmi la priorité des priorités, le gouvernement est limité. Ce qui fait que ce que nous recevons de partenaires, c’est fondamental. Et s’ils arrêtent, je crois qu’on va assister à une catastrophe. Ce qui veut dire que l’appropriation de la lutte contre le paludisme n’est pas encore nationale (…) C’est ça le grand problème, parce que c’est trop dépendant des financements extérieurs », a-t-il affirmé lors d’un entretien eu après un point de presse organisé par Ccm/Rdc.

Ainsi, a précisé le Directeur adjoint du Pnlp : «  c’est grâce aux fonds que le pays reçoit que nous arrivons à mener des activités de lutte contre le paludisme et arriver aux résultats que nous connaissons maintenant, notamment en ce qui concerne la prévention, la prise en charge, suivi et évaluation (…) l’activité phare que nous réalisons, c’est la campagne de distribution de masse des moustiquaires. La prise en charge des cas, c’est-à-dire, le diagnostic et le traitement, c’est grâce aux intrants ».

S’agissant justement de ce financement, le président du Ccm/Rdc a indiqué que les subventions portent sur les activités programmatiques, le suivi et évaluation, la communication pour le changement de comportement, le renforcement des capacités et l’acquisition et la distribution des intrants, notamment antirétroviraux, tuberculosestatique, matériel et réactif de laboratoires, moustiquaires imprégnées d’insecticide, antipaludéens.

Et parmi les structures bénéficiaires, il y a Cag, Caritas, Cordaid, Psi/Asf, Sanru pour assurer la gestion courante des subventions et par des sous-récipiendaires (Srs) qui à leur tour, exécutent les programmes sur le terrain dans tout le pays, en relation avec les programmes nationaux Pnls, Pnlt, Pnlp, conformément aux directives du Pnds.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse